L’Ambassade du Maroc à Rome éclaboussée par un scandale sexuel

Selon le journal Nuovo Quotidiano di Puglia, Imane Fadil, la jeune mannequin décédée en Italie a révélé à ses parents les noms des personnes avec lesquelles elle a diné la veille de son hospitalisation.

Traduction intégrale de l’article:

Imane Fadil aux proches : « C’est lui qui a dîné avec moi avant mon admission à l’hôpital. »

Imane Fadil a révélé les noms des personnes qui ont dîné la veille de son admission à l’hôpital à ses proches. Et donc qui, à son avis, aurait pu jouer un rôle hypothétique dans sa mort. Et ce qui est confirmé par des sources qualifiées. Une hypothèse de meurtre actuellement non prouvée par diverses enquêtes médicales et sur laquelle le parquet appelle à la prudence, puisqu’il n’est pas possible de dater précisément quand le témoin clé du procès Ruby s’est senti malade, ni si des substances prises à son insu ont joué un rôle dans sa mort. La jeune femme a été admise à Humanitas le 29 janvier, où elle est décédée le 1er mars. Après avoir écarté l’hypothèse de l’empoisonnement à l’arsenic et des maladies auto-immunes (lupus), les recherches se poursuivent pour comprendre la cause du décès, après que des niveaux suspects de métaux lourds ont été trouvés dans le sang et l’urine. Les enquêteurs, ces derniers jours, ont vérifié le chat et les appels téléphoniques d’Imane Fadil, les parents et amis ont été invités à reconstruire les derniers jours de ce Marocain de 34 ans. Données sur lesquelles les enquêteurs gardent la confidentialité.

Retraits. Les retraits sur le corps d’Imane Fadil, l’un des témoins clés du procès Ruby, mort dans des circonstances mystérieuses à Milan le 1er avril dernier, commencent dans quelques minutes. Comme l’a confirmé la haute direction du ministère public, les consultants désignés procéderont ce matin au prélèvement de parties des tissus des organes internes de la jeune fille pour vérifier la présence éventuelle d’une activité radioactive. Ensuite, en fonction du résultat des examens, l’autopsie proprement dite sera réalisée avec l’équipement approprié et le blindage éventuel.

Les premiers symptômes. Imane Fadil, l’important témoin de l’affaire Ruby, décédé le 1er mars dernier, a été accusé des premiers symptômes d’une grave dysfonction médullaire environ une semaine avant son admission à Humanitas, où il est entré le 29 janvier dernier. Dans l’enquête sur la mort mystérieuse, les enquêteurs ont déjà écouté les membres de la famille du modèle dans les minutes et, pour autant que nous le sachions, aucun élément utile n’aurait émergé pour le moment pour les enquêtes qui, tout d’abord, doivent établir les causes du décès. Les enquêteurs et les enquêteurs analysent également les conversations du téléphone de la jeune femme de 34 ans afin de reconstituer les contacts qu’elle a eus ces derniers temps. D’après les témoignages des proches de la jeune fille, qui ont rapporté les histoires qu’elle lui avait racontées (elle s’est également confiée dans la crainte d’avoir été empoisonnée, après que les médecins l’aient analysée pour la présence d’arsenic), aucun élément significatif ne ressort de ce qui était connu.

Souad Sbai contre l’ambassadeur du Maroc à Rome. « Pourquoi l’ambassadeur du Maroc à Rome n’a-t-il pas dénoncé le cas de la mort d’Imane Fadil, mais est-il resté silencieux pendant 25 jours ? Pourquoi ne parlez-vous pas publiquement de cette histoire ? En tant que représentant de la communauté marocaine en Italie, il aurait été de votre devoir de trouver le temps de vous y intéresser, plutôt que de vous inquiéter des polémiques avec Souad Sbai pour avoir légitimement demandé des précisions sur cette histoire ». C’est ce que dit Souad Sbai elle-même, présidente de l’association des femmes marocaines en Italie, dans une note.

« Je ne suis pas contre le Maroc, ni contre ceux qui travaillent et exercent leurs fonctions à l’ambassade, mais avec mon association j’ai toujours traité avec les femmes maltraitées et nous serons une partie civile pour Imane – poursuit Sbai – alors que la seule déclaration digne de mention de l’ambassadeur était confiée à un communiqué stérile dans lequel, au lieu de répondre au fond, il s’est simplement agi d’annoncer une plainte pour diffamation contre moi, détournant ainsi l’attention du problème. « En niant toutes les accusations portées par l’ambassadeur, je me réserve le droit de faire appel à la Cour pour défendre mon honneur et ma réputation. Notre communauté est maintenant habituée à ses menaces, mais qu’il soit clair que tout cela ne m’empêchera pas, en tant que journaliste et militante des droits des femmes, de continuer à exiger justice pour Imane haut et fort « , conclut Souad Sbai dans sa note.

L’ancien député Souad Sbai est convoqué à l’après-midi. Le procureur adjoint Tiziana Siciliano, qui coordonne avec Antonia Pavan et Luca Gaglio l’enquête sur la mort d’Imane Fadil, l’un des principaux témoins du procès Ruby, a convoqué Souad Sbai, ancien député du PDL et président de l’Association des femmes marocaines en Italie. Les enquêteurs ont décidé de convoquer l’ancienne députée également après son interview avec le journal La Repubblica dans laquelle elle avait évoqué une « piste marocaine » et a expliqué que le mannequin mort dans des circonstances encore à clarifier le 1er mars dernier « savait beaucoup de choses. Elle avait probablement décidé de prendre du recul. Et ils l’ont tuée ».

Tags : Maroc, Ambassade du Maroc à Rome, prostitution, lobbying, Imane Fadil, Rubygate, Silvio Berlusconi, Hassan Abou Ayoub,

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :