Réduire au silence les critiques de la dernière colonie africaine

Aujourd’hui, tout journaliste au Maroc qui a le courage de critiquer l’occupation illégale du Sahara occidental, dernière colonie d’Afrique, risque maintenant une peine de prison et une lourde amende.

Les peines sévères prévues par le nouveau décret d’urgence visent spécifiquement à faire taire les détracteurs du gouvernement.

Les journalistes qui critiquent soit le roi, soit l’occupation du Sahara occidental, sont maintenant passibles de deux à cinq ans de prison et d’une amende de 2 à 10 000 dollars des États-Unis – une sanction qui constitue une violation totale du droit international.

Même les journalistes qui opéraient dans l’apartheid en Afrique du Sud n’étaient confrontés à de telles mesures draconiennes pour les faire taire, ce qui est révélateur du désespoir du gouvernement marocain de contrôler le récit entourant la répression dans son territoire occupé illégalement.

La suppression de la liberté d’expression au Maroc a fait la une de la presse internationale cette semaine alors que le procès tant attendu de la jeune journaliste Nazha El Khalidi devait commencer lundi.

Le procès a été reporté au 24 juin, mais l’affaire Khalidi a remis au premier plan les violations des droits de l’homme commises par le Maroc, jetant une ombre noire sur le prétexte du pays d’être un pays africain tolérant et moderne.

Ce qui émerge est un gouvernement qui ne peut tolérer aucune forme de dissidence et d’expression pacifique d’opinion, en particulier en ce qui concerne la situation au Sahara occidental.

En décembre dernier, Khalidi a été arrêtée au Sahara occidental occupé pour avoir enregistré au téléphone une manifestation pacifique de femmes et l’a retransmise en direct sur Facebook.

La manifestation a eu lieu à la même occasion que les pourparlers entre le Front Polisario et le Maroc avaient commencé à Genève.

Les Sahraouis étaient descendus dans les rues pour expeimer pacifiquement leur soutien à une solution au conflit. Quelques minutes à peine après que Khalidi ait diffusé en direct ses images de la manifestation, la police l’a saisie et battue, et elle a été emmenée à un poste de police où elle affirme avoir été interrogée pendant des heures.

Son appareil photo et sa carte mémoire ont été définitivement confisqués.

Selon Human Rights Watch, le Maroc tente régulièrement de criminaliser et de faire taire les journalistes citoyens, qui sont régulièrement victimes d’arrestations arbitraires, de mauvais traitements, de torture et de prison pour leur travail.

Khalidi est journaliste pour une chaîne de télévision du Sahara occidental en exil, RASD-TV, et fait partie du groupe vidéo Equipe Media.

Khalidi a été inculpé en vertu d’un article du code pénal marocain qui interdit de «revendiquer ou d’utiliser un titre associé à une profession réglementée par la loi… sans remplir les conditions nécessaires pour l’utiliser».

Les personnes reconnues coupables sont passibles d’une peine de prison allant de trois mois à deux ans.

Cette section du code pénal vise à garantir que les personnes non qualifiées ne prétendent pas être des professionnels – tels que les médecins, par exemple – lorsqu’elles ne possèdent pas les qualifications requises. Mais le gouvernement utilise cette loi pour faire taire les critiques de sa politique ou de son occupation du Sahara Occidental.

En utilisant cette section du code pénal contre les journalistes, le Maroc ne respecte pas les obligations qui lui incombent en vertu des conventions internationales des droits de l’homme – en vertu duquel il est tenu de respecter le droit de rechercher, de recevoir et de communiquer des informations et des idées.

L’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par le Maroc, garantit le droit à la liberté d’expression.

Le Comité des droits de l’homme, qui interprète le traité, a clairement indiqué que «les systèmes généraux d’enregistrement et de licence des journalistes par l’État» sont incompatibles avec la liberté d’expression.

Les accusations portées contre Khalidi étaient la première fois que les autorités marocaines utilisaient ce type de poursuites contre un activiste médiatique sahraoui, ce qui crée un dangereux précédent et signale une répression totale de la liberté d’expression.

Le directeur adjoint de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Eric Goldstein, a critiqué la violation par le Maroc du droit de communiquer librement des informations et des commentaires en déclarant: «Les personnes qui parlent pacifiquement ne devraient jamais avoir à craindre la prison pour avoir« prétendu être journalistes ».

Depuis que Khalidi a été inculpée en décembre dernier, d’autres journalistes ayant publié des reportages vidéo sur des manifestations ont également été poursuivis.

Le mois dernier, la cour d’appel de Casablanca a confirmé la condamnation d’au moins deux journalistes pour «usurpation du titre de journaliste», après avoir couvert des manifestations.

Le directeur du site d’information Rif 24 a été condamné à cinq ans de prison et le directeur d’Awar TV à trois ans. Trois membres d’Equipe Media sont également emprisonnés dans des prisons marocaines et purgent des peines de six, vingt et vingt-cinq ans.

De jeunes journalistes comme Khalidi s’emploient actuellement à documenter les violations des droits de l’homme en filmant depuis les toits afin d’éviter d’être arrêtés par les autorités.

Malgré le fait que tous ses frères ont été torturés par l’État et qu’elle risque d’être condamnée à deux ans de prison à l’âge de 26 ans, Khalidi et d’autres jeunes femmes courageuses du Sahara Occidental occupé refusent de se faire taire.

* Shannon Ebrahim est rédactrice étrangère du groupe

Source: IOL News, 24 mai 2019


Publié

dans

par

Étiquettes :

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :