L’opinion publique sur l’autorité religieuse du roi du Maroc

Dans quelle mesure les Marocains perçoivent-ils favorablement le leadership étatique en matière de religion ou voient-ils le chef de l’Etat, le roi Mohammed VI, comme une source d’autorité religieuse?

ANNELLE SHELINE examine ces questions dans le présent numéro, rédigé dans le cadre d’une étude de deux ans du Centre pour le Moyen-Orient sur l’autorité religieuse au Moyen-Orient.

Le Maroc s’est efforcé ces dernières années de s’ériger en rempart contre l’extrémisme religieux: le gouvernement forme des femmes à servir de guides religieux, ou «mourchidates», pour lutter contre les messages violents; Depuis son lancement en 2015, le Centre de formation des imams a reçu des centaines d’imams d’Europe et d’Afrique pour étudier l’islam marocain. en 2016, en réponse aux atrocités de l’Etat islamique contre les Yazidis, le roi du Maroc a réuni des leaders musulmans réputés pour publier la Déclaration de Marrakech sur les droits que l’Islam garantit aux non-musulmans.

De telles initiatives ont contribué à la réputation internationale du Maroc en tant que bastion de la tolérance religieuse sous l’égide de l’État.

Mais dans quelle mesure les Marocains perçoivent-ils favorablement ce leadership étatique dans la religion ou voient-ils le chef de l’Etat, le roi Mohammed VI, comme une source d’autorité religieuse? Selon un sondage d’opinion mené par le Baker Institute en décembre 2017, les autorités marocaines les répondants considèrent le roi comme un chef religieux. Les conclusions corroborent la revendication du roi sur le titre de «commandant des croyants» et semble donc affirmer sa capacité à utiliser des justifications religieuses pour lutter contre la violence religieuse.

Le roi Mohammed VI et les institutions religieuses de l’État affirment que le Maroc embrasse une combinaison de trois traditions islamiques: la branche maliki de la jurisprudence sunnite, la doctrine Ash ofari du rationalisme et la tradition soufie de l’Imam Junayd1. forme spécifiquement marocaine d’islam qui inocule le royaume contre l’extrémisme. Un des éléments les plus significatifs de l’islam marocain est la figure du commandant des fidèles ou «Amir al-Mu’mine», un statut détenu par le roi du Maroc qui prétend être un héritier du prophète Mahomet. La figure du commandant des fidèles est unique au Maroc; Aucun autre chef d’État musulman contemporain ne détient un titre similaire.

Article intégral (en anglais)

Tags : Maroc, Mohammed VI, monarchie alaouite, commandeur des croyants,


Publié

dans

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :