Le labyrinthe des envoyés spéciaux pour régler la question du Sahara Occidental

Par Ali El Aallaoui

Après la chute du mur de Berlin, la décomposition de l’empire soviétique et les troubles géopolitiques qui en ont résulté ont mis fin à l’ordre de Yalta. L’ancienne menace disparaît, mais de nouveaux dangers apparaissent. En bref, la fin de l’équilibre bipolaire a pour résultat que le nouveau monde est devenu plus «dangereux», plus «imprévisible» et plus «irrationnel». C’est dans cette atmosphère qu’est né le plan de paix américain au Sahara occidental, qui institue la mission de la MINURSO d’organiser un référendum gratuit pour le peuple sahraoui.

Cependant, l’objectif de la mission de la MINURSO sera bloqué par le Maroc. En effet, depuis la mise en oeuvre de l’accord de cessez-le-feu du 6 septembre 1991 entre le Maroc et le Front Polisario, le Maroc veut dès le départ enregistrer les colons marocains sur les listes électorales de l’organisme éligible, car il ne fait pas confiance aux peuples autochtones du Sahara occidental qui préfèrent principalement leur indépendance.

Pour débloquer cette situation, les Nations Unies utiliseront la pratique de l’envoi d’envoyés afin de trouver une solution de compromis entre les deux parties. Dans cette optique, les États-Unis ont nommé le nouvel envoyé spécial Horst Kohler en août 2017.

Horst Kohler a eu le mérite de déclencher une nouvelle dynamique afin de trouver une solution respectueuse de l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. Par conséquent, il a réuni deux fois les deux parties et les pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie, à la même table.

Malgré les démonstrations enthousiastes de Horst Kohler au début, il a été contraint de démissionner après 20 mois de travail. Les raisons en sont multiples mais, à notre avis, les causes directes sont représentées par l’ordre systématique inhérent aux acteurs du conflit, à savoir les deux belligérants et le président. groupe restreint connu sous le nom du groupe d’amis du Sahara occidental.

Maroc et Polisario: deux approches antinomiques

On peut dire dès le départ que le conflit persiste entre le Maroc et le Polisario, en raison de l’absence de communication et du malentendu de chaque partie quant aux objectifs réels de l’autre et du manque de bonne volonté de toutes les parties.

Pour le Maroc, l’annexion du Sahara occidental est un choix stratégique irréversible. La diplomatie française a ainsi aidé à établir une certaine souveraineté fictive. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’intransigeance marocaine.

L’objectif du Maroc est de jouer sur la dénaturation du conflit, de changer la nature du conflit, d’une question de décolonisation à une question de sécession.

Naturellement, le Polisario a une excellente journée pour affirmer que la théorie de la prescription acquisitive invoquée par le Maroc ne confère aucun titre de souveraineté parce que l’occupation marocaine n’était ni pacifique ni ininterrompue.

Le Maroc et le Front Polisario étaient bloqués dans une situation qui ressemblait à un dilemme des prisonniers. Les deux parties n’étaient pas claires quant aux intentions de l’autre partie et ne communiquaient pas avec l’opposant; les deux trouveraient difficile de surmonter le dilemme.

Le jeu des deux parties consiste à vaincre l’autre partie et à ne pas coopérer pour la raison pour laquelle ce type de négociation ne peut jamais aboutir à une solution. Les deux parties sont nerveuses à l’idée d’être trompées à la fin. par conséquent, ils n’acceptent aucun compromis.

Kohler veut introduire un nouveau paradigme, à savoir que l’avenir du Maghreb repose sur la coopération économique entre tous les États, y compris le peuple du Sahara occidental, qui l’emporterait sur les conflits politiques à long terme.

Cependant, les différences de position du groupe d’amis du Sahara occidental ont eu un effet direct sur la mission de Kohler, qui a été contraint de démissionner.

Le problème du groupe d’amis du Sahara Occidental

L’administration américaine actuelle a mis une pression énorme sur le gouvernement marocain pour qu’il reprenne le processus de négociations de paix en forçant S.C. à adopter six mois seulement pour le mandat de la MINURSO au lieu d’un an.

Cependant, Kohler sera face à la réalité du poids du groupe d’amis du Sahara occidental qui ont une stratégie différente de lui. En fait, le match entre les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l’Espagne a un impact direct sur l’avenir de toute solution au Sahara occidental.

C’est pourquoi nous devons comprendre que la position des acteurs directs est alimentée par la position des acteurs indirects, compte tenu de l’absence de système de réglementation, nous ne pouvons donc pas parler d’un résultat possible.

Dans notre cas, nous estimons que le passage de la question de la décolonisation du Sahara occidental doit aller vers l’application du Chapitre VII et ne pas rester confiné au Chapitre VI, afin d’imposer une solution définitive qui respecte l’autodétermination du Sahara occidental. les gens démocratiquement.

La solution peut être imposée?

Malgré les changements dans le système international et régional, les deux belligérants sont loin de prendre des décisions historiques au profit de tous les peuples du Maghreb.

Ces conclusions permettent de conclure que le Maroc et le Front Polisario interprètent l’état des négociations comme la « fin du jeu » et que nous pouvons donc affirmer qu’ils ne seront pas en mesure de résoudre leur conflit.

Nous pensons que, sans la revitalisation d’une vision commune pour l’avenir, il est peu probable que la paix s’établisse dans le nord-ouest de l’Afrique.

Enfin, les États-Unis peuvent trouver dans l’esprit de l’accord de règlement initial signé par les deux parties le seul choix démocratique qui poussera toute la région du Maghreb à s’unir sur le drapeau de la démocratie et de la complémentarité économique.

Source : Modern Diplomacy, 27 mai 2019

Tags : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, ONU, Horst Köhler,


Publié

dans

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :