Maroc : Carnage à Mellila

Maroc, Espagne, Melilla, migrants, répression,

Un nouveau drame de migrants, après celui enregistré en 2021 à Ceuta. 18 migrants sub-sahariens sont morts vendredi alors qu’ils tentaient de pénétrer dans l’enclave espagnole de Melilla, sur la côte nord du Maroc, et après que des heurts avaient éclaté avec les gardes-frontières, selon un bilan officiel du régime du Makhzen alors que plusieurs sources humanitaires font état de plus de 87 décès.

Près de 2 000 migrants ont tenté de s’introduire sur le territoire espagnol en prenant d’assaut une clôture. Des heurts ont alors éclaté avec les forces de sécurité, ont annoncé les autorités marocaines et espagnoles, ajoutant qu’une centaine de personnes avaient réussi à entrer dans l’enclave.

D’après Omar Naji, de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), section Nador, des “affrontements” avaient eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre migrants et agents marocains lorsque quelque 2 000 migrants subsahariens ont tenté de passer à Melilla.

Des images diffusées notamment par l’AMDH montrent une réaction disproportionnée de la police marocaine. Les migrants arrêtés par cette dernière, ont été entassés par terre les uns sur les autres. Les images choquantes, ainsi que le nombre élevé de victimes, ont suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

“Laisser dans cette situation, sans aucun secours sur place, des centaines de migrants qui ont été traités avec violence de la part des (forces) marocaines et espagnoles a sans doute fait augmenter le nombre de décès”, a dénoncé l’AMDH sur sa page Facebook.

“Une vraie catastrophe qui nous laisse croire que le nombre de migrants morts est beaucoup plus élevé”, a-t-elle encore écrit.

“Comment peut-on accepter de laisser des dizaines de migrants gravement blessés sans aucun secours pendant presque 9 heures sur place, entourés de militaires alors qu’on avait besoin de secouristes’”, s’est encore indignée l’AMDH.

“Un bilan très lourd, catastrophique qui montre que les politiques migratoires suivies sont mortelles avec des frontières et des barrières qui tuent”, a dénoncé l’Association des droits de l’Homme, qui a appelé devant ces “violations gravissimes”, à l’”ouverture d’une enquête rapide et sérieuse pour déterminer les circonstances” de ce bilan “très lourd”.

Selon l’AMDH Nador, tous les morts sont à la morgue de l’hôpital de Nador (ville marocaine la plus proche de Melilla).

Plusieurs appels ont été lancés hier pour réclamer une enquête indépendante, au lendemain de la tentative d’entrée de près de 2.000 migrants subsahariens dans l’enclave espagnole de Melilla qui s’est terminée par une “tragédie” sans précédent au Maroc.

“Nous appelons à l’ouverture d’une enquête rapide et transparente”, a déclaré aux médias, Mohamed Amine Abidar, le président de la section de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) à Nador, dans le nord du Maroc.

Des images diffusées notamment par l’AMDH, principale organisation marocaine de défense des droits humains, montrent un usage disproportionné de la force par la police marocaine. Les migrants arrêtés par cette dernière, ont été entassés par terre les uns sur les autres. Les images choquantes, ainsi que le nombre élevé de victimes, ont suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

Selon un dernier bilan officiel, 18 morts ont été enregistrés vendredi lors de la tentative d’entrée de près de 2.000 migrants dans Melilla.

Le président de la section de l’AMDH de Nador s’est refusé à chiffrer le nombre de morts, mais “pense que le bilan va s’alourdir”, ajoutant que “la cause principale de cette catastrophe est la politique migratoire menée par l’Union européenne en coopération avec le Maroc”.

Selon l’ONG Caminando Fronteras, spécialiste des migrations entre l’Afrique et l’Espagne, il s’élèverait à 27 morts.

L’association espagnole a exigé samedi dans un communiqué “l’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire indépendante du côté marocain comme espagnol, ainsi qu’au niveau international pour faire toute la lumière sur ce drame humain”.

Toujours en Espagne, une députée européenne du parti de gauche radicale Podemos, a également réagi. “Une enquête est nécessaire pour éclaircir les faits et les responsabilités”, a tweeté Idoia Villanueava, responsable de Podemos pour les affaires internationales.

De son côté, Eduardo de Castro, le président (maire) de Melilla et plus haute autorité politique de cette ville autonome, a dénoncé une “réponse disproportionnée” du Maroc à la tentative de passage des migrants. “Le Maroc se permet certaines choses qui ne seraient pas acceptables” en Espagne, a-t-il dit.

Situées sur la côte nord du Maroc, Melilla et l’autre enclave espagnole de Ceuta sont les seules frontières terrestres de l’Union européenne (UE) sur le continent africain et font régulièrement l’objet de tentatives d’entrée de la part de migrants cherchant à rejoindre l’Europe.

#Maroc #Espagne #Melilla #Migrants


Publié

dans

,

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :