Sahara : Washington soutient le plan marocain d’autonomie

Sahara Occidental, Maroc, Etats-Unis, Front Polisario, William Jordan, Wikileaks, autonomie,

Selon William Jordan, un haut responsable du Département d’Etat américain, un État indépendant au Sahara Occidental n’était pas concevable pour les États-Unis et une grande partie de la communauté internationale, principalement parce qu’un tel État n’était pas susceptible d’être viable. Une solution mutuellement convenue offrant une autonomie réelle, dans laquelle les Sahraouis peuvent réaliser l’autodétermination dans le contexte de la souveraineté marocaine, était la solution privilégiée. Les États-Unis croyaient que c’était réalisable. Voici le texte d’un câble envoyé par l’Ambassade des Etats-Unis à Rabat à ce sujet:

Résumé :

Lors de réunions avec le MOI et le MAE le 17 février à Rabat, et réitéré lors de la réunion de l’ambassade le 22 février avec le SecGen Omar Hilale du MAE, le directeur du bureau NEA/MAG en visite, William Jordan, a exhorté les responsables du GOM à être expansifs dans leur réflexion sur l’autonomie afin de la rendre réelle et crédible pour le peuple sahraoui. Il a souligné que le Maroc devrait être prêt à négocier avec le Polisario. Jordan a assuré le GOM que les États-Unis partageaient l’opinion de nombreux pays selon laquelle un État indépendant au Sahara occidental n’était probablement pas viable et qu’un règlement plus réaliste était celui qui accordait aux Sahraouis une mesure significative d’autonomie sous la souveraineté marocaine.

À la lumière de l’attention internationale accrue portée sur la réponse des services de sécurité marocains aux manifestations et aux arrestations de militants sahraouis, il a exhorté le GOM à permettre un plus grand accès au territoire pour contrer l’impression que le GOM « a quelque chose à cacher. » Jordan a déclaré à ses contacts qu’il se rendrait à Tindouf la semaine suivante et qu’il profiterait de toute rencontre avec le Polisario pour faire pression en faveur de contacts sérieux avec les Marocains et d’un accord pour négocier avec le Maroc sans conditions préalables. Le gouverneur du MOI, Rachid Rguibi, a déclaré qu’il y avait déjà une participation sahraouie considérable dans les affaires locales du territoire. Il a souligné que le Maroc avait une vision pour le territoire et était prêt et désireux de trouver une solution négociée au conflit – mais l’Algérie l’était-elle ?

Résumé final.

Le 17 février, le directeur du bureau NEA/MAG William Jordan a eu des réunions séparées avec le gouverneur Rachid Rguibi, un membre du brain trust du MOI sur le Sahara Occidental ; le directeur des affaires bilatérales du MFA Youssef Amrani ; et le directeur des affaires américaines du MFA Salahuddin Tazi. Alors que les réunions avec le MFA ont couvert d’autres questions dans la relation bilatérale USA-Maroc (reftel), la réunion de 75 minutes avec Rguibi s’est concentrée exclusivement sur le Sahara Occidental. Polcouns a accompagné la Jordanie à la réunion avec Rguibi, et DCM, Polcouns, et Poloff ont rejoint la Jordanie pour les deux réunions avec le MAE. Le Sahara Occidental : Autonomie, image, et le Polisario.

Rguibi a dit à la Jordanie, en guise de contexte, que les efforts de décentralisation nationale étaient bien engagés au Maroc – et pas seulement au Sahara Occidental. L’autonomie pour le Sahara occidental est désormais une idée acceptée, même si « certains au Maroc en ont peur ». L’Espagne a fourni le modèle « le plus proche » de ce que le Maroc envisage, bien qu’il y ait « certaines tendances » en Catalogne qui « inquiètent » le Maroc. Rguibi a noté qu’en 2000, le Maroc s’est engagé auprès de James Baker à accepter l’autonomie, et à ce moment-là, l’autonomie au Sahara Occidental est devenue partie intégrante d’un plan national de décentralisation.

Rguibi a déclaré que les universitaires et les partis politiques marocains, entre autres, avaient répondu à l’appel du Roi de décembre 2005 pour des consultations et le partage d’idées sur le Sahara Occidental. « Le Roi veut que la recherche de la bonne solution soit appropriée par le peuple », a-t-il dit. Rguibi a fait valoir qu’il n’y avait « rien » dans le sud lorsque les Espagnols ont quitté le territoire ; il y avait juste quelques baraquements de l’armée et des nomades, et au fil des ans, le GOM a fait d’énormes efforts pour développer le territoire.

Rguibi a déclaré que la pensée du Maroc sur l’autonomie n’était pas un secret pour les États-Unis, puisque le MOI Sahel de l’époque avait apporté le plan d’autonomie SIPDIS du Maroc aux États-Unis à la fin de 2003. Le Maroc voyait le processus vers une solution comme une négociation, basée sur des « principes courageux », essentiellement entre deux parties : le Maroc et l’Algérie. Rguibi s’est demandé si l’Algérie était vraiment prête à s’engager sérieusement avec le Maroc pour trouver une solution.

Rguibi a souligné que l’indépendance était une option « impensable » pour le Maroc. La pression américaine sur l’Algérie pour faire passer ce message est essentielle. L’indépendance est ethniquement et politiquement impossible pour le peuple sahraoui, « même pour moi en tant que Sahraoui ». Rguibi a déclaré qu’il était heureux que les États-Unis s’intéressent à la question du Sahara occidental et la connaissent bien. De plus, le Maroc a profondément apprécié le rôle des États-Unis dans la facilitation de la libération des derniers prisonniers de guerre marocains en août 2005.

Rguibi a identifié un recensement des camps de Tindouf comme une autre priorité pour le GOM et a exprimé sa gratitude pour le soutien antérieur des Etats-Unis à cette initiative à Genève. Une pression accrue sur le HCR pour qu’il donne suite à cette initiative est nécessaire, a-t-il déclaré ; un recensement permettrait à la communauté internationale de connaître la population réelle des camps. Mais l’Algérie défie la communauté internationale et refuse un recensement, a-t-il accusé, et il n’y a pas de réelle coopération entre l’Algérie et le HCR.

L’autre préoccupation du Maroc concernant le Sahara Occidental, a dit Rguibi, est de parer au terrorisme potentiel émanant de la région du Sahel. Comme les Etats-Unis et l’Europe occidentale le savent bien, une grande partie du Sahel est un no man’s land, et ce qui s’y passe en termes de sécurité peut avoir un effet sur l’Occident. Les Arabes afghans pouvaient se regrouper dans les espaces non gouvernés ; il y avait déjà eu des enlèvements d’Occidentaux en Algérie ; il y avait une migration clandestine de ressortissants d’Afrique de l’Ouest et d’Asie du Sud. Chaque fois que le GOM interceptait des migrants, d’autres suivaient. Les migrants transitent par le Sahel et le Sahara occidental pour se rendre en Europe. Cela va à l’encontre des intérêts occidentaux.

M. Rguibi a résumé en disant que la situation se résumait à ceci : l’Algérie est-elle prête pour une solution politique définitive au conflit ? La stabilité du Maghreb est importante. Un Polisario militarisé constitue une menace pour le Maroc ; c’est le sujet de la récente lettre de M. Benaissa à M. Annan (concernant l’activité du Polisario à Tifariti). Le Polisario s’affirme le long de la frontière mauritanienne dans des zones que la MINURSO ne peut atteindre, où il y a peu d’habitants et aucun contrôle gouvernemental. De plus, pour célébrer l’indépendance de la RASD dans le courant du mois, le Polisario ferait venir des partisans de Mauritanie, violant ainsi le cessez-le-feu et les accords militaires.

La Jordanie a répondu qu’un Etat indépendant au Sahara Occidental n’était pas concevable pour les Etats-Unis et une grande partie de la communauté internationale, principalement parce qu’un tel Etat ne serait probablement pas viable. Une solution mutuellement acceptable offrant une réelle autonomie, dans laquelle les Sahraouis peuvent réaliser l’autodétermination dans le contexte de la souveraineté marocaine, est la solution préférée. Les États-Unis estiment que cette solution est réalisable. La présentation par le Maroc d’un plan d’autonomie au Conseil des ministres était la prochaine étape. Avec la fin définitive du processus Baker, la diplomatie sur le Sahara Occidental est entrée dans une nouvelle phase. L’envoyé de l’ONU Van Walsum publiera bientôt un rapport sur la situation. Une nouvelle formule est nécessaire pour aller de l’avant, avec le soutien de la communauté internationale et des Amis du Sahara Occidental. Les Etats-Unis attendent avec impatience le plan d’autonomie du Maroc afin de pouvoir se concentrer sur les négociations. Le plan d’autonomie du Maroc devrait prendre en compte tous les aspects de l’autonomie, englobant le soutien du peuple sahraoui.

Jordan a déclaré qu’une préoccupation pour les États-Unis était que les manifestations dans le territoire – qu’elles soient soutenues ou motivées par le Polisario, ou qu’elles reflètent les conditions dans le territoire – donnent l’impression que les Sahraouis sont marginalisés. M. Jordan a déclaré qu’il ne lui appartenait pas de se prononcer sur les facteurs sous-jacents, mais que la communauté internationale s’intéressait à la question. Les États-Unis ont examiné les rapports des ONG, de leurs ambassades et d’autres organismes pour se faire une idée précise de la situation au Sahara. Pour une fin durable du conflit, une solution doit passer par les habitants du territoire.

La Jordanie a convenu que l’Algérie devait être pleinement impliquée dans la recherche d’une solution. Sans l’Algérie, il n’y aurait pas de solution durable, ni de pression sur le Polisario pour qu’il s’engage. Les Etats-Unis ont encouragé le Maroc à avoir un contact direct avec le Polisario ou les véritables représentants du peuple sahraoui.

Sans cela, les États-Unis ne peuvent envisager une solution tangible. La région du Maghreb a besoin d’une intégration et d’une coopération réelles pour réaliser les objectifs de l’Union du Maghreb arabe. Mais l’intégration a peu de chances d’aboutir sans une solution au problème central du Maghreb. Les États-Unis s’inquiètent des activités provocatrices du Polisario dans ce qu’ils appellent la « zone libérée » à l’est du mur de sable, bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’informations disponibles sur ce qui se passe réellement et si cela viole l’accord de cessez-le-feu de 1991.

Jordan a dit à Rguibi qu’il visiterait les camps de Tindouf la semaine suivante et qu’il aurait probablement des contacts avec le Polisario. Il a souligné l’inquiétude des États-Unis face aux activités qui déstabilisent la région et a fait remarquer que la seule façon d’avancer était la diplomatie. Le Polisario doit examiner très sérieusement, malgré son rejet public, la proposition marocaine d’autonomie. Les Etats-Unis sont prêts à aider les négociations à condition que le Polisario accepte de trouver une solution pacifique. De même, lors de réunions avec le GOA, Jordan a dit à Rguibi qu’il dirait franchement aux Algériens qu’ils ne pouvaient pas se retirer. Une solution durable exigeait la pleine participation de l’Algérie.

M. Rguibi a déclaré que la vision américaine était encourageante pour le Maroc, et il espère que les États-Unis aideront les parties à trouver une solution aussi rapidement que possible. Il a toutefois tenu à préciser plusieurs points concernant la situation dans le « sud ». Le Maroc a passé les vingt-cinq dernières années à développer le Sahara Occidental. Le territoire connaît le taux de chômage le plus bas du pays. Il y avait des ports, des aéroports, et de bonnes routes. Il y avait une immigration massive du nord vers le sud. Le Sahara occidental bénéficie des projets de développement les plus ambitieux du Maroc, et le GOM est très satisfait des progrès réalisés jusqu’à présent. Il y a désormais une plus grande liberté d’expression au Sahara. Les « séparatistes » rencontrent des responsables américains sans répercussions ni arrestations. Pourtant, certains Sahraouis brûlent le drapeau marocain. Les Marocains ne sont pas habitués à cela. C’est une provocation. Certaines personnes sur le territoire agissent sur instruction du Polisario. Le Polisario est contre les plans de développement nationaux du Maroc. Lorsque des personnes s’engagent dans la violence et prêtent allégeance au Polisario, alors le GOM doit s’inquiéter. Lorsque cela se produit, le Polisario devient un mouvement militant. Notre peuple ne peut pas accepter cela, a insisté M. Rguibi. Quatorze militants sahraouis ont été condamnés récemment pour leur rôle dans des manifestations. Le processus a été transparent. Le frère du leader du Polisario, Abdulaziz, vit au Maroc – il est laissé seul. Des délégations se rendent au Sahara occidental tout le temps, mais quand elles arrivent en brandissant le drapeau du Polisario, c’est une provocation. Ce n’est pas le gouvernement central qui agit, dit Rguibi, mais plutôt le maire de Laayoune qui décide comment gérer la situation.

Le gouvernement marocain, a dit Rguibi, est allé très loin dans l’expansion des libertés au Sahara Occidental et ailleurs au Maroc. Le Roi est allé aussi loin que possible. Il était inacceptable que les gens provoquent les Sahraouis qui ont fait le choix d’être marocains. Trente et un Sahraouis étaient membres du parlement marocain – plus de onze pour cent des sièges. La plupart des maires du Sahara sont des Sahraouis. Les Sahraouis sont intégrés dans la vie politique et économique de tout le Maroc — à Settat, à Larache, dans les banques, dans les centres d’investissement régionaux. Moi-même, a dit Rguibi, je suis un Sahraoui qui a été conseiller des deux premiers ministres avant de venir au ministère de l’Intérieur.

Rguibi a terminé par une anecdote. Il s’était rendu à Laayoune pour les funérailles d’un homme sahraoui en novembre dernier. Alors que le cortège funéraire traversait Laayoune, un accident s’est produit et trois piétons ont été tués. Le lendemain, la presse algérienne et le Polisario ont proclamé qu’il s’agissait d’un meurtre à motivation politique. Une telle exploitation était dangereuse pour une compréhension exacte du Sahara occidental. Oui, la période de mai à juillet 2005, avec de nombreuses manifestations, a été difficile, reconnaît Rguibi. Un Sahraoui avait été tué en octobre lors de manifestations. Il s’agissait d’une erreur, et les agents fautifs avaient été arrêtés. Les agents de sécurité ont reçu l’ordre strict d’éviter les confrontations avec les manifestants.

Réunions avec le MAE

Au cours d’une brève réunion, la Jordanie a réitéré les points clés à Youssef Amrani, Directeur des Affaires Bilatérales du MAE, notant que le Département « attend avec impatience » la proposition d’autonomie du Maroc. Il a souligné que le Sahara Occidental est au premier plan de la façon dont l’image du Maroc est perçue par la communauté internationale, et il est impératif que le Maroc permette l’accès au Sahara Occidental. Jordan a déclaré qu’il est inévitable que le Polisario ait un siège à la table des négociations et que le Maroc devra engager le Polisario. Amrani a répondu que le Maroc n’est pas étranger au Polisario car le GOM a négocié avec le Polisario dans le passé. Amrani a déclaré que le problème est que l’Algérie ne permet pas au Polisario d’agir indépendamment. A cet égard, traiter avec l’Algérie est « inévitable », selon Amrani.

Amrani a demandé que l’USG encourage également l’Algérie à avoir un dialogue ouvert avec le Maroc sur le Sahara Occidental, car sans cela il n’y aura pas de mouvement vers une solution. La Jordanie a assuré à Amrani qu’il transmettrait un message similaire au gouvernement algérien. Le GOM proposera un « plan d’autonomie plus concret » en avril, selon Amrani.

Le directeur du MFA Americas, M. Tazi, a noté que la stabilité du Maroc dépend de la solution rapide de la question du Sahara Occidental. Le Maroc, comme il l’a dit, ne peut pas continuer à dépenser des ressources, de l’argent, et de l’énergie sur ce conflit. La Jordanie a convenu que le conflit a duré trop longtemps, et a suggéré que le Maroc, en plus de se concentrer sur la nécessité d’impliquer l’Algérie, doit également s’assurer qu’une solution est acceptée par le peuple sahraoui. La Jordanie a noté que, bien que certains tentent d’exploiter la situation, le Maroc doit permettre à autant d’informations que possible de sortir du territoire. Ne pas le faire, c’est risquer que des personnes extérieures concluent que le Maroc a quelque chose à cacher.

Lors d’une réunion le 22 février avec le Secrétaire Général du MAE, Hilale, Polcouns a souligné l’importance pour le Maroc de soumettre un plan d’autonomie élargi et crédible qui pourrait servir de base aux négociations avec l’Algérie et le Polisario. Hilale a déclaré que le Maroc ne partait pas de zéro en matière d’autonomie, faisant écho à Rguibi qui a déclaré que certains Marocains n’étaient pas prêts à accepter l’autonomie. Hilale a déclaré que l’expérience du Soudan était présente à l’esprit du Maroc ; les négociations sur un accord de paix nord-sud ont provoqué des divisions et des violences à l’ouest. Cela a démontré que même l’autonomie était un risque pour le Maroc. Cela dit, le Maroc est prêt à aller de l’avant, mais il est grand temps que les Algériens s’engagent sérieusement. Le fait d’avoir les parties à la table des négociations donnerait au peuple marocain un énorme coup de pouce psychologique. Le Palais consulte-t-il les partis politiques et les ONG marocaines comme le Roi l’a demandé, a demandé M. Polcouns ? Oui, a répondu Hilale, « nos gens font du bon travail ». 21. (U) Le directeur de l’AEN/GAM, Jordan, a effacé ce message.

Riley

#Maroc #Sahara_Occidental #Etats_Unis #Wikileaks


Publié

dans

,

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :