Ceuta-Melilla: L’OTAN refuse de s’en mêler

Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla, OTAN, Pedro Sanchez,

Sánchez voulait faire débarquer des navires de l’OTAN à Ceuta et Melilla pour envoyer un message à Rabat.

Selon OKDiario, le gouvernement de Pedro Sánchez a préparé une feuille de route pour convaincre l’OTAN, à l’occasion du sommet de l’Alliance à Madrid, d’inclure Ceuta et Melilla dans son parapluie de protection. Ce plan a échoué avant d’être mis en œuvre, après qu’il a été réalisé que ni les États-Unis ni le Royaume-Uni n’approuveraient un changement aussi important du statut des deux villes, que le Maroc revendique comme siennes. La Moncloa a manœuvré lors du sommet de l’OTAN pour tenter un  » plan B  » : que les flottes de l’OTAN transitant par le détroit de Gibraltar utilisent les ports des villes autonomes, notamment Ceuta, pour des escales techniques et des ravitaillements pendant leurs missions. Finalement, cela ne se produira pas, et Sánchez se retrouve sans atout dans sa lutte contre Rabat.

En 2021, l’Espagne travaillait sur une proposition à présenter à l’OTAN pour résoudre, une fois pour toutes, le manque de définition quant à l’appartenance ou non de Ceuta et Melilla au parapluie de l’Alliance. Consulté à l’époque, le gouvernement a fermé les yeux et nié : personne ne travaille sur cette hypothèse. L’information, avec le faux démenti du gouvernement, n’a jamais été publiée.

La même source rapporte que quelques jours avant le sommet, la Moncloa a laissé échapper que le concept stratégique de Madrid, le guide qui régira les actions de l’OTAN au cours de la prochaine décennie, laisserait Ceuta et Melilla expressément sous la protection de l’Alliance après les efforts déployés par le gouvernement au fil des mois. Les mêmes que ceux qu’il avait refusés. Cependant, le sommet de Madrid a pris fin et Ceuta et Melilla sont restées sans ce nouveau statut. La défense automatique de ces deux endroits n’a pas été envisagée par l’OTAN. Des sources militaires expliquent à OKDIARIO que le gouvernement de Pedro Sánchez « n’a pas insisté sur cette question après avoir appris que ni les États-Unis ni le Royaume-Uni n’allaient la soutenir ».

Plan B

D’autre part, le gouvernement espagnol a proposé à l’Alliance un plan B, une sorte de prix de consolation, qui consistait à ce que l’OTAN considère les ports des villes autonomes comme des escales pour les flottes internationales qui traversent le détroit de Gibraltar. Les groupes navals permanents qui sont déployés en permanence dans les zones d’influence en Europe, en Asie et en Afrique.

Cette proposition a été laissée en suspens, sans réponse positive ou négative de la part de l’Alliance. En fin de compte, cependant, l’Espagne a été informée que les navires de l’OTAN appartenant à ces grandes flottes n’utiliseront pas les ports espagnols sur le continent africain. Il y a « d’autres ports » qui effectuent déjà ce travail, argumente le QG de Bruxelles. Parmi elles figure Rota (Cadix), que les États-Unis considèrent comme d’un intérêt stratégique élevé.

Les Russes

Ce recul a des effets économiques importants pour les deux villes. Entre 2010 et 2018, les équipages des navires et sous-marins militaires russes ont effectué une soixantaine d’escales de ravitaillement à Ceuta, rapportant environ cinq millions d’euros de recettes, selon les données de l’autorité portuaire de la ville.

Ce flux d’avantages a été coupé lorsqu’en 2018, l’accord tacite entre la Russie et l’Espagne pour effectuer ces escales a été définitivement rompu. Ni le ministère de la défense ni la marine espagnole n’ont vu d’objection à ce qu’ils aient lieu, comme ils le font depuis les années 1970. Mais ce sont les lobbies des États-Unis et du Royaume-Uni qui ont effectué un travail méthodique à Bruxelles pour que l’Alliance fasse comprendre à l’Espagne qu’elle ne voyait pas la nécessité de telles escales russes, surtout depuis l’entrée de Moscou dans le conflit syrien.

L’Espagne a accepté ce mandat, tout en faisant valoir que si Ceuta et Melilla n’étaient pas des territoires de l’OTAN, il n’y avait aucune raison de mettre fin aux escales. Dans les années qui suivent, cependant, il y a eu des visites russes discrètes et courtes à Ceuta. Les exceptions étaient rares.

Maroc

Mais surtout, le plan B de la Moncloa, en proposant Ceuta – et dans une moindre mesure Melilla – comme escale sûre, avait une composante stratégique. Si ni Ceuta ni Melilla ne sont sous le parapluie de la protection reconnue par le traité de Washington, qui a donné naissance à l’Alliance, la présence des flottes de l’OTAN servirait au moins à envoyer un message au Maroc, à savoir que les deux territoires sont effectivement sous protection. Que l’Espagne n’est pas seule si elle doit les défendre contre une action hostile.

Il convient de rappeler que Rabat n’a jamais, en aucun cas, affirmé son intention de respecter le statut espagnol de Ceuta et Melilla. En fait, la semaine dernière, le Maroc a assuré par écrit aux Nations unies qu’il n’avait pas de « frontières terrestres avec l’Espagne », tout en décrivant Melilla comme une « ancienne prison » en raison de sa clôture de protection frontalière. En réponse au tollé, Rabat a nuancé ses propos, mais ne les a pas retirés.

#Maroc #Espagne #Ceuta #Melilla #OTAN #Pedro_Sanchez


Publié

dans

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :