L’Espagne accusée d’avoir dissimulé la mort des migrants à Melilla

Tags : Espagne, Maroc, Melilla, Migrants,

Les autorités espagnoles sont accusées d’avoir dissimulé la mort de dizaines de réfugiés dans leur enclave de Melilla avec le Maroc.

Quelque 23 jeunes hommes ont été confirmés morts et 77 autres sont toujours portés disparus après qu’environ 1 500 d’entre eux ont tenté d’entrer dans l’enclave du côté marocain le 24 juin. Des experts de l’organe des droits de l’homme de l’ONU affirment qu’au moins 37 personnes ont été tuées.

L’Espagne affirme que les morts ont eu lieu du côté marocain, un point de vue vivement contesté par les organisations de défense des droits de l’homme.

Elle a également refusé d’ouvrir une enquête indépendante, au milieu des allégations selon lesquelles les caméras de vidéosurveillance espagnoles avaient été éteintes pendant la violente répression.

« Au moment le plus crucial de la tragédie, les images enregistrées ont été interrompues », a déclaré Estrella Galan du Conseil espagnol pour les réfugiés.

S’adressant aux députés de la commission des libertés civiles jeudi 17 novembre, Galan a déclaré que les caméras de la Garde civile à la frontière étaient également éteintes. Cela s’est produit malgré que la Garde civile avait été avertie du grand nombre de personnes qui s’approchent, a-t-elle déclaré.

« Le procureur [espagnol] et la défense publique essaient d’obtenir toutes les images parce qu’ils n’ont pas reçu toutes celles disponibles ou qu’elles manquent », a-t-elle déclaré. « Ce manque d’informations pourrait être interprété comme une intention de dissimuler les faits « , a-t-elle déclaré.

La plupart des 1 500 personnes étaient d’origine soudanaise ou tchadienne, a-t-elle dit, notant que beaucoup auraient eu droit à une protection internationale en Espagne. Mais leur mort indique également un jeu géopolitique plus large entre le Maroc et l’Espagne alors que l’UE continue de délocaliser sa police des frontières vers des États étrangers.

Ce jeu est ancré dans le Sahara occidental, une zone à peu près de la taille du Royaume-Uni envahi en 1975 par le Maroc, déclenchant un conflit brutal avec les habitants autochtones.

Au mois de mars, quelque trois traversées ont vu 2 500 migrants entrer dans les enclaves sans faire de victimes. Ce même mois, le Premier ministre espagnol a radicalement renversé sa position sur le Sahara occidental et a déclaré son soutien à une solution dans le cadre de la souveraineté marocaine.

Les Marocains ont alors renforcé leur surveillance des frontières et intensifié la répression contre les migrants, dont la plupart vivaient à l’abri des regards dans les forêts d’une montagne voisine.

Les 1 500 personnes ont ensuite parcouru environ 6 km depuis la montagne pour atteindre l’enclave de Melilla le 24 juin.

Naji Omar, de l’Association marocaine des droits de l’homme, a déclaré que les forces marocaines n’avaient rien fait pour disperser la foule avant d’atteindre le poste frontière de Barrio Chino.

Mais une fois à l’entrée de l’enclave, quelque 2 000 policiers marocains ont encerclé les 1 500, concentrant les migrants dans un espace confiné où ils ont ensuite été accueillis par un barrage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, également du côté espagnol, a-t-il déclaré.

Selon un député espagnol, la police espagnole avait lancé 86 projectiles de gaz lacrymogène, ainsi que 28 projectiles fumigènes et tiré 65 balles en caoutchouc et 41 sprays [au poivre].

« Ils ont simplement attendu que les migrants arrivent à la clôture avant de lancer une attaque contre la foule », a déclaré Omar. « Il s’agit d’un plan conçu pour envoyer un message à l’Espagne pour voir de quoi ils [la police marocaine] étaient capables », a-t-il déclaré.

« En fait, les gens ont payé de leur vie ce message », a-t-il déclaré.

En octobre, l’Espagne a annoncé 30 millions d’euros pour soutenir la migration marocaine et les contrôles aux frontières, portant le total à plus de 123 millions d’euros depuis 2019.

Avec 360 millions d’euros, le pays est également le deuxième bénéficiaire financier des fonds européens liés à la migration. Sur ce montant, un peu plus de 100 millions d’euros sont utilisés pour aider le ministère marocain de l’Intérieur à empêcher les migrants d’atteindre l’Europe.

#Maroc #Espagne #Migration #Melilla


Publié

dans

par

Étiquettes :

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :