Le scandale de l’argent contre l’influence du Parlement européen

Tags : Moroccogate, Qatargate, Maroc, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Eva Kaili, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, Gilles Pargneaux, corruption, lobbying, cadeaux,

BRUXELLES, 21 décembre (Reuters) – Les autorités belges ont inculpé quatre personnes liées au Parlement européen à la suite d’allégations selon lesquelles le Qatar, pays hôte de la Coupe du monde, leur aurait offert de l’argent et des cadeaux pour influencer leurs décisions.

LES PERQUISITIONS ET LE DOSSIER D’ACCUSATION
Les enquêteurs ont perquisitionné 19 maisons et les bureaux du Parlement européen lors de descentes effectuées du 9 au 12 décembre.

Selon une source proche de l’enquête, 1,5 million d’euros (1,6 million de dollars) ont été saisis lors de ces perquisitions. Il s’agissait notamment de 600 000 euros en espèces au domicile d’un suspect, de plusieurs centaines de milliers d’euros dans une valise dans une chambre d’hôtel de Bruxelles et de 150 000 euros dans un appartement appartenant à un membre du Parlement européen.

Les enquêteurs ont également saisi des ordinateurs portables et des téléphones mobiles et ont ordonné le gel des ressources informatiques de dix membres du personnel parlementaire afin d’éviter la disparition de données. Les enquêteurs ont saisi les données lundi.

Des perquisitions ont également été menées en Italie.

Les procureurs belges disent enquêter depuis plus de quatre mois sur des paiements présumés effectués par un État du Golfe. Selon des sources proches de l’affaire, il s’agit du Qatar.

Dans les mandats d’arrêt émis en Italie, il est également question de paiements provenant du Maroc.

Le gouvernement marocain n’a pas répondu à une demande de commentaire.

LES SUSPECTES
Quatre suspects ont été inculpés de participation aux activités d’une organisation criminelle, de blanchiment d’argent et de corruption.

Les procureurs n’ont donné que leurs initiales, mais une source ayant connaissance de l’affaire affirme qu’il s’agit de :

Eva Kaili – une politicienne socialiste grecque qui était l’une des 14 vice-présidents du Parlement européen jusqu’à mardi, lorsque les législateurs ont voté pour la démettre de ce poste. L’ancienne présentatrice de télévision a défendu le Qatar devant l’Assemblée le mois dernier contre ceux qui tentent de « malmener » Doha au sujet de son traitement des travailleurs migrants. Son parti socialiste grec, le PASOK, l’a exclue de ses rangs et la Grèce a gelé ses biens immobiliers.

Son avocat en Grèce a déclaré qu’elle niait tout acte répréhensible. « Sa position est qu’elle est innocente », a déclaré Michalis Dimitrakopoulos à Open TV.

Pier Antonio Panzeri – ancien membre du Parlement européen issu du centre-gauche italien et fondateur du groupe de campagne pro-justice à but non lucratif Fight Impunity. La Belgique a également présenté des mandats d’arrêt européens pour sa femme et sa fille en Italie. Des extraits des mandats indiquent qu’elles ont participé aux activités de Panzeri et au transport de cadeaux, et que Panzeri et sa femme avaient l’usage d’une carte de crédit d’une personne non identifiée qu’ils appellent le « geant », ou géant.

Panzeri, qui est détenu en Belgique, n’a pas pu être joint pour un commentaire. Son avocat s’est refusé à tout commentaire. L’organisation Fight Impunity n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Un avocat de la famille en Italie a déclaré que la femme et la fille de Panzeri ont nié toute implication lors d’une audience en Italie samedi, mais il a refusé de commenter le fond de l’affaire car il n’avait pas reçu le mandat d’arrêt européen complet.

Un tribunal italien devrait décider la semaine prochaine si sa femme et sa fille seront remises à la Belgique.

Francesco Giorgi – le partenaire de Kaili qui est assistant parlementaire. Son compte LinkedIn indique que M. Giorgi est moniteur de voile et fondateur de Fight Impunity. Son compte indique que ses domaines de spécialisation en tant que conseiller politique sont les affaires étrangères, les droits de l’homme et le Moyen-Orient.

Selon deux sources ayant une connaissance directe de l’affaire, Giorgi a avoué avoir reçu des pots-de-vin pour influencer les décisions du Parlement européen et a cherché à disculper sa partenaire Kaili.

Giorgi n’a pas répondu à un message de demande de commentaire envoyé à son compte LinkedIn. Son avocat n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Niccolo Figa-Talamanca – secrétaire général du groupe de campagne pour les droits de l’homme et l’État de droit No Peace Without Justice.

Figa-Talamanca n’a pas pu être joint pour un commentaire. No Peace Without Justice a déclaré qu’il s’était suspendu de ses fonctions pour protéger l’organisation et que le groupe était convaincu que l’enquête montrerait qu’il avait agi correctement.

Reuters, 21/12/2022

#Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #DGED #Yassine_Mansouri

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :