Les détails de la machine du Qatargate

Tags : Moroccogate, Qatargate, Maroc, Sahara Occidental, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Eva Kaili, Francesco Giorgi, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Fight Impunity, No peace without justice, corruption,

Le Qatargate était initialement une opération d’espionnage international d’un an impliquant au moins six pays (dont les services de l’Italie et de la France) pour déjouer la forte infiltration du Qatar et du Maroc dans les institutions européennes de Bruxelles. Le VSSE (Service de sécurité de l’État belge) a été informé par ses homologues européens. Ce n’est que plus tard qu’elle est devenue une enquête judiciaire.

L’appareil de renseignement a collecté et partagé des informations sur la base d’une menace présumée pour la sécurité de l’État, avec une « ingérence dans les processus décisionnels » garantie par la corruption de membres et de fonctionnaires du Parlement européen. Ce n’est que plus tard que la VSSE a déclassifié le dossier et mis les informations à la disposition du parquet fédéral, et plus particulièrement du juge d’instruction Michel Claise, afin de lancer une « enquête de grande envergure ». Au total, une soixantaine d’eurodéputés et d’assistants auraient été impliqués, appartenant pour la plupart aux familles politiques des socialistes et démocrates, du Parti populaire européen et d’autres partis de gauche.

Le contexte est le rôle du Maroc au Sahara occidental et les flux migratoires.

La poussée a eu lieu au cours de l’été 2022. La VSSE, assistée par d’autres services européens, apprend qu’il existe un réseau travaillant « pour le compte » du Maroc et du Qatar, en raison du rôle de Rabat au Sahara occidental et des flux migratoires. Le Maroc ne veut pas que l’UE s’immisce dans l’occupation de ce morceau d’Afrique et souhaite avoir le moins de problèmes possible du point de vue des flux migratoires. Telle est la véritable intention du Maroc. Cela explique également pourquoi l’UE est si laxiste à l’égard de l’immigration en provenance du Maroc ou de l’Afrique.

Le groupe socialiste S&D serait le plus impliqué dans cette affaire. Par le biais d’une clique composée de trois Italiens : Pier Antonio Panzeri, Andrea Cozzolino (député) et Francesco Giorgi (partenaire d’Eva Kaili). Giorgi était le garçon de courses et le convoyeur de fonds de l’histoire.

Marocgate

Le plus actif dans la recherche d’influence est certainement l’État du Maroc, et non le Qatar. Donc, Qatargate est un terme mal choisi. Ce devrait être Qatar/Moroccogate. Le protagoniste de Qatargate est le service secret marocain (DGED).

Les réunions, les entretiens, les dîners avec les hauts responsables des services secrets de Rabat sont une constante de ce système. Le groupe a d’abord été dirigé par un officier de la DGED en poste à Rabat. Il s’agit de Mohammed Bellahrach, qui a également pu compter sur la médiation de l’ambassadeur du Maroc à Varsovie : Abderrahim Atmoun. Toutes les informations ont été initialement recueillies par les services secrets belges.

Ambassadeur

Le rôle de l’ambassadeur qui se déplace constamment sur l’axe Varsovie-Bruxelles-Rabat est central. Atmoun est né à Khouribga. Il s’agit d’une ville située à l’intérieur du Maroc, dans la province du même nom. Atmoun s’est installé en partie en France il y a des années et a été impliqué dans la gestion des affaires publiques dès son plus jeune âge. Par exemple, il a été président de la région Chaouiya Urdigha de 2003 à 2009. Il s’est également lancé dans de nouvelles missions depuis qu’il a pris la tête de la commission parlementaire mixte Maroc-Union européenne de 2011 jusqu’à sa nomination en juin 2019 et qu’il est devenu président du groupe d’amitié de la Chambre des conseillers marocains et du Sénat français entre 2009 et 2015. Abderrahim Atmoun et Antonio Panzeri, par exemple, figurent ensemble sur une photo prise au Maroc en 2017.

Mais il existe un maillon encore plus important dans cette chaîne, à savoir Mansour Yassine, le directeur général de la DGED. Les trois membres de la clique ont rencontré Yassine. Cozzolino, par exemple, l’a fait plusieurs fois et au moins une fois il serait allé au Maroc, en 2019. En effet, selon la reconstitution des procureurs belges, un agent des services de renseignement marocains a réservé deux billets d’avion sur le vol Alitalia Casablanca-Rome du 2 novembre 2019 et sur la liaison suivante Rome-Naples. Panzeri s’est également rendu dans l’État du Maghreb pour rencontrer à nouveau Mansour en juillet 2021.

Marc Tarabella, du PS, a été carrément accusé par Francesco Giorgi, le partenaire d’Eva Kaili.

Réseau criminel

La motivation de cette conversation est de discuter de la « stratégie » du Parlement européen. Niccolo Figà Talamanca, responsable de l’ONG « No Peace Without Justice », aurait également fait partie du réseau criminel. Le bureau de l’ambassadeur Atmoun à Varsovie était le lieu de rassemblement des membres. Panzeri, Cozzolino et aussi Giuseppe Meroni, autrefois assistant d’un ancien député européen et aujourd’hui à la disposition de Lara Comi, nouvellement élue de Forza Italia, s’y sont rendus à tour de rôle. Auparavant, le bureau de Donatella Rostagno, assistante d’une autre eurodéputée S&D, l’italo-belge Marie Arena, présidente de la Commission des droits de l’homme, avait également été mis sous scellés. Et puis il y a le rôle provisoirement peu clair du député européen PS Marc Tarabella. Tarabella a été carrément accusé par le partenaire de Kaili, Francesco Giorgi.

La femme et la fille de Panzeri impliquées

Dans ce contexte, Giorgi a été identifié comme une sorte d’ »agent » de Panzeri. Du moins, les services marocains l’ont utilisé de cette façon. Mais ce serait Cozzolino et Panzeri qui auraient négocié l’accord permettant « l’ingérence du Maroc ». La femme et la fille de Panzeri faisaient également partie de la clique. Ils ont reçu de l’argent du Maroc. La fille de 38 ans de Pier Antonio Panzeri et sa femme de 67 ans vivent près de Bergame. Sa femme et sa fille étaient au courant, selon ces documents. De plus, le tribunal estime que sa femme donnait occasionnellement des ordres à Panzeri sur la façon dont l’argent devait être dépensé.

Sa femme avait regardé les prix pour des vacances pendant les vacances de Noël et « 100.000 euros pour des vacances comme l’année dernière », cela n’allait pas arriver cette année. Selon l’enquête, elle a également dit à son mari d’ouvrir un compte bancaire en Belgique. Le fait qu’elle ait elle-même mentionné les « moissonneuses-batteuses » en parlant de ses affaires montre qu’elle savait que ce n’était pas kasher. La mère et la fille auraient également participé elles-mêmes au « transport des dons ». Les écoutes téléphoniques montrent que la fille de Panzeri a fait des commentaires sur ces « cadeaux », qui lui ont apparemment profité. « Il n’est pas clair s’il s’agissait alors de cadeaux physiques ou de paiements », a-t-il déclaré. Selon la demande de remise, ils proviennent de l’ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun.

Qatargate

Le système du Qatar n’est pas fondamentalement différent. Les règles étaient finalement les mêmes. Et il y avait des objectifs similaires. Dans ce cas, l’objectif était de rendre les procédures établies par Doha acceptables pour les travailleurs. En particulier, ceux qui sont ou étaient engagés dans la construction des structures de la Coupe du monde.

Les autorités qataries auraient été encore plus directes que les autorités marocaines. Ils n’utiliseraient pas d’espions comme le Maroc et s’adresseraient directement au gouvernement. Les rencontres se font en effet avec le ministre du travail, Bin Samikh al Marri. Et tout – selon le mandat d’arrêt – aurait été fait avec l’aide d’un mystérieux personnage appelé Bettahar et surnommé « l’Algérien ».

« Niveau de vie élevé »

Les enquêteurs n’ont aucun doute : Panzeri et Giorgi ont partagé la plupart de l’argent. Et le reste était pour Figà Talamanca. Le réseau a reçu des paiements pour ses activités de différentes manières lorsque les membres du réseau sont venus à Doha : par le biais des comptes de l’ONG « Fight Impunity », en espèces ou par des dons. Lorsque le bailleur de fonds était Rabat, c’était moins subtil. En fait, l’argent était transféré dans des enveloppes ou des sacs individuels par l’intermédiaire de l’ambassadeur en poste en Pologne. L’argent servait aux membres de la clique à « maintenir un niveau de vie élevé ». Et pour payer les « membres du réseau » qui ont été manipulés au sein des institutions européennes.

Dans la maison des parents de Francesco Giorgi à Abbiategrasso, les enquêteurs ont trouvé la clé d’un coffre-fort. A la banque, ils ont trouvé 20.000 euros supplémentaires. Pour l’argent saisi à Bruxelles, la police a trouvé une piste, à savoir le ruban adhésif entourant les billets : il lui permet de retrouver les comptes courants et la banque d’où ils ont été retirés. Et cela pourrait être le tournant de l’enquête.

Des sacrifices pour les partenaires ?

Pendant ce temps, Eva Kaili continue de dire qu’elle est innocente et prétend ne rien savoir des affaires d’argent et de corruption, rejetant la faute sur son partenaire. Ce dernier, écrit le journal la Repubblica, aurait confirmé aux enquêteurs qu’il avait tenu la femme dans l’ignorance de l’opération. « Je ferai tout mon possible pour que ma compagne soit libre et puisse s’occuper de notre fille de 22 mois », a-t-il déclaré aux enquêteurs.

Source : PAL NWS, 24/12/2022

#Qatargate #Maroc #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Qatar #Marocleaks #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #DGED #Yassine_Mansouri

Commentaires

2 réponses à “Les détails de la machine du Qatargate”

  1. […] Source : PAL NWS, via Marocleaks […]

  2. […] Marocleaks, 24/12/2022#Qatargate #Marruecos #Parlamento_Europeo #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi […]

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :