Pujol, a-t-il été payé pour services rendus au Maroc?

Tags : Espagne, Catalogne, Maroc, Marocleaks, Jordi Pujol, Union pour la Méditerranée,

Pujol a agi en tant que défenseur des intérêts marocains en Espagne : a-t-il été payé pour cela ?

L’ancien « président », dévoué au régime de Rabat, était prêt à user de « l’influence de la Catalogne » pour orienter la politique étrangère espagnole en sa faveur.

L’ancien président de la Generalitat de Catalogne, Jordi Pujol, a entretenu ces dernières années une relation fluide avec le régime marocain, au point de se revendiquer devant le gouvernement de Rabat comme le défenseur de ses intérêts en Espagne et sur le continent européen. C’est ce que révèle une lettre qui vient d’être rendue publique par le hacker Chris Coleman, connu sous le nom de Snowden marocain . La question se pose immédiatement : avez-vous fait payer ces efforts ?

Dans sa dernière divulgation de documents, Coleman (un pseudonyme derrière lequel l’identité de l’activiste est cachée) inclut une lettre de quatre pages signée par Pujol lui-même dans laquelle il révèle ses liens étroits avec les autorités marocaines. Il s’agit d’une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Taib Fassi Fihri. Il est daté de septembre 2011, coïncidant avec le printemps arabe, peu avant les élections législatives en Espagne et au Maroc, et aussi quelques mois avant que les premières informations sur la fortune de l’ancien président en Suisse ne paraissent .

La lettre est écrite par Pujol en tant que membre du conseil d’administration de l’université marocaine d’élite Al Akhawayn, située dans la ville d’Ifrane. Depuis 2005, l’ancien président participe à l’assemblée annuelle et à la cérémonie de fin de cours. Ces visites lui ont permis de rencontrer de hauts responsables politiques et économiques marocains.

Dans la lettre, Pujol annonce qu’il défendra un « coup de pouce » de la politique de collaboration avec le Maroc lorsque « le PSOE ou le PP gagneront les élections », assumant le rôle d’ ambassadeur à Rabat. De plus, il assure que si le résultat électoral renforce « l’influence de la Catalogne sur la politique espagnole » -et rappelle que cela « a été vraiment important ces 20 dernières années »- cela « favoriserait substantiellement la collaboration avec le Maroc et la reconnaissance de l’effort démocratisation et le progrès social du pays ». Pujol laisse entendre qu’il pourrait conditionner la politique étrangère espagnole si le futur gouvernement avait besoin des voix des nationalistes catalans au Parlement.

Honneur au régime
Pujol fait également l’éloge du régime maghrébin et des réformes constitutionnelles faites pour arrêter les protestations du mouvement du 20 février, qui a conduit le printemps arabe dans ce pays, et rend compte de la situation en Espagne et en Europe par rapport au Maroc.

Dans la lettre, l’ancien homme politique catalan s’est excusé pour « l’échec » de sa mission de relancer les activités de l’Union pour la Méditerranée afin de renforcer les relations des pays des deux côtés du détroit. Il se justifie en précisant qu’il a pris une série d’initiatives durant son mandat en Catalogne dans les années 1980 pour faire comprendre à l’Europe l’importance de la Méditerranée, mais « ni l’Europe en général ni l’Union européenne (UE) ne s’y sont intéressées, et maintenant, ils ne montrent pas assez d’intérêt non plus. »

Dans la lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, il détaille que les efforts « ont été infructueux » bien qu’ils aient donné des conférences et des séminaires de Stockholm au Caire, et de Casablanca à Rome et Hambourg, et contacté « des politiciens de haut niveau ». Il impute l’échec à l’Europe centrale et aux pays du Nord, ainsi qu’à la Grande-Bretagne, car « ils ne se sont pas sentis concernés ».

Comme l’a appris EL ESPAÑOL, les rencontres de Pujol avec le ministre Taib Fassi Fihri étaient régulières. En 2009, par exemple, tous deux se sont rencontrés au Maroc pour discuter de l’évolution de l’association Union pour la Méditerranée (UPM). En 2011, Pujol a participé à une conférence sur l’administration publique régionale à Rabat, où il a salué le plan de régionalisation de Mohamed VI, qui envisage d’incorporer le Sahara marocain , excluant le droit à l’autodétermination.

Critique de González et Aznar
Il assure avoir obtenu l’intérêt de « Felipe González et du gouvernement espagnol ». Pujol reproche au PP de « changer d’attitude » et d’orienter sa politique étrangère « vers l’Atlantique et les Etats-Unis », et il écrit aussi explicitement que les socialistes « se méfiaient du Maroc ».

Pujol explique comment la figure du roi Mohamed VI est vue en Espagne et que la majorité des Espagnols et des partis politiques ne remettent pas en cause son rôle « décisif et positif », à l’exception de « certains groupes de gauche radicale et certains secteurs de l’opinion publique ». qu’ils sont partisans du Polisario ». Il précise qu’il en est ainsi en partie pour « des raisons sentimentales difficiles à combattre » et parce que « le Polisario a fait un bon travail de propagande ».

Le document évoque également un autre ennemi du Maroc, l’Algérie, et comment l’Espagne a toujours été un modèle par rapport au Maroc. Pujol précise que l’Algérie « a été la référence de la gauche » en Espagne (« mais ce n’est plus comme ça maintenant ») et que même Aznar et son parti, dans des positions plus conservatrices, l’ont également préférée « de manière incompréhensible ».

Dans la presse marocaine, on parle aussi du Processus de Barcelone, l’association euro-méditerranéenne créée en 1995 par le gouvernement PSOE et promue par l’Europe devenue UPM en 2008. Pour Pujol, cette nouvelle institution – qui regroupe 28 membres de l’UE et 15 pays du sud et de l’est de la Méditerranée – a été une « déception » et une « évolution négative » résultant de « la volonté de puissance de Sarkozy, plutôt que du fruit de la réflexion et un projet solide ».

Hassan II invité spécial
La lettre de Jordi Pujol a été dévoilée sur le compte Twitter du hacker Chris Coleman . Le Marocain surnommé Snowden a inondé les réseaux sociaux de tweets sur des informations confidentielles en 2014 et 2015, et au moins deux de ses comptes ont été désactivés. Aujourd’hui, après deux ans d’absence, il se glisse à nouveau avec un nouveau profil pour dévoiler des documents sensibles et confidentiels (e-mails, virements, notes, correspondances officielles et photos) sur le Maroc.

Jordi Pujol a toujours eu de bonnes relations avec le Maroc. Hasan II l’a personnellement invité à passer trois jours en 1994. Le monarque l’a reçu avec les honneurs militaires, en tant que président de la Generalitat, avec les drapeaux espagnol et catalan flottant à côté du marocain. Malgré le fait qu’un mois plus tôt seulement deux touristes espagnols avaient perdu la vie dans un attentat à Marrakech, le leader nationaliste a minimisé l’événement, a salué la « sécurité intérieure » du Maroc et a encouragé les hommes d’affaires catalans à investir dans le pays.

Pujol a effectué une deuxième visite officielle au Maroc en 2001. Il a été reçu par le roi Mohamed VI, et a rencontré divers ministres du gouvernement socialiste de l’époque d’Abderramán Yusufi, rencontré des hommes d’affaires et s’est rendu dans quatre villes (Rabat, Casablanca, Tanger et Tétouan ).

L’ancien président catalan a participé au moins jusqu’en 2012 au comité d’honneur de la Fondation Tanja, une organisation qui a été créée avec un objectif « à but non lucratif » en 2008 « avec pour mission d’améliorer les perceptions et les relations entre le Maroc et l’Espagne, et plus particulièrement La Catalogne, promouvoir la connaissance et le rapprochement entre les deux cultures ». Pujol a organisé des réunions de haut niveau à Barcelone et à Tanger pour analyser et discuter des questions d’actualité concernant les relations entre les deux pays.

El Español, 17 février 2017

#Marocleaks #Maroc #Espagne #Catalogne #Jordi_Pujol


Publié

dans

par

Étiquettes :

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :