Le roi du Maroc au Gabon pour Nouvel An

Tags : Maroc, Mohammed VI, Gabon, vacances, Pointe Denis,

Le roi Mohamed VI retourne au Gabon pour une retraite de luxe lors de ses troisièmes vacances de l’année

Le séjour du souverain alaouite dans son hôtel particulier de la presqu’île paradisiaque de la Pointe Denis jette le doute sur la tenue du sommet bilatéral avec l’Espagne en janvier

Le roi Mohamed VI du Maroc a commencé ses vacances le jour de Noël dans son hôtel particulier de la presqu’île de la Pointe Denis , sur l’estuaire du fleuve Komo, qui se caractérise par une succession de longues plages de sable fin. Elle se situe à une dizaine de kilomètres de Libreville, la capitale du Gabon.

Le journal officiel marocain ‘Barlamane’ a présenté le voyage du monarque au Gabon comme une « visite bilatérale » de travail, mais d’autres journaux numériques également sympathisants du pouvoir, comme ‘Rue 20’, ne mâchent pas leurs mots. Ils ont précisé qu’il s’agissait « d’une fête spéciale qui coïncide avec le Nouvel An ».

C’est la deuxième fois depuis le début de l’année que le souverain alaouite profite de quelques jours de repos dans ce pays d’Afrique de l’Ouest dont il est très proche du président, Ali Bongo. Son premier voyage, après la pandémie, Mohamed VI s’est rendu au Gabon fin février. Il y resta cinq semaines. Il est rentré au Maroc début avril, juste avant le début du ramadan (le mois de jeûne des musulmans).

Le roi aura passé au total un peu plus de cinq mois cette année hors du Maroc. A ses deux séjours au Gabon, il faut ajouter les quatre longs mois qu’il a passés en France, entrecoupés de trois voyages éclairs à Rabat, entre le 1er juin et début octobre. Il les a répartis entre le palais près de la tour Eiffel, qu’il a acquis en juillet 2020 pour 80 millions d’euros, et le château de Betz, à 75 kilomètres au nord-est de Paris. Son père, Hassan II, a acheté cette propriété dans les années 1970. Il existe plusieurs témoignages graphiques de son passage à Paris, entre autres la fameuse vidéo révélée fin août, dans laquelle il semble avoir quelques difficultés à maintenir son équilibre.

À la Pointe Denis, le monarque mène généralement une vie décontractée avec des promenades et des achats dans certains magasins. On ne sait pas quels amis accompagnent le souverain ces jours-ci. Les trois frères Azaitar, experts en arts martiaux, font souvent partie de son entourage. Un autre athlète du même profil s’y est ajouté il y a quelques mois, Yusef Kaddur de Melilla, devenu vice-conseiller aux Sports de sa ville. Il était aux côtés du roi dans la vidéo virale de Paris et dans une autre, enregistrée le 6 décembre, célébrant à Rabat la victoire en Coupe du monde de l’équipe marocaine face aux Espagnols.

Une frégate de la Marine royale marocaine, avec une poignée de soldats des forces spéciales, est habituellement ancrée non loin de sa résidence en cas de menace pour sa sécurité, mais à ce jour, il n’a jamais eu à intervenir, pas même en janvier 2019. une menace de coup d’Etat au Gabon.

Si le séjour qui a débuté dimanche à la Pointe Denis a eu la durée habituelle des vacances de Mohamed VI dans ce pays , la réunion de haut niveau (RAN), c’est-à-dire la rencontre entre les gouvernements de l’Espagne et du Maroc, n’a pu se tenir en janvier. . Cela inclut toujours une audience du président espagnol avec le monarque. Le RAN devrait être convoqué chaque année, selon le traité d’amitié hispano-marocain de 1991, mais le dernier remonte à 2015.

Ce ne serait pas la première fois que l’attachement du souverain à la presqu’île de la Pointe Denis modifie l’agenda de la politique étrangère marocaine. Début décembre 2019, Mohamed VI a prolongé ses vacances dans son manoir gabonais au-delà de ce qui était prévu et n’a tenu tête à nul autre que Mike Pompeo, secrétaire d’État américain. Une audience royale et un dîner prévu entre les deux ont dû être annulés.

Les ministres des affaires étrangères des deux pays, José Manuel Albares et Nasser Burita, ont annoncé le 21 septembre à New York que ce sommet se tiendrait avant la fin de l’année. Lors de leurs réunions de novembre, ils l’ont reporté jusqu’à ce qu’ils l’aient fixé pour la dernière semaine de janvier ou la première semaine de février. Albares a expliqué ce retard car les agendas des présidents Pedro Sánchez et Mohamed VI étaient très chargés.

C’est à la pointe Denis que le souverain alaouite a lu, le 14 mars, la lettre que lui adressait le président Sánchez s’alignant sur la solution prônée par Rabat pour résoudre le conflit du Sahara occidental. Quatre jours plus tard, il a reproduit de longs extraits de cette lettre dans une véritable déclaration par laquelle il a mis fin à la crise déclenchée par le Maroc avec l’Espagne il y a maintenant deux ans. La publication de la déclaration a pris par surprise le gouvernement espagnol , dont le ministre des Affaires étrangères a improvisé une conférence de presse à Barcelone ce jour-là. 

Avec la visite de Sánchez à Rabat, le 7 avril, et la publication d’une déclaration commune, la réconciliation avec le voisin marocain était scellée, mais près de neuf mois plus tard, non seulement le sommet entre les deux gouvernements n’a pas eu lieu, mais aucune avancée n’a été été fait dans d’autres domaines non plus. Par exemple, le bureau des douanes commerciales de Melilla, fermé en 2018 par les autorités marocaines, n’a pas été rouvert, ni celui de Ceuta. Un accord sur la répartition des eaux entre le Maroc et les îles Canaries n’est pas en vue sur la façade atlantique.

Ignacio Cembrero

El Confidencial, 30/12/2022

#Maroc #Mohammed_VI #Gabon


Publié

dans

par

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :