PE : procédure d’urgence pour la levée d’immunité de Cozzolino et Tarabella

Tags : Qatargate, Parlement européen, Andrea Cozzolino, Marc Tarabella, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Eva Kaili, corruption, Moroccogate, Maroc, DGED, Yassine Mansouri, Mohammed Bellahrach,

Le Parlement européen a engagé une procédure pour lever l’immunité parlementaire de Marc Tarabella (PS) de Belgique et d’Andrea Cozzolino d’Italie. Tous deux sont impliqués dans le scandale de la corruption. A la demande de la justice belge, la présidente du Parlement, Roberta Metsola, a engagé une procédure d’urgence. 

Marc Tarabella et Andrea Cozzolino seraient tous deux impliqués dans le soi-disant Qatargate, dans lequel l’État du Golfe du Qatar et le Maroc auraient soudoyé des élus européens et/ou leurs employés. Dans cette affaire, quatre personnes ont déjà été arrêtées, dont la Grecque Eva Kaili, qui a depuis été suspendue en tant que vice-présidente du Parlement européen.  

Tarabella et Cozzolino ont déjà été suspendus en tant que membres du Groupe socialiste des socialistes européens et en tant que membres du Parti socialiste et du Partido Democrático respectivement.  

La présidente du Parlement, Roberta Metsola, va maintenant soumettre sa demande au Parlement européen pour la levée de l’immunité des deux messieurs. Cela se fera lors de la prochaine session plénière du 16 janvier. Après cela, la commission parlementaire compétente doit encore traiter le projet. Metsola a demandé un traitement urgent du dossier. La décision effective sur la levée de l’immunité est prévue pour le 13 février.

Selon des documents qu’ont pu consulter Le Soir et La Repubblica, l’eurodéputé S&D Andrea Cozzolino, son assistant Francesco Giorgi et Antonio Panzeri auraient été en contact avec la DGED et avec Abderrahim Atmoun, ambassadeur du Maroc en Pologne.

Les services de renseignement belges affirment dans leurs informations que Cozzolino a commencé son activité d’ingérence en faveur du Maroc à partir de 2019.

Dans les dossiers de l’enquête, il y a aussi une autre mission de Cozzolino: celle de la commission spéciale créée au Parlement européen pour enquêter sur l’utilisation de Pegasus: selon les accusations précisément parce que le Maroc avait été accusé d’avoir utilisé des logiciels espions de fabrication israélienne.

Selon ces mêmes documents, Francesco Giorgi soupçonne deux personnes d’avoir touché de l’argent via M. Panzeri : Cozzolino et belge Marc Tarabella. Ce dernier a été perquisitionné à son domicile en présence de la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, comme l’ont révélé Le Soir et Knack dimanche.

Tarabella nie totalement avoir jamais reçu la moindre proposition, ni la moindre somme d’argent de qui que ce soit ».

Tarabella est membre du Groupe d’Amitié UE-Maroc au Parlement Européen. En 2016, lui, Rachida Dati, Louis Michel et Gilles Pargneaux ont fait circuler une déclaration écrite à l’intérieur du Parlement européen, dans laquelle ils demandent à leurs collègues de «soutenir» leur action visant à «garder le royaume du Maroc comme partenaire stratégique de l’Union européenne». Les initiateurs de cette opération de lobbying pro-Makhzen se sont convertis en «secrétaires» du roi Mohammed VI, dédiant leur permanence à Bruxelles à la collecte des signatures.

Tarabella est né en Belgique dans une famille d’origine italienne, député européen depuis 2014. Il a également la carte d’Articolo Uno, le même parti auquel Panzeri a adhéré après avoir quitté le Parti démocrate.

#Qatargate #Moroccogate #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Eva_Kaili #Parlement_européen #corruption #Maroc #DGED #Yassine_Mansouri #Abderrahim_Atmoun

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :