Le Qatargate a commencé à prendre forme en 2018

Tags : Moroccogate, Qatargate, Maroc, corruption, Marocleaks, Mohamed Belahrach, Sahara Occidental, Eva Kaili, Maddalena Kaili, DGED, Parlement Européen, Antonio Panzeri, Francesco Giorgi, Fight Impunity, No peace without justice,

Le Qatargate, le scandale de la corruption présumée de hauts fonctionnaires du Parlement européen, d’anciens eurodéputés et lobbyistes, a commencé à prendre forme en 2018, alors que le principal suspect du complot, l’ancien eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, occupait toujours son siège à Bruxelles. Par ailleurs, le scandale qui a profondément ébranlé les institutions européennes ne se limite pas au Qatar et au Maroc. Un autre des principaux accusés pour corruption, blanchiment d’argent et participation à une organisation criminelle, l’assistant parlementaire Francesco Giorgi, a pointé lors des interrogatoires, selon le journal belge le soir, à au moins un pays tiers comme origine des paiements : la Mauritanie. .

Les interrogatoires des principaux prévenus, quatre à ce jour – outre Panzeri et Giorgi, l’ancienne vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili, compagne de Giorgi, et l’ancien directeur d’une ONG italienne, Niccolo Figa-Talamanca, sont chargés et en détention préventive -, Ils révèlent tout un réseau de pots-de-vin pour influencer les décisions de Bruxelles qui était plus ancien qu’on ne le croyait et qui pourrait continuer à s’étendre à d’autres pays au fur et à mesure des enquêtes, entre les mains de la justice belge.

Selon Giorgi, apparemment celui qui fournit le plus d’informations aux autorités belges, l’idée d’œuvrer en faveur du Qatar a commencé à prendre corps en 2018, lorsque Panzeri, eurodéputé socialiste italien de 2004 à 2019, a présidé la commission des droits de l’homme du Parlement européen. sous-comité des droits. . L’idée serait venue, toujours selon les documents auxquels a eu accès le soir, de l’ancien président du Comité national des droits de l’homme du Qatar et aujourd’hui ministre du Travail de ce pays, Ali bin Samikh al Marri.

Le nom de ce ministre sonne beaucoup à Bruxelles : il était l’orateur principal lors de l’audition sur les droits du travail au Qatar en relation avec la Coupe du monde de football qui s’est tenue au Parlement européen le 14 novembre et qui a été dénoncée par plusieurs des participants. comme un « blanchiment » au profit de Doha. L’actuelle présidente du sous-comité, la socialiste belge Marie Arena, entretenait une relation étroite avec Panzeri et son nom est revenu à plusieurs reprises lors de l’enquête sur le Qatargate., bien qu’il n’y ait pour le moment aucune accusation formelle contre elle. Un autre des eurodéputés qui s’est également prononcé en faveur du Qatar lors de cette séance, le socialiste belge Marc Tarabella, fait également partie du cercle des suspects et la police a perquisitionné son domicile à la recherche de preuves au début de l’opération. Tous deux ont été démis de leurs fonctions au sein du groupe des socialistes et démocrates (S&D) présidé par l’Espagnole Iratxe García et fortement touchés par le Qatargate puisque la plupart des personnes accusées ou soupçonnées d’avoir un lien avec le scandale appartenaient à la famille progressiste européenne.

Les plans de Panzeri ont commencé à se mettre en branle peu de temps après ces premiers contacts. « Début 2019, la coopération a commencé. Nous définissons les montants, dont j’ai du mal à me souvenir, pour nos interventions respectives. C’était en liquide », aurait avoué l’assistant parlementaire. Giorgi a également déjà reconnu qu’il était chargé de gérer les accusations reçues par les personnes impliquées pour leur travail d’influence « sur les décisions économiques et politiques du Parlement européen », comme l’a indiqué le parquet fédéral belge depuis le début de l’opération le 9 décembre. des arrestations et perquisitions qui ont conduit à la saisie de 1,5 million d’euros et à l’interpellation de six personnes dont quatre restent en détention préventive.

Les déclarations de Giorgi se heurtent à celles de Panzeri, qui aurait assuré au juge d’instruction que l’accord avec le Qatar avait débuté en octobre ou novembre 2019, alors qu’il n’était plus député européen. C’est aussi après avoir quitté son siège à Bruxelles qu’il a, selon ses dires, commencé à travailler pour le Maroc. L’accord, selon Panzeri, consistait à « travailler pour éviter des résolutions contre le pays et, en échange, recevoir 50 000 euros ». D’après le soir, l’ancien eurodéputé aurait confirmé que l’un des intermédiaires de l’accord est l’actuel ambassadeur de Rabat en Pologne, Abderrahim Atmoun. Le diplomate a une longue carrière à Bruxelles, où il a coprésidé la commission parlementaire mixte Maroc-UE entre 2011 et 2019. Il existe de nombreuses photographies d’Atmoun avec Panzeri et Giorgi de cette époque, sur lesquelles le Marocain se déplaçait avec fluidité dans les couloirs. du Parlement européen.

En plus de chercher à influencer les décisions européennes sur le Qatar et le Maroc, le complot mené par Panzeri aurait également accepté de travailler en faveur de la Mauritanie. « Ils ont un problème d’image et ils ont engagé Panzeri pour voir ce qu’ils faisaient », a expliqué Giorgi aux autorités belges, selon ce journal. En échange, Panzeri aurait reçu « 25 000 euros en espèces », précise l’ancien assistant parlementaire, qui a avoué avoir pu, de son côté, en compensation, louer un de ses appartements à Bruxelles à l’ambassadeur de Mauritanie.

Tandis que, dans des déclarations au Financial Times , le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborne, a déclaré que l’ampleur du système de corruption du Qatargate s’avère exceptionnelle.

« Nous connaissons des cas d’ingérence d’acteurs étatiques qui tentent d’influencer notre système démocratique. Aussi à cause du crime organisé », a déclaré Van Quickenborne, qui est à nouveau sous protection policière spéciale pour des menaces présumées de la part des puissantes mafias du trafic de drogue en Belgique. « Mais soudoyer des membres d’un Parlement, en particulier du Parlement européen, est quelque chose d’assez unique pour notre service de renseignement civil », a-t-il reconnu.

West Observer, 28/12/2022

#Qatargate #Qatar #Parlement_Européen #Eva_Kaili #Antonio_Panzeri #Francesco_Giorgi #Marocleaks #Maroc #Mohamed_Belahrach #Moroccogate #DGED #Yassine_Mansouri

Blog at WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :