Accord de pêche UE-Maroc immoral : les Néerlandais ouvrent la pêche

Pour la première fois en près de trois ans, un navire de pêche d’un État membre de l’UE a été détecté dans les eaux du Sahara Occidental occupé.
Le Franziska, un chalutier d’une capacité de 6900t, a été repéré en mer au sud-ouest de Dakhla en pêche depuis le dernier week-end. Le navire est détenu et exploité par la société néerlandaise W. van der Zwan & Zn B.V., qui fait partie de la Pelagic Freezer-trawler Association (PFA).
Depuis près de trois ans, le Franziska est le premier des navires battant pavillon UE à pêcher dans les eaux au large du Sahara Occidental, un territoire en grande partie occupé par le Maroc depuis 1975. La souveraineté autoproclamée du Maroc sur le Sahara Occidental n’a été reconnue par aucun gouvernement dans le monde, et le conseiller juridique du Conseil de Sécurité de l’ONU a déclaré que les ressources naturelles du territoire ne peuvent être exploitées sans le consentement et le profit du peuple sahraoui.
Ce n’est pas la première fois qu’un navire appartenant à W. van der Zwan est actif au Sahara Occidental occupé.Interrogé par les membres hollandais de WSRW en 2010, le PFA a répondu, abandonnant toute responsabilité sur la Commission européenne.
En décembre 2011, le Parlement Européen a rejeté une proposition de prolongation de l’accord de partenariat UE-Maroc dans le domaine de la pêche, à la suite des rapports sur son impact écologique néfaste, la perte financière à l’Union et des doutes sur sa compatibilité avec le droit international pour avoir omis d’exclure le Sahara Occidental de son champ d’application. En conséquence, la pêche de l’UE au Maroc et au Sahara Occidental avait cessé.
Mais un nouvel accord – ayant revu les dépenses supportées par l’UE sans résoudre les obstacles écologiques et juridiques – a été approuvé par le Parlement Européen en décembre 2013. Le roi du Maroc a ratifié la convention en juillet de cette année.
Plusieurs navires espagnols ont passé récemment le processus de contrôle technique du Maroc, leur permettant de reprendre la pêche. L’Espagne a été le principal moteur de lu nouvel accord, et reçoit la part du lion des permis de pêche accordés au titre de l’accord.
Le peuple sahraoui, ironiquement autrefois considéré comme des citoyens espagnols lors de la colonisation de leurs terres par l’Espagne, n’a jamais été consulté sur l’accord de pêche UE-Maroc, et a toujours exprimé son opposition à l’accord. Plusieurs Sahraouis ont été blessés par la police marocaine alors qu’ils protestaient contre la décision du Parlement Européen d’approuver le protocole de pêche pour leurs eaux occupées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *