Actions de l’Ambassade du Maroc aux Etats- Unis

Par Brahim Bounala*

Au cours des dernières années, l’action diplomatique du Royaume aux Etats-Unis a enregistré des progrès importants dans la défense des intérêts suprêmes du Maroc. Les relations entre les deux pays peuvent être qualifiées de relations privilégiées et exemplaires à plus d’un titre.

En effet, les relations maroco-américaines, sont empreintes d’amitié et de respect mutuels et n’ont fait que se renforcer à travers les nombreuses rencontres et les différentes visites qui ont eu lieu entre le Maroc et les Etats-Unis et ne manqueront pas de se développer encore plus grâce à la mise en place du Dialogue Stratégique, dont la 1ère session a été tenue le 13 septembre 2012 à Washington, et dont découlera d’autre initiatives à l’instar de la « US-Morocco Business Development Conference » qui a été organisée par nos deux pas le 4 décembre 2012 toujours à Washington.

Le Maroc est perçu comme un interlocuteur privilégié des Etats-Unis de par son positionnement géostratégique, ses atouts et ses acquis en matière de réformes politiques, économiques et sociales, ainsi que par son image en tant que pays stable, tolérant et présent dans la scène internationale.

Les réformes engagées sous la conduite de Sa Majesté le Roi, que Dieu L’Assiste, sont fortement appréciées et très largement soutenues par les Etats-Unis qui considèrent le Royaume un modèle dans la région.

Le Département d’Etat, la Maison Blanche et le Congrès accordent une plus grande importance aux relations avec notre pays.

Au moment où le monde arabe connaît des bouleversements considérables, notre présence au Conseil de Sécurité contribue au renforcement du positionnement de notre pays en tant que pays incontournable et partenaire privilégié des Etats-Unis. Cet atout, constitue un levier important, de nature à créer une plus grande proximité entre les deux pays.

Ce sont là autant de facteurs et d’arguments qui représentent une véritable opportunité afin de consolider nos acquis et de garantir le positionnement de notre pays en tant que partenaire à part entière des Etats-Unis. Il s’agira avant tout, d’assurer la présence de « l’exemple Maroc » par le biais d’une meilleure cohérence dans l’action des différents acteurs sur la scène américaine, dans le cadre d’une coordination effective et efficace de l’Ambassade.

Une meilleure définition des priorités

Durant l’année 2012, nos objectifs diplomatiques, que ce soit au niveau politique, économique ou culturel, ont tourné autour d’un axe principal, celui du besoin de renforcer le rôle joué par notre pays sur la scène internationale. Il s’agissait donc de :

-Mieux faire connaître le Maroc à travers le développement de thèmes nouveaux qui présentent un intérêt aux yeux des américains (soutien aux évolutions transitions démocratiques dans la région et plus généralement le monde arabe, concertation étroite voire une certaine complicité au sein du conseil de sécurité, actions communes pour assurer un développement durable en Afrique, partenariat crédible dans la lutte contre le terrorisme dans la région, mise en valeur des aspects communs de nos relations historiques) ;

-Défendre la question nationale auprès de toutes les composantes du gouvernement américain, Thinks tanks, médias, etc…;

-L’action de cette Ambassade s’inscrit dans un esprit d’action et d’offensive pour contrer les adversaires de notre cause nationale. A ce titre, elle met à sa disposition contribution tous les moyens humains et autres disponibles afin de sensibiliser les décideurs et la faiseurs d’opinions américains en lui leurs apportant tous les éléments d’éclairage nécessaires.

-Par ailleurs, notre diplomatie à Washington s’active à chaque occasion pour participer à tous les foras et forums existants pour présenter la justesse de notre cause nationale et contrer ainsi les adversaires de notre pays qui tentent par tous les moyens d’induire en erreurs de tromper nos partenaires internationaux.

-Développer ce qu’on appelle des « Third party validators », c’est à dire des tierces parties à la crédibilité indiscutable a même de relayer avec efficacité nos messages. Cette stratégie qui a démontré son efficacité, répond essentiellement à la particularité du système politique américain.

-Maximiser les avantages économique et commerciaux pour notre pays et identifier des secteurs d’activités économiques à développer entre les Etats-Unis et le Maroc.

-Drainer des investissements américains dans les provinces du Sud, notamment en matière de prospection gazière et pétrolière;

-Se rapprocher davantage de la communauté marocaine établie dans les différents Etats américains et les impliquer dans la promotion des relations bilatérales.

-Pour atteindre ces objectifs, il a fallu à la fois capitaliser sur les acquis mais aussi développer de nouveaux créneaux d’action a même de permettre une présence sur l’ensemble du territoire américain. Notre action s’est donc articuler autour des axes suivants:

VOLET POLITIQUE

1- Dialogue stratégique

L’action diplomatique du Maroc à Washington a dévoué consacré une très grande attention à la concrétisation du Dialogue Stratégique, voulu par Sa Majesté Le Roi, que Dieu L’Assiste. C’est dans ce sens qu’un Mémorandum d’Entente a été signé par nos deux pays lors de la 1ère session de ce Dialogue qui s’est tenue le 13 Septembre 2012 au siège du Département d’Etat américain.

L’ensemble de nos priorités ont, éventuellement, figuré dans les documents qui ont été le fruit des travaux groupes des quatre groupes de travail issus de ce Dialogue, à savoir les groupes de travail: politique, securitaire, économique, et culturel.

Après des négociations avec le Département d’Etat, un communiqué conjoint a consigné les principales thématiques discutés, propositions d’actions à considérer pour renforcer la coopération bilatérale dans les quatre domaines susmentionnés, et plus important, le communiqué conjoint a consigné, pour la première fois de manière écrite par écrit, la position de base des Etats-Unis par rapport à la Question Nationale.

2- Le Congrès

C’est une institution incontournable avec laquelle nous avons une grande proximité.

Compte tenu des spécificités du système politique américain, l’apport et la complémentarité d’un lobbyiste avec une ancienneté et une expérience sur le terrain comme celle de Ed Gabriel (MACP), ou de Toby Moffett (The Moffett Group) est un atout dans le renforcement de l’action auprès du Congrès.

Caractérisée par une coordination avec l’Ambassade, l’action des lobbyistes gagnerait en efficacité en s’inscrivant davantage dans une logique de concertation continue avec l’Ambassade.

C’est dans ce sens qu’il est opportun de recentrer les actions de nos lobbyistes et consultants sur le Congrès afin de maximiser leur rôle et rationaliser leur travail de manière efficiente et efficace.

Notre pays a organisé une Staffdel au profit de staffers de Congressmen avec un intérêt particulier sur le Maroc et dont l’influence et la longévité politique pourront nous permettre d’inscrire nos relations dans la continuité.

Lire aussi:  Obama a demandé au Roi du Maroc de jouer le rôle de « leader dans le rapprochement entre Israël et le monde arabe ».

Sur le registre des droits de l’homme, le Maroc a fait appel aux services de M. Joseph Grieboski, de « Just Consulting », ce qui a considérablement aider à pallier aux aléas des relations avec l’incontournable Congrès américain. M. Grieboski est un militants des droits de l’homme dont la crédibilité et l’autorité fait la différence auprès des décideurs politiques américains .

Par ailleurs, et grâce aux bonnes relations entretenues avec certains groupes de pression juifs, notre pays a pu bénéficier du soutien de plusieurs hauts responsables de l’Administration et du Congrès. Le très puissant American Jewish Committee (AJC) nous est d’une grande utilité.

3- Le Département d’Etat

Compte tenu de la pratique diplomatique, le Département d’Etat est notre premier interlocuteur. Le dossier Maroc est naturellement géré au quotidien par le Bureau du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, conduit par un assistant de la Secrétaire d’Etat.

Ce bureau initie les grandes lignes de la stratégie des relations bilatérales avec notre pays. Les moyens de la mise en œuvre de cette stratégie sont déterminés après consultation de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton et son adjoint M. Bill Burns.

Il y a lieu de noter qu’il y a une très grande coordination entre le leadership du Département d’Etat et celui de la Maison Blanche dans la mise en place de cette stratégie.

C’est dans ce sens que l’Ambassadeur a multiplié les rencontres avec les responsables du Département d’Etat et fait en sorte qu’à chaque visite d’un responsable marocain, des rencontres sont organisées avec les responsables de ce Département selon le niveau approprié.

Les changements que connaîtra ce département après le départ de Mme Hillary Clinton, suite aux élections présidentielles de novembre dernier nécessiteront la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie, à la fois agressive et entreprenante en vue de confirmer la position américaine actuelle sur la question du Sahara et également renforcer le positionnement de notre pays en tant qu’interlocuteur privilégié des Etats-Unis.

C’est dans cet esprit que la concrétisation du Dialogue Stratégique et la signature du Mémorandum d’Entente avaient également pour objectifs d’inscrire les relations bilatérale entre les deux pays dans une logique de continuité minimisant ainsi les aléas liés aux changements d’administration ou de ministres.

4- La Maison Blanche

Autant que le Département d’Etat, la Maison Blanche à une influence directe sur la politique étrangère des Etats Unis. Elle peut imposer une position différente de celle préconisée par le Département d’Etat et pousser ce dernier à s’engager de manière plus effective sur dossier ou avec un pays donné.

C’est dans ce cadre qu’ à l’instar de la stratégie adoptée avec le Département d’Etat, l’Ambassadeur multiplie les rencontres avec les responsables de la Maison Blanche, ainsi qu’entre les hauts responsables de notre pays et les responsables du dossier Maroc en son sein auprès cette institution de première importance.

C’est dans ce sens que des relations étroites sont cultivées avec la Maison Blanche. L’Ambassadeur a multiplié les rencontres avec ses responsables et fait en sorte qu’à chaque visite des responsables de notre Département, des rencontres sont organisées avec les responsables de la Maison Blanche.

PRESSE ET FAISEURS D’OPINION

1- La Presse

La presse aux Etats Unis est un vrai pouvoir, puissant et influent. Elle jouit d’une très grande crédibilité. Il nous a paru nécessaire et complémentaire en conséquence de nouer des relations privilégiées avec les principaux organes de la presse écrite et audiovisuelle non seulement à Washington mais dans d’autres Etats où certaines publications sont particulièrement influentes.

C’est dans ce sens que l’Ambassadeur a rencontré les équipes éditoriales du Washington Times, Washington Post, Forbes, New York Times, Dallas Morning News, …).

Une réception a également été offerte à la Résidence en l’honneur des membres du très influent ‘’National Press Club’’ de Washington.

Il faut également souligner le travail remarquable effectué sur place par l’agence MAP. Les relations étroites et la concertation avec l’Ambassade ont permis une meilleure communication.

2- Les Think Tanks

Ils constituent une vraie force à Washington. Ce sont les véritables faiseurs d’opinion car ils sont composés d’anciens responsables à la Maison Blanche, au Département d’Etat, au Département de la Défense qui gardent et nourrissent des relations privilégiées avec l’Administration américaine sur laquelle ils ont une influence considérable.

Notre action se focalise sur les Think tanks les plus influents de parts et d’autres du spectre politique (Think tanks à sensibilité républicaine, démocrate ou neutre) : le Council on Foreign Relations, Center for Strategic and International Studies, Heritage Foundation, American Entreprise Institute Brookings Institution, Hudson Institute, Potomac Institute, Center for Near East South Asia, Africa Center for Strategic Studies, Atlantic Council, US Institute for Peace, et le Business Council for International Understanding.

Après une période d’une année d’observation et d’évaluation, des actions de rapprochement et/ou de partenariat avec certains de ces Think tanks sont également en cours de réalisation.

3- Consuls Honoraires

Ils sont actuellement au nombre de 09 installés dans les Etats suivants : Illinois, Californie, Kansas, Massachusetts, Hawaï, Colorado, Utah. Ils continuent de constituer notre principale force d’action dans les villes ou les Etats où ils résident.

Durant les déplacements de l’Ambassadeur aux Etats ou villes où notre pays dispose d’un Consul Honoraire, Ils ont été d’une grande utilité en mettant à profit leurs contacts avec la presse locale, les élus de la région, les universités, les entreprises et les chambres de commerce locales ou régionales, etc. Ils sont un relais important dans les contacts avec les ressortissants marocains ou d’origine marocaine qui habitent dans leurs régions.

Contrairement à beaucoup d’autres pays, il n’y a aucune restriction au nombre de consuls honoraires représentant un pays. A cet effet, trois propositions de nomination de Consuls Honoraires (Floride, Texas et Kentucky) ont été acceptées par le Ministère et sont en cours de finalisation par le Département d’État US.

VOLET ECONOMIQUE

Dans le cadre de la promotion du potentiel économique et des opportunités d’investissement qu’offre notre pays, l’Ambassadeur a animé plusieurs tables rondes et conférences économiques en partenariat avec plusieurs partenaires dont notamment le Business Council for International Understanding, le World Affairs Council (Dallas) et la US Arab Chamber of Commerce.

C’est dans cette perspective également que l’Ambassadeur à tenu plusieurs réunions avec des opérateurs économiques lors des ses visites effectuées auprès de plusieurs Etats notamment New York, Floride, Virginie, Illinois, Maryland, Utah, Hawaii, Texas, Kentucky, Caroline du Nord, Arkansas, Oklahoma, Californie, Delaware.

1- US-Morocco Business Development Conference

Cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre du dialogue stratégique entre le Maroc et les Etats Unis, entamé le 13 septembre dernier, visait à promouvoir les opportunités d’affaires au Maroc auprès des entreprises américaines et mettre en relation les hommes d’affaires marocains et américains pour développer davantage le commerce et les investissements entre les deux pays.

Lire aussi:  Le Maroc et Millenium Challenge Corporation

Cette conférence, première de son genre, a connu l’implication d’officiels et institutionnels des deux côtés et a jeté les jalons d’un important partenariat économique à l’image du partenariat stratégique qui lie les deux pays.

La Conférence s’est caractérisée notamment par la tenue de quatre panels concernant l’aéronautique, l’agriculture, l’automobile et l’énergie ainsi qu’avec une séance plénière consacrée aux potentialités et aux défis du commerce bilatéral. Ces sessions ont permis de présenter les stratégies nationales dans ces quatre secteurs, et les expériences des entreprises marocaines et américaines, et d’identifier des pistes pour des actions futures à même de développer davantage les liens d’affaires dans les secteurs concernés.

2- L’Accord de Libre Echange (ALE)

La 3ème réunion du Comité Conjoint de suivi de l’Accord de Libre Echange s’est tenue à Washington, le 5 décembre 2012, au siège du Bureau du Représentant américain au Commerce (USTR), sous la coprésidence de M. Abdelkader Amara, Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies et de Mme Miriam Sapiro, Adjoint du Représentant américain au Commerce.

Cette réunion du Comité conjoint fut l’occasion de passer en revue les différents aspects des relations commerciales entre le Maroc et les Etats-Unis et a permis d’examiner notamment : l’évaluation de la mise en œuvre du FTA ;

l’évaluation des investissements ; la signature de l’accord sur l’assistance mutuelle en matière de douanes ; la certification CSI du port de Tanger Med; La propriété intellectuelle ; les barrières techniques au commerce ; l’agriculture et les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et les activités des sous-comités et l’assistance technique.

VOLET CULTUREL

Dans le domaine culturel et social, notre objectif durant l’année 2012 visait la réalisation d’actions à même de favoriser une meilleure compréhension de notre identité religieuse, favoriser une meilleure information sur le patrimoine culturel, artistique et civilisationnel de notre pays et mettre à profit l’apport des compétences de la communauté marocaine dans la mise en œuvre de telles actions.

C’est ainsi que des présentations sur l’histoire des relations bilatérales, le processus de réformes au Maroc et les potentialités économiques de notre pays, ont été données par l’Ambassadeur dans plusieurs universités.

Des réceptions-présentations ont également été organisées à l’Ambassade au profit d’étudiants et d’enseignants des plusieurs universités et écoles américaines.

La dimension culturelle a été présente dans toutes les visites effectuées par l’Ambassadeur dans les 16 Etats visités durant l’année 2012.

La Semaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Hawaï, qui s’est tenue à Honolulu du 28 novembre au 2 décembre, 2012, en présence d’une importante délégation marocaine a couronné de belle manière cette année 2012 et a donné une consistance concrète aux relations privilégiées entre le Maroc et les Etats-Unis.

LA COMMUNAUTÉ MAROCAINE

Compte tenu du nombre important et grandissant de la communauté marocaine établie aux Etats-Unis, il est primordial de mettre à profit les associations représentatives de cette communauté.

La présence des membres de notre communauté dans différents Etats et leurs positions professionnels et académiques ont été mises à profit pour se rapprocher, par exemple, des membres du Congrès représentants leurs districts.

Les membres de la communauté Marocaine ont pu également aider pour faciliter le contact avec les élus locaux, les universités, ainsi que pour l’organisation d’événements culturels et ont constitué les premiers maillons d’une chaîne d’influence auprès des décideurs politiques, élus et faiseurs d’opinion au niveau de leurs Etats pour porter les messages de leur pays et défendre ses intérêts vitaux.

C’est dans ce cadre que l’Ambassadeur a organisé une réception en faveur de 150 marocain résidant aux Etats Unis, représentant le premier noyau d’un réseau des compétences marocaines aux USA.

Dans le cadre de travail de proximité envers nos ressortissants visant le renforcement de l’efficacité de la gestion des affaires consulaires, il a été procédé à :

Doublement de l’effectif affecté à la section consulaire,

Ouverture du Service Consulaire le dernier samedi de chaque mois,

Aménagement des locaux pour permettre un meilleurs accueil,

Facilitations de l’accès à l’information et aux documents via internet,

Amélioration de standard téléphonique

Gratuité de certaines prestations (photos et photocopies)

Restructuration de l’Ambassade

Pour permettre l’accomplissement du plan d’action de l’Ambassade et l’optimisation de ses objectifs, un effort de restructuration, de réfection et d’amélioration de la structure et des service de l’Ambassade a été mis en œuvre.

C’est ainsi que dès le mois de Mars 2012, l’Ambassade s’est doté d’un site web, fruit des efforts des diplomates de cette Ambassade. Ce portail qui est l’objet de perfectionnement au continu, reflété les actions menées par l’Ambassade et représente un trait d’union entre cette dernière et les visiteurs américains et marocains.

Compte tenu de l’handicape que présente l’éloignement de la Résidence, la salle de réunions de la Chancellerie a été réaménagée de manière à permettre l’organisation de réceptions et de déjeuners de travail. Cette salle permet désormais de faire des présentations au profit d’audiences plus importantes en termes de nombre.

Un effort particulier a été déployé à l’endroit de la section consulaire dont l’effectif affecté a été doublé. Une nette amélioration des services rendus par cette section a été enregistrée en termes de temps, de qualité et de moyens de communication .

Conclusion

La première session du Dialogue Stratégique a jeté les jalons de la coopération entre les deux pays, en créant quatre Groupes de Travail chargés d’examiner et d’approfondir la coopération dans les domaines politique, économique, sécuritaire et culturel et éducationnel.

La signature du MOU met en place un cadre de référence des relations bilatérales en les inscrivent dans la continuité. Le MOU représente désormais un document consolidé qui reflète le positionnement réciproque vis-à-vis des questions d’intérêt commun.

La US-Morocco Business Development Conference a ouvert de son côté les canaux d’un partenariat économique entre la communauté des affaires et les institutionnels dans les deux pays.

L’année 2020 se décline, dès à présent, comme étant une année de suivi et de mise en œuvre du nouveau cadre de partenariat stratégique entre les deux pays et requiert à cet effet un effort considérable de mobilisation et de renforcement de l’action diplomatique à la fois au niveau de Washington et de Rabat.

*Chercheur en relations Maroc-USA

Tags : Maroc, USA, Etats-Unis, relations bilatérales,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *