Algérie : Le PLJ pour un dialogue sérieux

Algérie : Le PLJ pour un dialogue sérieux

Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ) a accueilli favorablement «la disponibilité du Président élu à engager le dialogue avec le Hirak afin de tourner la page du passé et sortir du blocage actuel».

Dans un communiqué rendu public hier, suite à une réunion du bureau national, selon le parti, la formation de Mohamed Saïd a souligné que «ce dialogue doit s’étendre à l’ensemble des forces politiques et sociales actives».

«De même, le PLJ estime que l’instauration d’un climat favorable à la réussite de ce dialogue implique la prise immédiate de mesures d’apaisement portant notamment sur la libération des détenus d’opinion, l’ouverture de l’espace médiatique et la levée d’entraves à l’exercice des libertés», a ajouté le parti, insistant sur l’urgence d’une nouvelle approche dans la recherche positive de l’instauration du dialogue avec le Hirak devenu un acteur incontournable dans le paysage politique national.

Le parti a réitéré son attachement à un dialogue sérieux et responsable en tant que seule voie menant à la construction du consensus national requis pour la solution des crises qui secouent le pays. Il justifie qu’il n’a pas pris part au processus électoral du 12 décembre «dès lors qu’il n’a pas été le couronnement d’un consensus national permettant la satisfaction des revendications populaires légitimes relatives au changement radical des mécanismes et des pratiques du pouvoir, et au renouvellement de la classe politique sur la base de la compétence, de l’intégrité et de l’abnégation».

Le PLJ a pris également acte des engagements annoncés par Tebboune au cours de sa campagne électorale ou pendant sa dernière conférence de presse. «Il souhaite que l’exécution de ces engagements publics trouve le soutien nécessaire en premier lieu et sans délai au sein des rouages et des institutions de l’Etat.

Il y va de la crédibilité du nouveau locataire d’El-Mouradia et du sort de la difficile mission qu’il assumera tout au long de son mandat», a-t-il expliqué. Concernant l’absence des élections en Kabylie, le PLJ affirme qu’il s’agit là d’un fait inquiétant qu’il convient de traiter avec la sagesse voulue afin de préserver la cohésion et l’unité nationales.

Karim A.

Le Soir d’Algérie, 17 déc 2019

Tags : Algérie, Hirak, élections, présidentielles, Abdelmajid Tebboube, armée, Gaïd Salah, Alger, Oran, Béjaïa, Tizi-Ouzou, Annaba, Tlemcen, Blida, corruption, clientélisme, despotisme, injustice, travail, grève, droits, réforme,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :