Algérie : Un sens politique aiguisé

Algérie : Un sens politique aiguisé

Depuis leur intervention salutaire ayant mis fin à la mainmise maléfique de la «bande» sur la destinée du pays, en réponse à une revendication portée par l’ensemble du peuple algérien pour un changement radical de la gouvernance politique et la lutte contre les pratiques maffieuses d’une caste de dirigeants et d’oligarques gravitant autour d’elle, les plus hautes autorités militaires ont géré la situation de crise avec un sens politique aiguisé.

Ayant subtilement analysé les dangers qui guettaient l’Algérie que certains courants poussaient à s’aventurer dans une période de transition dont personne ne pouvait garantir qu’elle pouvait s’en dépêtrer et encore moins lui tracer un chemin l’éloignant de l’impasse dans laquelle elle avait été précipitée, le commandement de l’ANP, fidèle à son engagement d’accompagner le peuple dans ses revendications et à les faire aboutir positivement, a clairement et fermement désigné la voie institutionnelle comme seule option salvatrice à même d’extraire le pays de la zone de feu.

Neutralisant toutes les mines dont a été jalonné ce parcours, les hautes autorités militaires ont également déjoué toutes les manœuvres sournoises qui ont été inlassablement déployées pour creuser un fossé profond entre les masses populaires de leur allié objectif, l’institution militaire.

Avec une main de fer dans un gant de velours, elle a conduit le processus électoral à son terme en dépit des vents contraires et des plans ourdis visant à déstabiliser la nation pour la plonger dans le tumulte inextricable des violences dont elle n’a que trop souffert dans un passé encore récent.

Aujourd’hui, la crise institutionnelle est dépassée. Le haut commandement militaire peut se targuer d’avoir satisfait à sa mission d’accompagnement du mouvement du 22 février.

L’Algérie a élu son Président, et c’est désormais à ce dernier de s’attacher à concrétiser, avec toute la conviction nécessaire, cette profonde aspiration des Algériens à vivre dans une démocratie ancrée dans une république 2.0 qui consacre les libertés fondamentales, l’équité sociale, l’indépendance de la justice, l’accès par le mérite à l’élite politique pour une gouvernance efficace.

Horizons, 15 déc 2019

Tags : Algérie, élections, Hirak, présidentielles, Abdelamjid Tebboune,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :