Au Maroc, le coronavirus apporte le « coup de grâce » aux artisans traditionnels

Au Maroc, le coronavirus apporte le « coup de grâce » aux artisans traditionnels

Poteries, vanneries et meubles en fer forgé s’entassent dans les échoppes désertes du centre artisanal d’Oulja, à Salé, au Maroc. Sans revenus depuis près de trois mois à cause de la pandémie de Covid-19, les artisans dépriment.

« Le coronavirus, c’est le KO final : sans aide, sans soutien, notre métier va disparaître », déplore Youssef Rghalmi, un potier de 49 ans qui vient de rouvrir le local où il expose le fruit d’un « savoir-faire transmis depuis des générations ». Dans l’atelier familial, son argile se dessèche, son four est éteint et les neuf employés ne viennent plus. La dernière commande, destinée à une cliente de France qui a annulé son séjour à cause de la fermeture des frontières, prend la poussière dans un coin.

Lire la suite depuis la source (Le Monde)

Tags : Maroc, covid19, coronavirus, pandémie, artisanat,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :