Aziz Mékouar aurait-il payé son insolence avec la femme de Charai?

Ahmed Charai a été arrêté à l’aéroport de Dulles le 14 septembre 2011 pour porter plus de 10.000 dollars lors de son entrée aux Etats-Unis.

Deux jours après, le 16 septembre, et pendant l’arrestation de Charai, Aziz Mékouar, l’ambassadeur à Washington a été limogé. Il semble que les raisons de son limogeage soient liées à un malentendu avec l’épouse de Charai, qui après l’arrestation de son mari s’est rendu à l’ambassade marocaine auz Etats-Unis. C’est ce qui ressort de la lettre envoyée par celui-ci le 29 novembre 2011 à John Hamre, le président du Center Strategic Institute for Studies (CSIS) dont voici le texte intégral :

Cher John,
Je vous suis profondément reconnaissant pour vos aimables mots et je suis très fier de vous avoir comme ami et un partenaire. Haim vous a certainement expliqué pourquoi je suis très embarrassé par l’affiliation de Mekouar au CSIS. Parce que le comportement de Mekouar, surtout avec ma femme, était incompréhensible et particulièrement lâche. Lorsqu’il a dit à ma femme: « Aux États-Unis, vous devez payer pour la faute que vous commettez ». Des mots très durs qui peuvent avoir des conséquences graves sur la santé de ma femme, elle a été hospitalisée pendant 24 heures dans les urgences. Et il ya de nombreux exemples que je peux partager avec vous pour montrer comment il a travaillé pour compliquer mon cas à Washington DC ..
Vraiment, je ne comprends pas cette haine, si ce n’est une jalousie aveugle … MAIS ma position ici au Maroc et aux Etats-Unis a été renforcée et je travaille actuellement sur un très grand projet de création d’un projet de nombreux médias.
Je suis vraiment désolé de vous embarrasser par ce genre de choses, mais vous êtes un ami et je trouve normal de partager honnêtement avec vous tous mes sentiments.
Veuillez m’appeler, si vous voulez, en tout temps à mon téléphone portable: 011212661061413
Meilleurs vœux
Ahmed

« Cher Ahmed. Je n’étais pas du tout au courant de comment il a grossièrement traité votre femme. Je me sentais tellement désolé pour elle de toute façon, et je ne savais rien à ce sujet. C’ est si choquant pour moi. J’aurais aimé être au courant. J’aurais dû l’inviter à rester avec Julie et moi. Au moins, j’aurais pu lui assurer une ambiance confortable, sûre et rassurante. Je suis en colère de lire ceci. Je peux vous assurer que Mekouar ne sera jamais invité à d’autres événements au CSIS! Je vais vous appeler ce week-end, si vous le permettez. Vous entendre fera du bien à mon âme troublée. John », a été la réponse de John Hamre.

Le lendemain 30 novembre 2011, Hamre a écrit dans un autre mail : « Cher Ahmed, je voulais mettre fin à cette histoire. Mekouar ne sera plus présent à la réunion du Conseil consultatif, et j’ai fait en sorte qu’il ne soit jamais invité à nouveau. Je ne peux pas pardonner ce qu’il vous a fait. John »
Le 17 février, Ahmed Charai a reçu une copie de la lettre envoyée par le CSIS à l’attention de différentes personnalités du Département d’Etat, de la Securité Interieure et de la Maison Blanche attestant ses liens avec cette organisation ainsi que ses relations avec les Etats-Unis d’Amérique.

A son arrivée au Maroc, Charai a pris le soin de démentir les nouvelles sur son arrestation dans des dépêches publiées sur ses sites et il a pris à chaque fois le soin d’envoyer une copie au Directeur de la DGED, Sdi Yassine. Comme pour dire, « tout est réglé, je peux poursuivre mon travail de lobbying ». C’était sans compter qu’un jour un certain cyber-activiste au nom de Chris Coleman allait apparaître pour lui rendre la vie dure.
Le travail de Charai était essentiellement concentré sur le recrutement de personnalités et de journalistes américains pour défendre la position du Maroc dans le conflit du Sahara Occidental et de dénigrer le Front Polisario et l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *