Communiqué : arrestation harcèlement de journalistes dans les Territoires Occupés du Sahara Occidental

Par Claude Mangin, 9/7/22014 
Communiqué
Jeudi 2 juillet le journaliste Sahraoui Haissan Mahmoud a été arrêté à l’aube par des agents de la police marocaine qui l’attendaient devant son domicile. Le 1er juillet, la TVRASD avait publié une vidéo d’une manifestation pacifique populaire à El Aaiun occupée dans laquelle le journaliste apparaissait.
Notre correspondant sur place a confirmé avoir vu El Haissan couvrir la manifestation organisée rue Tan-Tan pour célébrer joyeusement la performance sportive de l’équipe algérienne au Brésil dans la Coupe du Monde de football.
Selon ses proches, le journaliste sahraoui Haissan a été conduit à la préfecture de la police pour être interrogé, puis il a été présenté devant le procureur le lendemain, sous les accusations « entrave à la circulation, attaque des forces de l’ordre »
Samedi 5 juillet dans l’après midi les avocats de la défense ont rapporté après leur rencontre avec El Haissan avoir vu des signes de torture bien visibles sur le corps du détenu. El Haissan leur a dit d’autre part qu’il avait été intimidé et menacé par le procureur du roi qui a donné l’ordre de le transférer à la Prison Noire.
Les militants de l’intifada et en particulier les journalistes sont régulièrement et de plus en plus la cible des autorités d’occupation marocaine, qui réagissent par la répression aux témoignages objectifs et médiatisés de leurs exactions contre la population civile sahraouie dans les territoires occupés. 
Si l’on ne considère les 4 dernières années, après le démantèlement de Gdaim Izik, des journalistes sont incarcérés, blessés de manière à entrainer leur incapacité physique, intimidés par la violence, ou dépouillés de leurs matériels professionnels.
Le 5 décembre 2010 les autorités d’occupation ont arrêté les journalistes Bachir Khadda et Hassan Dah du groupe Equipe media qui ont été condamnés après 2 ans de détention préventive à 30 et 20 ans de prison ferme. 
Le 8 décembre 2010, les journalistes de l’équipe média Hayat Rguibi et Nguia El Haouassi ont été arrêtées à l’aéroport d’El Aaiun occupée alors qu’elles partaient pour l’Afrique du Sud. Elles ont été incarcérées et ont passé plus de six mois dans la « prison noire » de El Aaiun sans jugement. 
Le 24 décembre 2010, Khatar Mraizig et Mohamed Ali Sidzein, deux journalistes de l’équipe media, arrêtés à Casablanca puis transférés à El Aaiun, ont passé plus de huit mois à la « prison noire » sans jugement.
Hassana Alya, journaliste de l’équipe media, arrêté en janvier 2011 par la police marocaine est lui relâché après trois jours d’interrogatoire en garde-à-vue. Néanmoins, les autorités marocaines émettent un mandat d’arrêt contre lui lors de son séjour en Espagne en raison de ses activités journalistiques, le jugent par contumace avec le groupe de Gdaim Izik et le condamnent à la prison à vie. Il est depuis en Espagne et ne peut rentrer au Sahara Occidental.
Le 11 février 2014 les journalistes sahraouis Sidi Sbai, Bouamoud Bachir, Jamour Mohamed et Tobali Hafedde l’instance indépendante du media sont arrêtés au check point nord de Sidi Ifni, ville du sud du Maroc. Ils sont condamnés à des peines de 4 à 6 mois de prison ferme.
Le 29 septembre 2013, Mlle Afaf Husseini journaliste de l’équipe média est attaquée pour une seconde fois en 6 mois par la police marocaine qui lui casse le bras. Outre le préjudice des gros frais nécessaires à l’opération faite à Agadir, elle en garde une incapacité à travailler de plusieurs mois.
Depuis 4 ans, 13 journalistes sahraouis ont été privés de leurs outils de travail, caméra photo, vidéo, enregistreurs, véhicule, confisqués ou endomagés sans contrepartie par la police marocaine. Ce sont des journalistes des équipes EM, TVRASD, Radio Maizerat, et centre sahraoui de la communication.
30 journalistes des mêmes équipes ont été frappés et blessés sérieusement heureusement sans fractures.
L’Equipe Média est solidaire de la RASD TV qui réclame la libération de son journaliste Haissan Mahmoud.
Les arrestations arbitraires, intimidations, agressions des journalistes sahraouis par les autorités marocaines d’occupations sont des atteintes à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, tout à fait contraire aux valeurs revendiquées par le régime marocain, et par les lois internationales.
EM, Sahara Occidental occupé
Le 8 juillet 2014
http://solidmar.blogspot.be/2014/07/communique-arrestation-harcelement-de.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *