Coronavirus : Des vaccins prometteurs

Coronavirus : Des vaccins prometteurs

Le premier vaccin russe contre le coronavirus est prêt!

Les résultats des essais réalisés par des spécialistes et scientifiques russes permettent de conclure que le premier vaccin contre le Covid-19 est prêt, selon le vice-ministre russe de la Défense Rouslan Tsalikov.

Le premier vaccin de Russie contre le nouveau coronavirus développé par des virologues militaires russes de concert avec le Centre d’épidémiologie et de microbiologie russe Gamaleïa est prêt, a annoncé le vice-ministre russe de la Défense Rouslan Tsalikov.

«Nos spécialistes [militaires, ndlr] et les chercheurs du Centre Gamaleïa ont tiré les conclusions définitives des résultats des essais. Au moment de quitter l’hôpital, tous nos volontaires sans exception ayant constitué une immunité contre le coronavirus se portaient bien», a-t-il expliqué dans une interview accordée au journal Argoumenty i Fakty.

«Ainsi, le premier vaccin russe contre l’infection au coronavirus est prêt.»

M.Tsalikov a souligné que les Forces armées russes disposaient d’un important potentiel scientifique et clinique pour mener de telles études et recherches. Il a rappelé que les virologues et les médecins militaires russes avaient participé au développement de vaccins contre des maladies aussi graves qu’Ebola.

Elena Smoliartchouk, directrice du centre d’étude clinique des médicaments de l’université Setchenov, avait précédemment annoncé que tous les volontaires ayant participé aux tests du vaccin russe contre le Covid-19 avaient développé une immunité.

Lundi 20 juillet, le dernier groupe de volontaires a quitté l’hôpital militaire.

Dans un communiqué publié le même jour la Défense russe a fait savoir que les résultats des tests disponibles montraient explicitement le développement d’une réponse immunitaire chez tous les volontaires après la vaccination.

«Aucun effet secondaire, complication ou réaction indésirable, aucune plainte relative à la santé de la part des volontaires n’a été constatée au moment de leur sortie», a précisé le document.

Coronavirus: le vaccin d’Oxford semble prometteur

Un vaccin expérimental contre le coronavirus a généré une réponse immunitaire protectrice chez les centaines de cobayes qui l’ont reçu, ont indiqué lundi des chercheurs de l’Université d’Oxford.

Les scientifiques britanniques ont commencé à tester ce vaccin en avril chez un millier de sujets, dont la moitié qui ont reçu le vaccin expérimental. De tels essais visent à évaluer l’innocuité du produit et à voir s’il provoque une réponse immunitaire, mais ne peuvent déterminer s’il confère réellement une protection.

Mais dans une étude publiée lundi par le prestigieux journal médical «Lancet», les chercheurs annoncent que leur vaccin expérimental a suscité chez les sujets de 18-55 ans qui l’ont reçu une double réponse immunitaire qui a duré au moins deux mois après la vaccination.

Le docteur Adrian Hill, qui dirige l’Institut Jenner de l’Université d’Oxford, s’est notamment réjoui que le vaccin ait provoqué une réaction de la part des deux branches du système immunitaire.

Non seulement des anticorps ont-ils été produits, a dit le docteur Hill, mais l’organisme a aussi envoyé des cellules “T” attaquer et détruire le coronavirus.

Le vaccin expérimental n’a causé que quelques effets mineurs comme de la fièvre, des frissons et des douleurs musculaires à certains participants.

De nouveaux essais cliniques regroupant environ 10 000 personnes au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud se poursuivent. Un autre essai clinique d’environ 30 000 participants sera lancé aux États-Unis sous peu.

Le docteur Hill croit que les chercheurs devraient disposer de suffisamment de données d’ici la fin de l’année pour déterminer si une campagne de vaccination massive devrait être lancée.

Il a ajouté que le vaccin semble produire des niveaux d’anticorps comparables à ceux trouvés chez les gens qui se sont remis de la Covid-19. Les cellules “T” devraient fournir une protection supplémentaire, espère-t-il.

Le vaccin d’Oxford utilise un virus inoffensif pour introduire la protéine de spicule du coronavirus dans l’organisme.

La firme pharmaceutique AstraZeneca, qui collabore avec Oxford, s’est engagée à produire deux milliards de doses du vaccin, mais le docteur Hill a prévenu que ce ne sera pas suffisant.

Echourouk Online

Tags : Coronavirus, covid 19, pandémie,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :