Côte d’Ivoire: La Der bataille mortelle d’Alassane Ouattara contre son ancien allié et ‘’protecteur’’ SORO Guillaume.

Côte d’Ivoire: La Der bataille mortelle d’Alassane Ouattara contre son ancien allié et ‘’protecteur’’ SORO Guillaume.

Les relations sont devenues exécrables entre les deux hommes en parfaite entente et complicité avant le supplice de Noël 2019. Le Président Alassane Ouattara a perdu le nord et creuse la fracture progressivement d’avec son ex-fidèle et allié, Guillaume SORO, nouvelle cible du régime d’Abidjan. Dessous d’un feuilleton qui n’a pas révélé tous ses secrets éventé par Confidentiel Afrique.

Ouattara-SORO, un long fleuve agité. Les rapports entre ces deux anciens proches collaborateurs se dégradent. Au rythme d’un corps en métastases. Ce spectacle politique désolant digne d’un poker menteur se joue vraisemblablement sous l’impuissance des yeux de la communauté internationale, qui s’est investie des années durant, pour le retour de la légalité constitutionnelle, d’un régime démocratique normal en Côte d’Ivoire, déchirée par une crise politico-militaire sanglante aiguë. Le régime Ouattara s’achemine-t-il à réveiller les démons de la haine, de la violence et du tribalisme, au regard de cette série d’actes de défiance manifeste et d’humiliation déconcertante envers l’ancien Sherpa et patron de l’Assemblée nationale ? Le Noël de cette année, empoisonné servi à SORO Guillaume- qu’a bien voulu lui administrer le régime Ouattara, en interdisant l’atterrissage du jet privé de ce dernier, sur le tarmac de l’aéroport Felix Houphouet Boigny, semble être la goutte de trop. Soro Guillaume, qui avait bel et bien informé les autorités ivoiriennes du plan de vol de l’équipage et donné tous les détails techniques s’est vu opposer un niet catégorique. Que s’est-il passé en réalité ? Selon des sources autorisées parvenues à Confidentiel Afrique, le ministre ivoirien de l’Intérieur, conditionnait l’atterrissage de SORO Guillaume d’accepter de se faire cueillir au bas de la passerelle par des agents de sécurité. Vu son statut d’ancien Chef de Gouvernement et de patron du parlement, SORO a décidé de s’y opposer. Selon plusieurs sources concordantes, l’ancien Président de l’Assemblée nationale est suffisamment mature et responsable de se laisser tomber dans le piège des autorités ivoiriennes. Pourquoi lui demande t-on de se faire conduire à sa résidence par un policier, glisse cette source.

Coup de fil de Ouattara à Nana Akufo-Addo du Ghana

Confidentiel Afrique bien introduit peut confirmer que le Président ADO a câblé son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo, aussitôt, après le refus d’atterrissage à Abidjan du jet privé qui transportait Soro et ses proches collaborateurs, de ne pas accepter sur son sol l’ex-Premier ministre SORO. À la présidence d’Accra, où Guillaume a ses attaches dans le shadow-cabinet, l’atterrissage de son avion ne posait aucun problème. Selon nos informations, le coup de fil de Ouattara a chamboulé le cours des choses. Par courtoisie, Soro Guillaume reçoit les désolations d’un officiel ghanéen, instruit par le Président. ‘’ Je vous transmets la notification des autorités du pays. Nous sommes désolés Excellence’´ explique à SORO l’officiel ghanéen, dans la langue Shakespearienne. Guillaume SORO, a poliment remercié l’officiel. Selon nos informations, le Président togolais Faure ÉYADEMA, a cherché à joindre Guillaume SORO, pour s’enquérir de ses conditions de voyage. En vain. Notre source de renseigner que l’avion se trouvait déjà dans les airs. Le régime d’Abidjan a fait comprendre aux autorités ghanéennes, que laisser atterrir l’avion de Soro Guillaume, constituerait une menace, dans la mesure où l’équipage pourrait rallier la capitale ivoirienne via la route. Accra a bien décodé l’inquiétude de Ouattara. L’homme fort de Malabo, le Chef de l’État Obiang N’Guéma, aussi, est entré dans la danse et a demandé au besoin, si SORO Guillaume pouvait faire un tour en Guinée Équatoriale, afin d’échanger avec lui. L’ancien Premier ministre, imperturbable, ne voulait pas mettre mal à l’aise Obiang N’guéma et Faure EYADEMA qui entretiennent des relations cordiales avec Alassane Ouattara.

Adrien Houngbédji vend en 2008 sa résidence à Soro Guillaume à 1, 500 milliard FCFA

Beaucoup de contre-vérités ont été dites sur l’affaire de la Résidence Marcory de Guillaume SORO. Confidentiel Afrique a pu démêler l’écheveau, suite à des recoupements auprès de l’entourage proche de l’ancien patron du Parlement. Il nous revient que Soro Guillaume avait acheté cette résidence sise à Marcory qui fait l’objet de saisie sur ordonnance de l’État de Côte d’Ivoire, était la propriété de l’homme politique béninois, Andrien Houngbedji. Jusqu’en 2008, date de l’acquisition de cette résidence par Guillaume Soro. Montant de la transaction financière: 1,5 milliard FCFA (2,3 millions d’euros)

Depuis le 25 décembre 2019, jour de la fête de Noël, la résidence est l’objet d’une plainte de l’État de Côte d’Ivoire contre Guillaume Soro. L’État indique que la résidence qui a coûté 1 milliard 500 millions de FCFA sur fonds du Trésor public en 2008 sous Gbagbo, devait servir, en principe, de résidence des Premiers ministres ivoiriens. Une thèse bottée en touche par l’entourage de l’intéressé qui parle de gros mensonge, visant à abattre et décrédibiliser un potentiel candidat à la présidentielle de 2020.

Ouattara évoque le dossier SORO avec Macky SALL, Faure, Félix Tshisekedi, Alpha Condé et Moustapha Chafi

Selon des sources bien informées, Guillaume SORO n’a jamais cherché à rencontrer le président Ouattara depuis leur dernière audience qui remonte au 7 Août 2018 plus précisément à 17h30 à la résidence privée de Ouattara sise à la Riviera Golf. Selon nos informations, ADO et SORO avaient longuement échangé cet après midi là, dans un cadre chaleureux, agréable. Le ton de l’entretien était décontracté et « open ».

‘’C’est l’entourage présidentiel qui alimente cette intox’’ confie une source autorisée. Selon nos informations, Alassane Ouattara a évoqué avec Macky SALL le dossier SORO, tenant compte d’une relation ancienne et poussée qu’entretiennent Macky et Soro. Le Président sénégalais, d’ailleurs, par courtoisie a parlé à Guillaume. Ce dernier a fait comprendre à Macky SALL qu’il n’était pas demandeur d’une quelconque médiation et n’a mandaté personne pour son éventuel retour dans les rangs du parti présidentiel. Il nous revient, que ADO s’en est ouvert à plusieurs de ses homologues africains, tels que Faure ÉYADEMA, Felix Tshisekedi, Alpha Condé etc. Mais, le silence de SORO l’inquiétait et le dérangeait beaucoup. Des sources crédibles parvenues à Confidentiel Afrique, renseignent que seul l’homme fort de Brazzaville, le Président Dénis Sassou N’guesso, a asséné ses vérités au président ADO. Notre source de confier que c’est Guillaume Soro qui avait à l’époque négocié le soutien financier de Sassou à Ouattara pour les besoins de la campagne présidentielle de 2010 et surtout de cette fameuse dette contractée par Abidjan de 100 milliards de FCFA que l’État ivoirien n’aurait pas encore totalement payée. Ouattara et Macky se sont parlé à Ouagadougou en marge du sommet de la Cedeao sur la sécurité. Alassane s’est aussi confié au puissant lobbyiste mauritanien, Moustapha Chafi pour arrondir les angles. Alassane Ouattara voulait coûte que coûte obtenir de ses canaux homologues le soutien indéfectible de SORO à la candidature que le parti présidentiel présentera lors des joutes électorales de 2020. Mais, surtout, déconseiller à SORO de ne pas faire alliance avec Gbagbo et BEDIE. Ouattara-qui sait que le candidat du RHDP, ne fera pas le poids devant des mammouths politiques-est embarrassé depuis le rapprochement de son ex-allié avec les autres leaders politiques du pays (Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé, Henri Konan Bedié). Selon nos sources, le niet catégorique de Soro trouve sa raison sur un prompteur de hauts faits. Guillaume Soro confie en privé que Ouattara n’a respecté aucun engagement tenu devant l’ancien chef de l’État burkinabé, Blaise Compaore en 2011 qui vit en exil en Côte d’Ivoire, depuis sa chute en 2014. Idem pour ce qui est de l’engagement pris devant le Président Abdoulaye Wade de dissuader SORO Guillaume de ne pas transformer à l’époque les forces nouvelles en parti politique, puisque Alassane Ouattara avait pris l’engagement de lui céder le parti. On apprend également, que c’est Guillaume qui a manœuvré à fond pour que Ouattara coopte BEDIE pour garantir son soutien face à Laurent Gbagbo. Avec cet affront infligé par le régime d’Alassane Ouattara à Soro Guillaume en cette fête de Noël 2019 avec la saisie de sa résidence à Abidjan et l’arrestation de ses proches lieutenants, Ouattara amplifie la fracture en engageant un bras de fer aux fragments insoupçonnés. Seulement à dix mois de la présidentielle de 2020. Après avoir trahi le pacte d’avec Konan Bédié hier et maintenant Soro Guillaume, que lui restera-t-il dans l’armurerie politique ?

Par Ismael AIDARA

Source

Tags : Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :