Fiche de synthèse sur la coopération maroco-américaine

Par Mohammed Elhinki

1- Cadre juridique :

– Accord culturel entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’Amérique, conclu à Washington le 10 février 1967-

– Accord entre le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et le gouvernement du Royaume du Maroc portant sur la création d’une commission mixte pour les échanges éducatifs et culturels, signé à Marrakech en 1982.

– Accord entre le Gouvernement du Royaume du Maroc et le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique portant sur la coopération en matière de science et de technologie, signé à Rabat en novembre 2006, non encore ratifié.

2 – Conventions inter-universitaires :

Ces conventions sont conclues entre universités américaines. Elles sont au nombre de 16.

3 – Echanges de visites :

– Visite d’une délégation de l’Université Bridgewater State University, à l’Université Mohamed Ben Abdellah de Fès, le lundi 11 mars 2013 ;

– Visite au Maroc d’une délégation de professeurs américains du Musée Américain d’Histoire Naturelle, du 26 au 29 novembre 2012 ;

– Visite d’un groupe d’étudiants américain de l’université de Harvard, le 9 janvier 2012 ;

– Visite de M. Robert Satcher, astronaute américain, à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, le 18 mai 2010 ;

– Visite au Maroc du Dr Elias Zerhouni, envoyé scientifique du président Obama pour la région du Maghreb, du 3 au 5 mars 2010 ;

– Visite d’une délégation marocaine aux Etats-Unis, du 7 au 11 avril 2008. Cette délégation était composée du :

Professeur El Houssaine Louardi, Doyen de la Faculté de Médecine de Pharmacie Casablanca ;

Professeur Said Motaouakil, Chef de Service de réanimation ;

Professeur Ahmed Bennis, Chef de Service de Cardiologie, CHI-Casablanca.

Il a été convenu, lors de cette visite, qu’une délégation américaine effectue une mission pour réaliser les premières actions proposées pour le mois de juillet 2008, en gastrologie et cardiologie et qu’un don de matériel neuf sera offert pour l’équipement de deux salles en gastrologie d’un montant estimé à 100.000 dollars.

4- Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels :

Elle a pour objectif de promouvoir les échanges éducatifs et culturels entre le Maroc et les Etats-Unis d’Amérique par le biais de :

-Bourses pour Master ou PH.D aux USA – Bourses de recherche aux USA – Missions d’enseignements dans les universités américaines par d’éminents professeurs marocains ; – Echange d’enseignants du secondaire – Programme Humphrey permettant aux cadres marocains de réaliser pendant un an des stages ou des études aux USA . – Programme de professeurs conférenciers américains au Maroc : – Séjoours de chercheurs américains au Maroc.

Actuellement, il y a trois programmes de bourses principaux pour les citoyens marocains financés par la Commission. Le plus important historiquement est et reste celui d’études supérieurs pour les marocains, avec 1413 bourses allouées à ce jour.

5 – Boursiers de la Commission Maroco-Américaine pour les échanges éducatifs et culturels de 1980 à 2013 :

Boursiers marocains :

– Etudiants : 474 – Chercheurs : 294 – Professeurs du secondaire : 347 – Doctorat marocain : 112 – Humphrey : 47 – Scholar-in-Residence : 17 – Instituts d’été : 23 Total : 1413

Boursiers américains :

– Etudiants : 318 – Conférenciers : 73 – Chercheurs : 106 – Chercheurs/Conférenciers : 12 – Professeurs du secondaire : 64 – Conférenciers Inter country : 53 – Fullbright spécialiste : 11 – ETA : 40 – Professeurs spécialistes : 11 Total : 677

Financement : La commission est financée principalement par les contributions des deux gouvernements. La contribution du gouvernement marocain pour l’année 2019 était 7.200.000 dirhams et celle du gouvernement américain était de 1.395.000 Dollars.

6- Programme d’Etudes sur le Maroc à l’Université Harvard :

Lire aussi:  Maroc : Guerre de la DGED contre les publications d'Ahmed Reda Benchemsi

– Objectifs :

– Promouvoir les liens de coopération entre l’UNiversité Harvard et les universités marocaines dans les domaines des sciences humaines et sociales ;

– Faire connaître la civilisation marocaine dans les nombreuses universités américaines et encourager les jeunes chercheurs à mener des recherches sur le Maroc.

– Début : 1985

– Financement :

Annuellement : 60.000 dollars environ prélevés sur la contribution allouée à la Commission des Echanges éducatifs et culturels.

7 – Coopération avec Indiana State University :

Un programme de coopération avec cette université a été conclu avec l’université Hassan II-Mohammadia. Il permet l’organisation de rencontres sur des thèmes d’intérêt. La dernière séance a été organisé à Rabat, au siège du Département des affaires culturelles du MAE, sur « le développement d’un système national d’évaluation et d’accréditation institutionnelles : Etats des lieux et défis ».

8 – Recherche scientifique : Les actions engagées entre le Maroc et les USA concernent plusieurs projets de coopération initiés depuis 3 années. Il s’agit de :

– Projet de lancement de l’appel d’offres en partenariat avec la Fondation Nationale Américaine des Sciences (NSF) dans le domaine des Matériaux :

Afin de renforcer les activités de recherche dans le domaine des matériaux entre les chercheurs américains et leur homologues à l’étranger, la NSF (National Science Foundation) a créé le Réseau Mondial des Matériaux et dont le Maroc est membre de ce réseau depuis octobre 2003.

Dans le cadre de cette coopération, notre département a lancé un appel d’offres pour des projets conjoints avec la NSF pour le financement de 6 projets dans le domaine des sciences des matériaux en septembre 2005.

– Projet VLF :

Le projet VLF (Very Low Frequency) est un projet de coopération internationale mené par l’Université de Stanford (USA) et co-financé par la NSF et la NASA. Notre ministère y a été sollicité par l’intermédiaire du Département d’État américain et la NASA (National Aeronautics ans Space Administration) pour renforcer l’accord de coopération scientifique et technologique.

La mise en œuvre du projet a donné lieu à une donation d’équipement complet pour mesures de VLF. L’équipement en question a été hébergé pour le RUSTE (Réseau Universitaire des Sciences et Techniques de l’Espace) domicilié à l’Ecole Mohammedia des Ingénieurs moyennant une convention passée entre la Direction de la Technologie et l’Ecole Mohammedia d’Ingénieurs.

– Projet entre le Département de l’Energie des Etats-Unis (DOE) et le Centre National de l’Energie des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN) :

Dans le cadre d’un programme international (programme de réduction de la menace radiologique), le Département de l’Energie des Etats-Unis DOE contribue au renforcement du niveau de sécurité des sources d’activité utilisées sur le territoire national.

La Division Battelle Northwest (Battelle) a signé un accord avec le CNESTEN pour la mise en peuvre des travaux de renforcement des mesures de gammagraphie dont le CNEM, les services de radiothérapie, l’irradiateur de Tanger ainsi que certaines sociétés industrielles.

Le financement de ces travaux est entièrement à la charge de la partie américaine.

– Organisation d’un Workshop maroco-américain sur les piles à combustibles :

Le Workshop maroco-américain sur les piles à combustibles sera organisé au Maroc les 4 et 5 avril 2007 en partenariat entre notre ministère et le Département d’État américainà l’Energie (DOE).

L’objectif donc du workshop est d’initier un dialogue entre scientifiques, industriels et décideurs marocains et américains autour de la thématique liée à l’utilisation des énergies propres au Maroc. Le workshop sera l’occasion de créer un climat favorable pour forger un partenariat solide gouvernement/industrie. Ce partenariat, qui pourrait être noué avec entreprises américaines, soit être amené à établir un programme à composantes multiples capable de déployer des solution énergétiques diversifiés au consommateur marocain.

Lire aussi:  Focus sur les formes de coopération marocco-américaine

La partie marocain demande le soutien des USA pour la réalisation de ce projet.

– Organisation d’un Workshop Maghrébin sur la mise en place d’une librairie digitale à caractère éducatif, culturel et scientifiaue :

Le workshop permettra de réunir des décideurs maghrébins et des experts internationaux dans le domaie de la digitalisation des ressources culturelles, du patrimoine humain, scientifique et technique.

Ce projet rentre dans le cadre de la réforme globale du système éducatif et cadre parfaitement dans les priorités nationales et internationales telle que la constitution de réseaux numériques éducatifs entre différentes librairies en vue de démocratiser l’accès à une éducation de meilleure qualité.

L’objectif est de tracer la feuille de route et d’établir un plan d’action pour mettre en place une librairie digitale à accès ouvert au Maroc.

Ce workshop sera organisé par la Direction de la Technologie entre le 25 et le 28 juillet 2020 en partenariat avec la Natinal Science Foundation, Fullbright Academy, l’UNESCO, R&D Maroc…

– Les contacts en cours avec les instituons américaines :

– Des contacts sont en cours entre la Direction de Technologie et le National Insitute of Health (NIH) à Washington DC. Un éventuel accord de partenariat identique à celui entériné avec la NSF pourrait voir le jour.

– Le dossier biosécurité, qui nous a été soumis par l’ambassade US à Rabat provenant du Conseil National Consultatif et Scientifique sur le Biosécurité (NSABB) aux Etats-Unis a été traité et ponctué par des contacts réguliers entre la Direction de la Technologie et l’Ambassade des Etats-Unis au Maroc.

9 – Propositions :

– Elargissement du programme d’échanges éducatifs et culturels Fullbright pour un échange plus fluide des enseignants et des étudiants ;

– Etablissement d’un partenariat durable avec l’American Center ou AMIDEAST ;

– Etablissement de partenariats avec l’Université d’Arizona (Tucson), IES-Abroad-Rabat, Corps Afraica, American Language Center ;

– Elaboration de programmes annuels de coopération avec les partenaires sur la base d’un plan de travail bien déterminé ;

-Institution d’un think tank ou d’un centre spécialisé dans les études américaines ;

– Création de formations conjointes (Masters) consacrés aux études américaines ;

– Promotion des échanges des étudiants ;

– Mobilité des administratifs ;

– Développement de doctorats co-dirigés ;

– Projets de recherche conjoints : ex. Projet en collaboration avec les laboratoires universitaires américains intitulé « Les technologies de l’information et de la communication au service de la sécurité routière au Maroc. Un pas vers un réseau de transport intelligent » ;

– Projet de création d’un Service Learning Center.

10 – Conclusion :

La partie marocaine fournit un effort tout particulier pour hisser la coopération avec les Etats-Unis au niveau souhaité :

Ces efforts se perçoivent dans :

– la contribution marocaine au budget de la Commission Maroco-Américaine : 2 fois celle des Etats-Unis.

– Le soutien à l’Université de Harvard pour mieux faire connaître le Maroc ;

Il faut ajouter à cela, les efforts des particuliers pour les études de leurs enfants aux Etats-Unis.

Malgré tous ces efforts, le nombre des lauréats marocains des universités américaines reste relativement faible.

Il est important que les organismes et fonds américains soient approchés pour une contribution au développement de la coopération entre les deux pays.

L’Accord portant sur la coopération en matière de science et de technologie signé le 2 novembre 2006 entre les deux gouvernements a donné un nouvel élan à la coopération scientifique et technologique entre les deux pays.

Tags : Maroc, Etats-Unis, coopération, USA, science, culture,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *