Hollande au Tchad pour l’installation du  » dispositif anti-terroriste  » Barkhane : Revoilà la Françafrique !

Par Kamel Zaïdi
Si la situation s’accélère de plus en plus en Afrique, plus précisément au Sahel, au Maghreb et dans la région des Grands Lacs, force est de relever également que les choses sérieuses viennent aussi de commencer. Les négociations d’Alger, celles de la dernière chance pour restaurer la paix au Mali, donnent ainsi l’air de piétiner, à cause du nombre effrayant d’acteurs, dont certains ne s’étaient jamais fait connaître auparavant, défendant chacun ses chapelles et ses groupes d’intérêts. Pendant ce temps, le président français, dont le pays est le principal responsable de cette situation dramatique et chaotique, n’en a pas moins pris prétexte pour élargir sa présence militaire, jusque-là confinée au seul Mali, à d’autres pays africains. 
François Hollande a en effet achevé ce samedi sa mini-tournée africaine par N’Djaména. Dans la capitale tchadienne, il s’est entretenu avec son homologue Idriss Déby et a inspecté l’installation de la future force Barkhane de prétendue lutte contre le terrorisme au Sahel.
Au terme de sa tournée de trois jours en Afrique, François Hollande était samedi 19 juillet en visite à N’Djaména, au Tchad. Le président français a inspecté les préparatifs de la nouvelle force militaire française, nommée Barkhane, dédiée à la lutte contre le terrorisme au Sahel. Cette nouvelle opération, dont l’état-major sera installé dans la capitale tchadienne, sera opérationnelle le 1er août. Elle mobilisera 3 000 militaires et succèdera à l’opération Serval lancée le 11 janvier 2013 au Mali contre les groupes islamistes armés qui menaçaient l’intégrité du pays.
Barkhane fusionnera également les dispositifs Epervier et Sabre déployés au Tchad et au Burkina Faso. En partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), il s’agit d’élargir à tout le Sahel l’action contre les mouvements djihadistes, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Boko Haram, et tenter de mettre fin à l’important trafic d’armes en provenance de Libye.
Un pareil  » déploiement « , qui pourrait à terme impliquer également le Maroc, alors que ses activités délictueuses et proches des terroristes ne sont plus un secret pour personne, contrecarre fortement les actions menées par l’Algérie ainsi que les structures mises en place de concert avec les pays du champ. A croire que cette situation conflictuelle et de tensions perpétuelles arrange les intérêts de certains. 
Et il semble bien que si le Tchad a été choisi comme base de commandement de cette opération qui promet de faire encore parler d’elle, il semble bien que ce soit à cause de la manière avec laquelle les FTIM (forces tchadiennes d’intervention au Mali) s’étaient distinguées lors de l’opération Serval, y laissant d’ailleurs plus de morts que les forces maliennes et françaises réunies. 
K. Z.
http://www.tribunelecteurs.com/fichier/21_7_2014/revoila.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *