La diplomatie marocaine mise à nue par une fuite massive de documents : Scandales et révélations en cascade

Spread the love

La diplomatie marocaine mise à nue par une fuite massive de documents : Scandales et révélations en cascade

Un rapport pondu par la direction des affaires américaines au niveau du ministère des Affaires Etrangères, rend compte, pour sa part, d’une entrevue, à tout le moins tendue, entre Mezouar et l’ambassadeur US au Maroc, M. Dwight Bush (Docs 10 et 11). Dans ce dernier, sont également perçues les tensions entre Washington et Rabat, mais aussi et surtout l’obséquiosité marocaine même quand ses droits, censés être  » légitimes « ,  » donnent l’air d’avoir été  » ignorés « .

A simple titre d’exemple, citons ce très explicite passage :  » s’agissant de la nomination de Mme Kim Bolduc en tant que Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la Minurso, (…) Monsieur le Ministre (Mezouar. NDLR) a signalé à ce propos que le Maroc avait fait part de sa demande légitime d’être consulté à l’avance sur cette nomination, en précisant que, d’ailleurs, il avait été consulté en amont sur les dix nominations précédentes (ce qui confirme encore sa perte de vitesse et de crédibilité concernant le Sahara Occidental) et qu’il est anormal qu’il n’ait (ici une grave faute d’orthographe s’est glissée, ce qui est aberrant pour des diplomates censés avoir fait les grandes écoles et jouir d’une parfaite maitrise de plusieurs langues).

On y lit  » n’est  » et non pas  » n’ait « ) pu s’en enquérir qu’à travers la presse et dans les couloirs des Nations Unies (très humiliant et inquiétant, n’est-ce pas ?), alors que l’Algérie et les (blabla) RASD en avaient été en revanche informés auparavant « .

En dépit de ces critiques, Rabat ne s’empêchera pas de demander audience à Kim Bolduc dont il remettait pourtant en cause la désignation à la tête de la Minurso.

Dans un autre document, relatif à Navy Pillay, on voit à quel point Rabat cherche les points faibles de ses partenaires afin de tenter de s’en servir et de les retourner en sa faveur (doc 13). Sinon, à quoi aurait pu lui servir de joindre au  » projet de dossier  » le CV détaillé de cette gente dame ?

Le document 14 (Doc 14), d’ailleurs, confirme ces intentions en décrétant de manière quasi directe qu’il cherche à la mener en bateau, un peu comme il avait  » donne du grain à moudre  » à Christopher Ross :  » souligner l’importance que le Maroc accorde à la visite de Mme Pillay (ce qui est parfaitement faut, comme on l’a vu dans la partie datée de la veille) et lui rendre hommage personnellement pour son leadership et à l’ensemble du personnel du HCDH (Haut Commissariat aux Droits de l’Homme) exerçant au siège et sur le terrain « .

Le document 15 (Doc 15), prélevé sur le même texte, focalise sur la question des droits de l’homme dans les camps de réfugiés de Tindouf. Mais, manque de pot, un très récent rapport rendu public par l’ONG Human Rights Wasch a conclu que ces derniers étaient fort bien respectés, ce qui est loin d’être le cas dans les territoires occupés marocains :  » exprimer les préoccupations du Maroc et de la communauté internationale sur le drame des populations dans les camps de Tindouf, particulièrement les violations graves relayées par les médias et ONG internationaux « .

Pétard mouillé. Hormis les médias marocains, dont le royaume interdit à tout défenseur des droits de l’homme de mettre le pied dans les territoires occupés, personne ne stigmatise les camps de réfugiés de Tindouf, où ces mêmes défenseurs ont toujours été les bienvenus, et libres d’aller et venir où bon leur semblait.

Les droits de l’homme, d’ailleurs, sont également bafoués sur le territoire marocain, et ce sont les sujets de Mohamed VI, qui en sont les victimes. En témoigne cet exemple (Doc 16) pris parmi bien d’autres. Il s’agit du cas d’Ali Anouzla. Cela sans parler des tortures avérées, si bien que Rabat a été contraint de promettre d’enquêter. (Doc 17). Promesse faite uniquement dans le but d’apaiser les tensions, de faire le dos rond, et de tenter de se faire oublier pour un temps.

Dans le compte-rendu des débats qui ont eu lieu au Conseil de sécurité, Ross a  » menacé  » de passer à l’action si Rabat persiste de continuer à rester ce poids mort en train de jouer à fond la politique du fait accompli (Doc 18).

Un autre document, (Doc 19), explique que Rabat, qui n’a pas tenu les engagements pris envers Washington et dont il a été question au tout début de ces époustouflantes révélations, s’est fait très sérieusement taper sur les doigts par l’ambassadrice US Rosemary Dicarlo lors d’un entretien téléphonique.

Cette totale mise à nue de la diplomatie marocaine, devrait encourager la communauté internationale, jusque-y compris la France, à cesser d’être aussi complaisante avec la politique criminelle, ségrégationniste et colonialiste du Maroc afin d’envisager contre lui des sanctions économiques et militaires pour qu’il accepte enfin que se tienne le référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. Ainsi soit-il…

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *