La diplomatie marocaine prise au piège du Sahara

Sahara Info n°72 – Février 2015
Monsieur Salahedine Mezouar, Ministre des Affaires étrangères du royaume du Maroc, multiplie depuis plusieurs semaines maladresses et provocations et dirige tout particulièrement sa mauvaise humeur vers la France. 
Son dernier entretien dans le Monde du 4 février 2015 est un modèle du genre. Concernant la question délicate du Sahara occidental, « il pousse le bouchon » un peu loin ! Bien sûr la France est une grande amie du Maroc et les intérêts entre les deux pays sont si importants que les raisons d’Etat, mettent prudemment de côté, en France, le soutien clair à l’autodétermination du peuple sahraoui. Mais de là, à faire de la France, la défenseur de la marocanité du Sahara occidental ! Il faut de suite que les autorités françaises réagissent et que Monsieur Laurent Fabius rappelle l’actuelle position française : « Nous soutenons la recherche d’une solution juste, durable et mutuellement agréée sous l’égide des Nations unies et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité » point presse MAE du 14/01/2015 ! 
Sur d’autres terrains, la diplomatie marocaine est également à la peine ! Christopher Ross, l’envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies, empêché depuis près d’un an d’organiser une mission dans la région, est à nouveau « persona grata » au Maroc comme la directrice de la MINURSO, elle aussi empêchée de rejoindre son poste par les autorités marocaines. La presse marocaine, toujours au service, a tenté de présenter l’affaire comme une victoire ! Personne n’ose dire que Mohamed VI comme Mezouar qui voulaient la chute de l’ambassadeur Ross, trop impartial à leurs yeux, ont perdu. 
La diplomatie marocaine est aussi « malmenée » à Addis Abeba, au 24 éme sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains. Le sommet ne s’est pas contenté de rappeler, comme chaque année, le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, il a frappé fort ! Avec des résolutions qui engagent et qui vont gêner très vite le Maroc. Appel au boycott et à l’annulation d’un Forum international, piloté par une association suisse, Crans Montana, que le Maroc souhaitait accueillir en mars à Dahkla en territoire sahraoui occupé, en y déployant une grande ambition africaine. 
Le sommet s’est aussi engagé à tenir, dans les territoires libérés du Sahara occidental, des activités de l’Union Africaine ! Au pied du mur de « la honte » marocain, c’est un tabou qui est brisé ! 
L’Union africaine s’intéresse aussi de très près à ce qui se passe au Sahara occidental occupé depuis que sa Commission de défense des droits de l’homme et des peuples s’est vu refuser son entrée dans ce territoire, de la manière la plus méprisante puisqu’elle n’a jamais reçu de réponse à ses demandes de mission.
Ban Ki Moon, le Secrétaire général de l’ONU, était présent à Addis-Abeba, souhaitons qu’il mette ses pas dans les pas de l’Afrique et crée la surprise, en préparant la réunion du Conseil de sécurité d’avril prochain.
Association des Amis de la RASD 356 rue de Vaugirard 75015 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *