La drogue marocaine continue d’inonder l’Algérie

Par Younes Guiz
« Nous avons constaté durant les deux dernières années, une augmentation des quantités de drogue saisies au cours des opérations que nous menons quotidiennement », a indiqué le Général major Hamel, à l’ouverture d’un séminaire sur la lutte contre la criminalité organisée. « Il en est de même pour la contrebande de marchandises, notamment l’essence, les produits alimentaires et le cheptel, vers les pays voisins », a-t-il poursuivi. 
Soulignant le danger de ces phénomènes, le Directeur général de la Sûreté nationale a précisé, que « le trafic de drogue figure parmi les défis auxquels fait face l’Algérie qui est située à proximité du plus grand pays producteur de cannabis, et non loin des principaux marchés de drogue à savoir l’Europe de l’ouest, l’est du Maghreb et le Moyen Orient ». Le Général major Hamel a affirmé dans ce contexte, que « ce genre de crime qui a énormément porté préjudice à l’économie, constitue ainsi que le marché parallèle de change, le trafic des capitaux et le blanchiment d’argent, une priorité pour nos services ». Depuis quelques années, la drogue en provenance du royaume chérifien ne cesse d’augmenter. 
Les champs de Cannabis poussent comme des champignons au vu et au su de tout le monde, et avec la complicité inconditionnelle du Makhzen et de ses subordonnés. En effet, le Maroc est solidement cantonné à sa première place du plus grand pays producteur de Cannabis. Un commerce  » juteux  » qui, au coté du tourisme, fait partie de l’une des principales sources de son économie. 
Alors que l’Algérie continue d’être inondée par des quantités impressionnantes de Cannabis, le Royaume chérifien ne veut fournir aucun effort pour pallier à ce problème ayant toujours jeté un coup de froid dans les relations diplomatiques entre les deux pays. Il constitue même l’une des raisons principales (avec le dossier sahraoui), de la fermeture des frontières. Rien qu’hier, les éléments de la Brigade de recherches et d’investigation de la Sûreté de wilaya de Tlemcen ont procédé à la saisie d’une quantité de plus de 9,5 quintaux de kif entreposée dans un domicile à Maghnia. Selon la cellule de communication de la Sûreté de wilaya de Tlemcen, cette saisie a été opérée, suite aux informations données par le baron de la drogue marocain, arrêté le 24 septembre dernier, en possession de 31 quintaux de kif, provenant du Maroc. 
A noter que, les Garde-frontières de Tlemcen ont déjà saisi, lundi prés de la frontière Ouest du pays, une quantité de 187,2 kilos de kif traité, provenant du Maroc. Lors d’une patrouille pédestre, prés du poste avancé « Lalla Aicha », les garde-frontières de Boukanoune, ont récupéré cette quantité de drogue, chargée à dos de deux baudets. Cette marchandise a été abandonnée sur les lieux par les narcotrafiquants, a-t-on ajouté. 
Rappelant que, l’ONU a sérieusement épinglé le Royaume chérifien pour sa production de résine de cannabis. Selon le rapport mondial 2013 sur les drogues, le Maroc demeure le « principal producteur et fournisseur mondial de haschisch, dont la production est destinée principalement aux marchés européen et africain ». Cette filière rapporte gros au pays. Quelques 214 millions de dollars par an, d’après l’ONU.
Y.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *