La méthode Hilale (1) : Hilale vise le DPA (Département des Affaires Politiques)

Dans le cadre de sa mission de transfert des méthodes qu’il appliquait pour corrompre le personnel onusien à Genève, l’ambassadeur marocain Omar Hilale a rencontré M. Jeffrey Feltman, Secrétaire Général Adjoint en charge du Département des Affaires Politiques (DPA). 
Dans un compte-rendu envoyé à Rabat le 3 juillet 2014, Omar Hilale raconte les détails de la rencontre et la méthode d’approche pour demander ultérieurement le renvoi de l’ascenseur.
Texte intégral du compte-rendu
Monsieur le MInistre des Affaires Etrangères et de le Coopération
Date : 3 juillet 2014
OBJET ; Rencontre avec M. Feltman/Coopération entre le Maroc et le DPA.
J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que j’ai entamé une démarche dont le but principal est d’établir de nouvelles relations avec le Secrétariat des Nations Unies, basées sur la coopération, les intérêts mutuels, le dialogue et la concertation.
Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la stratégie de cette Mission, conformément aux Hautes Instructions Royales, consistant à la fois, à faire preuve de fermeté avec le Secrétariat au sujet de la cause nationale, et en même temps, à faire montre de notre disponibilité et notre ouverture en vue d’élargir l’espace de coopération et investir dans les agendas et activités chers à l’ONU.
A cet effet, j’ai tenu, hier, à ma demande, une séance de travail avec M. Jeffrey Feltman, Secrétaire Général Adjoint en charge du Département des Affaires Politiques (DPA).
Durant cet entretien en tête à tête, j’ai sciemment évité d’aborder la question du Sahara en précisant, de prime abord, que mon intention est de discuter avec M. Feltman de la contribution que le Maroc pourrait apporter aux domaines phares de son Département.
L’entretien s’est déroulé dans une atmosphère chaleureuse et cordiale, à l’opposé du premier contact tendu et froid, au lendemain de la publication du dernier rapport du Secrétaire Général sur le Sahara.
Les questions abordées ont été comme suit :
1- Guinée Bissau :
M. Feltman souhaite que le Maroc continue de s’investir et d’apporter son assistance à ce pays, à la suite de la réussite des élections présidentielles, dont le deuxième tour a eu lieu en Mai dernier. Il a souligné que le Maroc, qui dispose d’excellentes relations avec toutes les parties prenantes dans ce pays, et qui a contribué positivement, en réponse à la requête du Secrétaire Général des Nations Unies, au bon déroulement de ces élections, devrait poursuivre son action pour la stabilisation du pays et son retour à la normalité politique.
Je lui ai fait part de la disposition du Maroc à poursuivre son appui aux efforts des Nations Unies dans ce pays, et lui ai demandé de préciser les actions que le Maroc pourrait envisager d’entreprendre à cet effet. Il a promis de le faire incessamment.
2- Libye :
M. Feltman s’est enquis si l’Algérie pourrait chercher à compromettre ou neutraliser toute initiative que le Maroc pourrait entreprendre pour promouvoir un dialogue politique inclusif en Libye, afin d’éviter que ce pays ne sombre, définitivement, dans un chaos généralisé qui ne profitera qu’aux fondamentalistes.
Je lui ai répondu que le Maroc ne détermine pas son action sur les scènes internationale et régionale, en fonction de la réaction potentielle de l’Algérie. Et que, s’il est sollicité par l’ONU sur le dossier libyen, le Maroc examinera cette requête avec toute l’attention qu’elle mérite.
– M. Feltman a, alors, demandé si notre pays serait prêt à proposer un candidat pour succéder à l’actuel Représentant Spécial du Secrétaire Général en Libye, M. Tarek Mitri (Liban). Il a précisé qu’il existe actuellement, sept Envoyés spéciaux pour la Libye (ONU, Ligue Arabe, Organisation de la Coopération Islamique, Union Africaine, Etats Unis, Royaume Uni et France), dont les agendas se bousculent et se neutralisent, sans résultas.
D’où le besoin d’un Représentant Spécial qui pourra rassembler les acteurs politiques libyens et créer une synergie et une cohérence entre les différentes initiatives internationales et régionales.
Je lui ai promis de porter cette information à l’attention des autorités marocaines. 
3- République Centrafricaine :
M. Feltman a exprimé sa haute appréciation à l’Initiative Royale de former, au Maroc, des imams et prédicateurs de plusieurs pays africains, sur les valeurs du dialogue, de la tolérance, de la modération et du respect de l’autre, prônées par l’Islam, et ce afin de faire face à la montée du terrorisme et de l’extrémisme en Afrique. Il a émis le souhait que la République Centrafricaine soit incluse parmi les pays bénéficiant de cette formation.
Je lui ai suggéré que, vu le rôle que jouent les Nations Unies, actuellement, pour le maintien et la consolidation de la paix en Centrafrique, le Secrétaire Général, M. Ban Ki-Moon, que j’ai informé de l’Initiative Royale, pourrait saisir par écrit, Sa Majesté Le Roi, pour la formation des Imams centrafricains.
4- Contribution financière au budget du Département des Affaires Politiques :
J’ai indiqué que le Maroc, qui est conscient des difficultés et contraintes financières auxquelles ce Département fait face, et qui nuisent à ses capacités de mettre pleinement en oeuvre ces activités, pourrait envisager, dans la mesure de ses moyens, l’aider à les surmonter, comme il le fait déjà avec d’autres Agences onusiennes.
M. Feltman a répondu « it’s fantastic and that will be thé best gift that we can receive from Morocco».
J’ai précisé que le Maroc pourrait, entre autres, contribuer au financement des activités de l’Unité d’Appui à la médiation de ce Département, auxquelles notre pays accorde un grand intérêt. M. Feltman s’en est félicité et a proposé une réunion entre des diplomates de cette Mission et son staff, pour une présentation des activités du DPA, afin de permettre à notre pays de décider des domaines pour lesquels il pourrait, éventuellement, contribuer.
Cette politique de contributions volontaires et de coopération a énormément aidé le Maroc dans ses rapports avec les Hauts Commissariats des Nations Unies aux Réfugiés et aux Droits de l’Homme à Genève, et permis de neutraliser Mme Navy Pillay et la ramener à de bons sentiments envers le Maroc.
L’importance du DPA au sein du Secrétariat est vitale, en particulier sur le dossier de la question nationale et d’autres questions stratégiques pour le Maroc. Je vais continuer à travailler, étroitement, avec M. Feltman sur tous les dossiers importants pour le DPA, et pour lesquels le Maroc pourra apporter une valeur ajoutée et un soutien à l’ONU, y compris, en plus des questions susmentionnées, l’Afrique de l’Ouest et centrale, le Sahel, le Moyen Orient, la Syrie, la lutte contre le terrorisme et la thématique de la médiation. L’objectif principal étant de neutraliser le DPA sur la question nationale et in fine, gagner l’amitié et la confiance de M. Feltman.
Haute Considération
Ambassadeur, Représentant Permanent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *