Le combat d’arrière garde du Makhzen

Une nouvelle fois, le Makhzen a mis sous haute tension son préposé aux attaques contre l’Algérie, Omar Hilale, ambassadeur du Maroc à l’ONU. Quelques jours après la désignation d’un envoyé spécial de l’Union Africaine au Sahara occidental qui a fait très mal à Rabat, l’enfant terrible du makhzen a tenté d’impliquer l’Algérie dans son conflit avec le Polisario.
Dans un entretien accordé aujourd’hui à l’agence officielle marocaine MAP, Omar Hilale a appelé l’Algérie a s’impliquer de manière «sincère et de bonne foi» dans la résolution du conflit Sahraoui. « Toute percée dans les négociations sur le dossier du Sahara suppose une implication «sincère et de bonne foi» de l’ensemble des parties, en premier lieu l’Algérie», a conclu en effet l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, habitué à déverser son fiel sur notre pays.
Mais en invitant l’Algérie à s’impliquer dans ce dossier, ce n’est pas en qualité de pays voisin qui pourrait rapprocher les points de vues. Dans l’esprit du fonctionnaire du makhzen, l’Algérie est en quelque sorte le force de blocage du processus de règlement de ce conflit. «L’Algérie doit faire montre de la volonté politique nécessaire pour sortir le processus de l’impasse actuelle», a-t-il ainsi affirmé.
Avant d’ajouter que le Maroc à pris «ses engagements dans la recherche d’une solution politique, durable et mutuellement acceptable à ce différend artificiel notamment à travers son plan d’autonomie». Pour Omar Hilale, l’Algérie est «à l’origine du statu quo» et qu’a ce titre elle devra prendre «ses responsabilités historiques».
Omar Hilale, le nouveau fou du roi
Comment cela ? Explication de Omar Hilale : «L’Algérie est à l’origine de la création du Polisario, son financement son armement, sa campagne diplomatique et bien sûr de la négociation elle-même. Et c’est à ce pays de prendre exemple sur le Maroc et d’œuvrer de bonne foi», note-t-il. Mais, chassez le naturel, il revient au galop, le langage diplomatique de Omar Hilale n’a pas tardé à céder la place à des propos haineux d’où suinte la littérature du makhzen fondée sur l’opposition à l’Algérie.
La pilule dure à avaler de l’U.A
«Obnubilée par sa course au leadership régional et ses vieilles rivalités datant de la guerre froide, l’Algérie se retranche constamment derrière le soi-disant rôle d’observateur neutre pour justifier son absence de volonté politique. Alors qu’en réalité elle est le mentor et le protecteur du Polisario», Dixit, Omar Hilale.
Et dans sa diatribe, ce diplomate très singulier, charge l’Union Africaine coupable de ne pas observer de neutralité dans le conflit sahraoui. «Cette organisation mène malheureusement une campagne diplomatique acharnée contre le Maroc sur la scène internationale, et affiche ouvertement son soutien au Polisario et son adhésion aux positions algériennes», accuse-t-il.
En conclusion, l’ambassadeur marocain refuse à l’Union Africaine «la moindre légitimité pour jouer un quelconque rôle même en soutien au processus politique sous les auspices des Nations Unies». Il a affirmé ainsi que le Maroc a «notifié» au Secrétariat général des Nations Unies son «opposition catégorique» à tout rôle qui pourrait être confié à l’UA «à quelque niveau que ce soit».
http://www.algerie1.com/zoom/le-combat-darriere-garde-du-makhzen/

One Reply to “Le combat d’arrière garde du Makhzen”

  1. hhhhhhh c'est vraiment bourricot ce type , la seul chose que je regrette c'est la non implication de l'algerie car si l'algerie s'implique cette abruti aura pas le temps de l'ouvrir qui trouvera le Sahara libre et la monarchie a la poubelle qui moulay qui lala qui les chiot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *