Le Maroc admet à utiliser les ressources sahraouies à fins politiques

Un document divulgué par le dénonciateur marocain par son compte twitter démontre comment le Maroc utilise les ressources naturelles du Sahara Occidental pour impliquer d’autres pays dans sa propre occupation illégale du Sahara Occidental. Le cas sous la main : la Russie.
Le 21 novembre, le compte twitter de @chris_coleman24, qui fait fuiter des documents officiels marocains depuis un certain temps, a publié un document intitulé « La Fédération de Russie à la question du Sahara Marocain »- Un document de 6 pages entièrement consacré au but géopolitique du Maroc de convaincre la Russie de s’aligner avec lui même quand il s’agit au Sahara Occidental.
Sous l’en-tête « comment optimiser la position de la Russie », la stratégie est décrite. On y lit ce qui suit :
« §39. Pour atteindre cet objectif, le Maroc doit :
a. Renouveler, enrichir et diversifier son partenariat stratégique avec la Russie,l’objectif étant de créer des intérêts importants et structurants dans tous les domaines de coopération (paix et sécurité, relations économiques et investissements, armement etc.)
b. Impliquer la Russie dans des actions au Sahara à l’instar de ce qui existe déjà dans le domaine de la pêche. La prospection pétrolière, les phosphates, l’énergie, le développement touristique sont, entre autres, de secteurs qui pourraient être concernés dans ce sens ;
c. Renforcer la concertation avec Moscou sur les dossiers concernant l’Afrique et le monde arabe ; Renforcer la coopération sur la sécurité spirituelle qui constitue un défi important pour la Russie au Caucase.
40. En contrepartie, la Russie pourrait garantir un gel du dossier du Sahara au sein de l’ONU, le temps pour le Royaume de mener des actions fortes avec des faits irréversibles de la marocanité du Sahara. »
Le document n’est pas daté, mais semble être assez récent car il inclut des références à des événements et documents de 2013. Il révèle ce qui est clair pour tous les observateurs : que le Maroc n’utilise pas seulement les ressources naturelles du Sahara Occidental pour un gain financier, mais pour forger des alliances politiques qui pourraient aider à imposer sa revendication intenable et illégale sur son voisin : le Sahara Occidental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *