Le Maroc et la CEDEAO

Fiche sur

la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest

(CEDEAO)

I – Présentation :

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est un regroupement régional créé en 1975. Sa mission est de coordonner les actions des pays de l’Afrique de l’Ouest et de promouvoir la coopération et l’intégration économique dans tous les domaines de l’activité économique, notamment l’industrie, les transports, les télécommunications, l’énergie, l’agriculture, les ressources naturelles, le commerce, les questions monétaires et financières, les questions sociales et culturelles. Elle couvre une aire géographique de 6,1 millions km², sur laquelle vivent près de 210 millions d’habitants.

La CEDEAO s’est assignée également la mission de maintien de la paix, avec la création de l’ECOMOG (Brigade de surveillance du cessez-le-feu de la CEDEAO), groupe militaire d’intervention qui devient permanent en 1999. La CEDEAO compte aujourd’hui 15 États membres, à savoir : Bénin, Guinée-Bissau, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Liberia, Mali,Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Le Président du Ghana, M. John Dramani Mahama, est, depuis le 28 mars 2014, le Président en exercice de la CEDEAO. Il a succédé au Président ivoirien M. Alassane Ouattara.

La CEDEAO dispose de huit institutions qui assurent son fonctionnement:

• La Conférence des Chefs d’États et de gouvernement ;

• Le Conseil des Ministres ;

• Le Parlement de la Communauté ;

• Le Conseil économique et social ;

• La Cour de justice de la Communauté ;

• La Commission ;

• La Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO ; et

• L’Organisation Ouest-Africaine de la Santé.

Lors du sommet d’Abuja le 14 juin 2006, le Secrétariat est remplacé par une commission de neuf commissaires, issus à tour de rôle des pays membres. Monsieur Kadré Désiré Ouédraogo (ancien Premier Ministre du Burkina Faso) assure la présidence de cette Commission depuis le 17 février 2012.

II – Maroc – CEDEAO :

a- La CEDEAO, dans le Message Royal :

« La CEDEAO constitue aujourd’hui un cadre fédérateur des aspirations légitimes des peuples de la région ouest-africaine et un acteur privilégié pour ses partenaires africains et internationaux. A la faveur des évolutions constatées et des ambitions partagées, Je confirme aujourd’hui la volonté du Royaume du Maroc à approfondir davantage sa coopération avec la CEDEAO, en élargissant à de nouveaux horizons son statut de membre observateur, lui conférant un contenu significatif et singulier, sur les plans politique, économique, socio-culturel et stratégique.

« Ainsi pourrons nous construire, sur la base des réalisations accomplies à ce jour, un partenariat privilégié et adéquat, volontaire et solidaire, au service de nos 16 peuples et de leur épanouissement, dans le progrès et la stabilité ».

Extraits du Message Royal au Somment des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenu à Yamoussoukrou (Côte d’Ivoire), mars 2013

Contexte de la visite du Président de la Commission CEDEAO :

La Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO), en collaboration avec l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et le Comité Permanent Inter-États pour la Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel, est en train de formuler une stratégie pour la région du Sahel, sous forme d’un Programme de Cohérence et d’Action Régionales, pour la stabilisation et le développement (PCAR).

Lire aussi:  في تاريخ المغرب القديم أو الحديث، لم يشهد أحد قطا عملية نصب على المواطن أكثر من ما فعلته بنا شركات المحروقات

L’objectif principal de cette stratégie, qui se propose de constituer une plateforme de coordination incluant les pays sahéliens, ouest-africains, ainsi que les pays du Maghreb à travers leur organisation régionale (UMA), est la mise en place de programmes transnationaux de sécurité et de développement, notamment dans les domaines prioritaires des infrastructures de connexion, de la résilience et de l’éducation.

C’est dans ce cadre que le Président de la Commission de la CÉDÉAO (Organe Exécutif), M. Kadré Désiré OUÉDRAOGO effectuera une visite de travail au Maroc (22 au 24 avril 2014) afin d’engager les discussions avec les hauts responsables marocains au sujet de l’implication de notre pays au sein de cette plateforme de coordination.

L’importance de l’engagement du Maroc aux côtés des pays de cette communauté a été fortement souligné par le message royal adressé au 42ème sommet de la CÉDÉAO à Yamousoukrou (Côte d’Ivoire), dans lequel le souverain a plaidé en faveur d’un partenariat entre les pays de l’UMA et leur voisinage immédiat du Sud.

b- sur le plan politique

Le Maroc a toujours accordé un intérêt particulier à ses relations avec la CEDEAO auprès de laquelle il jouit actuellement d’un statut d’Observateur depuis 2005. Ces relations ont pris un nouvel élan depuis le déclenchement de la crise au Mali et au Sahel. Dans cette optique, Monsieur le Ministre délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères, a représenté Sa Majesté le Roi Mohammed VI au sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu à Abuja, le 11 novembre 2012 et consacré à la situation au Mali.

Le Maroc entretient des relations étroites avec cette organisation. La participation active du Maroc lors des deux derniers sommets de la CÉDÉAO, lui a notamment permis de contrecarrer les manœuvres de l’Algérie, visant à exclure notre pays des structures régionales destinées à résoudre la crise au Sahel.

Lors du 42ème Sommet ordinaire de la CEDEAO, tenue le 27 février 2013, à Yamoussoukro, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a été représenté par Monsieur Abdelillah Benkirane, Chef du Gouvernement. A cette occasion, il a donné lecture au Message Royal adressé à ce Sommet, dans lequel le Souverain a souligné l’importance stratégique qu’accorde le Royaume du Maroc à ses relations prioritaires avec la CEDEAO et tous ses Etats membres.

Il a confirmé « la volonté du Royaume du Maroc à approfondir davantage sa coopération avec la CEDEAO, en élargissant à de nouveaux horizons son statut de membre Observateur, lui conférant un contenu significatif et singulier, sur les plans politique, économique, socio-culturel et stratégique », par la construction « d’un partenariat privilégié et adéquat, volontaire et solidaire, au service de nos 16 peuples et de leur épanouissement, dans le progrès et la stabilité ».

Le Maroc reçoit chaque année des milliers d’étudiants Ouest-africains, boursiers de l’Etat marocain qui poursuivent leurs études dans les Universités et Grandes Ecoles marocaines. Les pays de la CEDEAO sont régulièrement desservis par la RAM. Le partenariat public-privé s’est également développé ces dernières années.

Lire aussi:  الحسن الثاني والشعوذة

Le Maroc accorde son soutien au processus de reconstruction et de réconciliation nationale au Mali. Il se félicite également des efforts déployés par la CEDEAO en vue d’une transition démocratique et crédible en Guinée-Bissau.

C- Sur le plan économique

Le Maroc entretient d’excellentes relations commerciales avec les pays de l’Afrique de l’Ouest. Il a signé des Accords Commerciaux de type NPF (Nation la Plus Favorisée) avec les pays suivants : le Bénin (07-3-1991 à Rabat), le Burkina Faso (29-06-1996 à Ouagadougou), la Côte d’Ivoire (05-05-1995 à Rabat), le Gabon (06-11-1974 à Rabat), le Mali (17-09-1987 à Rabat), le Niger (07-11-1982 à Fès), et le Nigeria (04-04-1977 à Lagos).

Il a également signé des Conventions Commerciales et Tarifaires avec : le Sénégal (Accord signé en février 1963 et son Protocole le 26 Mars 1981), la République de Guinée (Accord signé à Conakry le 12 Avril 1997), le Tchad (Accord signé à Rabat le 4 décembre 1997), la Côte d’Ivoire (Accord signé à Rabat le 22 septembre 1998).

Il convient de signaler que deux projets d’Accord Commerciaux Préférentiels ont été soumis pour examen, un à la partie gambienne en février 2012, et l’autre à la partie nigérienne en Mai 2012. Le Maroc a également soumis en septembre 2010 un Projet d’Accord Commercial et d’Investissement pour examen aux autorités gabonaises. Huit des quinze Etats membres de la CEDEAO forment l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA).

Le Maroc développe une politique de rapprochement avec l’UEMOA. Dans ce sens, l’Accord Commercial et d’Investissement avec l’UEMOA a été paraphé fin 2008, après huit ans de négociations.

La récente Tournée Royale en Afrique a permis de faire avancer la ratification de cet accord, qui prévoit un traitement tarifaire préférentiel à l’importation au Maroc d’une liste de produits ainsi que des dispositions relatives aux investissements.

Les exportations du Maroc vers la région de l’UEMOA ont atteint 4345 millions de DH en 2013, soit 38,6% de l’ensemble des exportations vers l’Afrique subsaharienne. Les importations en prévenance de cette région ont enregistré une valeur de 347 millions de DH, avec un pourcentage de 11,7% des importations destinées à l’Afrique subsaharienne.

Le Maroc se hisse au 1er rang des investisseurs africains dans la sous-région. Les investissements privés marocains couvrent des domaines variés tels ceux de la banque et de la finance, de l’assurance, des télécommunications, des infrastructures, du logement et des mines. La Côte d’Ivoire pointe en tête des pays destinataires des IDE en 2012 et 2013 avec 52,1 et 36,7% des IDE en Afrique.

En outre, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste a inauguré au Sénégal une clinique ophtalmologique ainsi qu’une Unité de fabrication de médicaments, destinée à approvisionner les pays de la CEDEAO. Par ailleurs, il est prévu l’ouverture d’une ligne maritime directe entre le Maroc et le Sénégal afin de développer les échanges commerciaux entre les deux pays, et au-delà avec la sous-région.

Tags : Maroc, CEDEAO, Côte d’Ivoire, Afrique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *