Le Maroc fait chanter l’Espagne et l’UE (ancien MAE espagnol)

C’est un véritable pavé jetté dans la marre du Makhzen par , José Manuel García Margallo, ancien ministre espagnol des affaires étrangères connu pour ses positions pro-marocaines.

Dans une interview accordée au programme de télévision En Cerrados, présentée par Alberto Benzaquén, l’ancien chef de la diplomatie marocaine a déclaré que le Maroc exerce un chantage aux migrants sur l’Espagne et, par extension, sur l’Union Européenne.

« Le Maroc utilisait l’immigration illégale comme une arme pour orienter à son profit la politique étrangère espagnole en Afrique en général et au Sahara occidental en particulier», a affirmé ce responsable espagnol considéré par les sahraouis comme un des plus grands soutiens du Maroc dans le conflit qui oppose ce dernier au Front Polisario.

Les déclarations de Margallo constituent un fait inédit dans les relations maroco-espagnols. En effet, c’est la première fois qu’un dirigeant espagnol accuse frontalement le royaume chérfien de pratiquer le chantage aux migrants contre le royaume ibérique. «Quand quelque chose dérange le Maroc, ils ouvrent leurs mains et nous nous retrouvons face à une avalanche de bateaux pleins d’immigrants illégaux», a-t-il dit, selon le site diario16.com, qui reprend l’information. Selon l’ancien ministre, «cette stratégie n’est rien d’autre qu’un chantage».

Pour corroborer des dires, Margallo rappelle l’incident du yacht de Mohammed VI contrôlée par les garde-côtes espagnoles dans les eaux de Ceuta, un enclave espagnol situé au nord du Maroc. Le roi du Maroc n’avait pas apprécié le fait d’être interpellé par la Guardia Civil. En vue d’exprimer son mécontentement, « il nous a envoyé des dizaines de bateaux en représailles à l’incident. Cet acte a duré au moins trois jours consécutifs », indique Margallo.

L’ancien ministre espagnol a révélé aussi que Rabat a ouvré en vue de saper le rapprochement entre le Front Polisario et le parti espagnol de gauche, Podemos. Pour lui, la décision d’étrangler Ceuta économiquement est un acte visant à obliger le gouvernement espagnol à faire pression sur Podemos pour qu’il cesse les rencontres avec le Front Polisario.

Ce chantage que les gouvernements espagnols successifs n’ont jamais osé affronter, préférant plutôt négocier avec Rabat, se poursuit toujours. Des sources révèlent ainsi que Podemos a continué à marquer ses distances avec le Front Polisario. Selon les médias espagnols, Pablo Iglesias, son chef, a même récemment demandé à ses «camarades» du parti de ne pas s’immiscer dans un sujet politique (le dossier du Sahara occidental, ndlr) qui, selon lui, relève des compétences du gouvernement.

Pour José Manuel García Margallo, le chantage marocain explique clairement «pourquoi l’Espagne est soumise au Maroc et ne défend pas les droits du peuple sahraoui à l’autodétermination, alors que l’ONU spécifie clairement que Madrid est la puissance administrante du Sahara occidental».

Tags : Maroc, Espagne, chantage, migration, Sahara Occidental,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *