Le Maroc soupçonné d’avoir espionné la force de l’ONU et entravé son travail

Le Maroc soupçonné d’avoir espionné la force de l’ONU et entravé son travail

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki‑moon, a suggéré que le Maroc aurait espionné la force de l’ONU au Sahara Occidental et entravé sa capacité de fonctionner, selon un rapport publié par l’agence Reuters. Ce rapport d’évaluation intervient après l’échec de la dernière série de pourparlers qui s’est tenue le mois dernier entre Rabat et le Front Polisario.

Dans son rapport transmis au Conseil de sécurité de l’ONU, Ban Ki‑moon s’est plaint que la force de l’ONU au Sahara occidental, connue sous le nom de Minurso, soit « incapable d’exercer pleinement ses fonctions de contrôle, de maintien de la paix, d’observation et de reporting, ou d’utiliser son autorité à inverser l’érosion ». Il a exhorté les quinze pays du Conseil de sécurité à l’aider « à réaffirmer le rôle confié à la Minurso, le respect des normes de maintien de la paix et la neutralité (de l’ONU), et de s’assurer que les conditions minimales pour le bon fonctionnement de la Mission soient remplies ».

Parmi les difficultés auxquelles la Minurso est confrontée, Ban Ki‑moon a cité l’espionnage, par le Maroc, de la force de l’ONU. Il est établi que « la confidentialité des communications entre le siège de la Minurso et New York était, au moins occasionnellement, compromise », selon le rapport de Ban Ki‑moon.

Le rapport de Ban Ki‑moon décrit d’autres difficultés de la Minurso au Sahara occidental. Il évoque la liberté de mouvement et l’accès à la population locale « contrôlé (par les autorités marocaines), ce qui affecte toute interaction avec des interlocuteurs locaux ».

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, ONU, MINURSO,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :