Le Maroc tente de se positionner dans un territoire qui n’est pas le sien, sous prétexte d’attaques terroristes

Rabat décrète l’état d’urgence
L’état d’urgence est décrété dans toutes les casernes du royaume marocain, de nouveaux avions F16, des radars d’intelligence, de reconnaissance sont mis en marche, selon le journal marocain, Al Massaa.
Selon le même titre, les forces armées royales ont mobilisé pas moins de 80.000 soldats pour faire face aux menaces terroristes en provenance de la Libye, de l’Irak…En effet,bon nombre de soldats ont été transférés à la caserne Benkerir pour riposter à toute éventuelle agression terroriste contre le Maroc et que des responsables de l’armée royale ont mis en place des groupes de soldats en vigilance extrême, surtout après la propagation des information faisant état de la disparition de 20 millions d’armes de différents types après la chute du régime de Mouammar Al Kadhafi en Libye.
Le Maroc tente de se positionner dans un territoire qui n’est pas le sien, sous prétexte d’attaques terroristes à l’aide d’avions libyens volés. L’information a été d’ailleurs vite démentie par l’ancien ministre libyen de la défense qui a déclaré à Echorouk qu’aucun avion n’a été volé par hommes armés à l’aéroport de Tripoli. Qui plus est, le premier à avoir annoncé cette nouvelle fut le directeur général de la compagnie aérienne Syphax Airlines, qui l’a lui-même démentie quelque temps plus tard.
Même s’il y a éventuellement une planification pour mener un acte terroriste, le Maroc demeure loin du risque compte tenue de sa position géographique et ce contrairement à l’Algérie, entourée par des frontières sérieusement vulnérables.
Ce qui est perçu comme nouveauté dans la stratégie militaire marocaine, Rabat a rendu effective des conventions qu’il conclu avec les Emirats arabes unis (EAU) et cinq autres pays européens. Ces conventions portent sur l’autorisation d’intervention sur son sol et dans ses eaux des forces militaires terrestre et aérienne, effectuer des entraînements communs, échange mutuel dans le domaine de la recherche, développement et la production des matériels de défense ainsi que de contribuer au transfert de technologie et des informations en termes d’industrie militaire et technique.
En vertu de cette convention, les forces néerlandaises et ses fonctionnaires peuvent s’introduire sur le sol, les eaux territoriales et l’espace aérien marocain et vice versa. 
Le royaume marocain a également signé le 16 septembre 2013 à Rabat une convention avec la Grande-Bretagne et l’Irlande du nord, dont la mission de définition et de programmation des exercices militaires communs entre les trois pays.
Dans le même sillage, le gouvernement marocain a procédé à la mise en vigueur de la convention portant la coopération militaire avec l’Italie, conclue le 10 février 2006.
Le royaume marocain a conclu également avec l’EAU une convention portant la coopération militaire le 2 mai 2006. Elle porte sur les études et des recherches communes en matière d’industrie militaire et dans le domaine technique ainsi que sur la contribution dans le transfert de la technologie et du savoir dans le domaine d’industrie militaire et technique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *