Les territoires occupés par des colons musulmans et dont on ne parle pas

Si vous demandez au linguiste et philosophe Noam Chomsky, le printemps arabe n’a pas commencé en Tunisie en 2011, il a commencé avec les protestations Octobre 2010 dans la ville de Gdeim Izik, dans les territoires occupés du Sahara Occidental. L’ancienne colonie espagnole a été illégalement occupé par le Maroc depuis 1975. Son territoire est divisé en deux par un mur de sable 1677-mile de long et entouré de quelques 7 millions de mines terrestres. 
Les Sahraouis autochtones, conduits par leur mouvement indépendantiste du Polisario, sont reconnus par la Cour internationale de justice comme les propriétaires légitimes de la terre. 
Toutefois, le Maroc a détourné le processus de décolonisation du Sahara occidental de l’Espagne en 1975, marchant quelque 300.000 colons musulmans marocains dans le territoire. Cela a déclenché une guerre de 16 ans entre le Maroc et le Polisario, qui a forcé plus de 100.000 Sahraouis en exil à travers la frontière en Algérie. Techniquement, le Sahara occidental est toujours espagnol et reste la dernière colonie d’Afrique. 
Que la dérive dans les camps de réfugiés et dépendent de l’aide ou croupissent sous autorité marocaine, les Sahraouis se battent encore pour leur indépendance dans une région de plus en plus volatile. Pendant ce temps, l’ONU n’a pas de mandat pour surveiller les droits de l’homme au Sahara Occidental occupé. VICE Nouvelles déplace aux territoires occupés et libérés du Sahara occidental, ainsi que les camps de réfugiés gérés par le Polisario en Algérie, pour en savoir plus sur l’un des conflits les moins signalés dans le monde.
https://groups.google.com/forum/#!topic/fr.soc.politique/YftTvHfqFeA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *