Lorgnant le Sahara Occidental, le Maroc instrumentalise la situation au Sahel

Lorgnant le Sahara Occidental, le Maroc instrumentalise la situation au Sahel

Note
-A-
L’Attention de Monsieur le Ministre Délégué

Objet : Maroc-UE Rencontre entre Monsieur le Ministre Délégué et le Représentant Spécial de l’Union européenne pour la région du Sahel (Rabat, 04 Juillet 2013).

Lors de sa visite de travail au Maroc qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’Union européenne (UE) pour la sécurité et le développement au Sahel, M. Michel Reveyrand-de Menthon, Représentant Spécial de l’UE pour la région du Sahel a eu un entretien fructueux et constructif avec Monsieur le Ministre Délégué, le 4 juillet courant à Rabat.

Les discussions de cette rencontre ont porté principalement les quatre axes suivants :

1. Perception marocaine de la situation sécuritaire dans la région du Sahel et le rôle joué par le Maroc dans ce sens;

2. Exploration des possibilités de coopération politique et opérationnelle entre le Maroc et l’UE dans le domaine de la sécurité (lutte anti-terroriste, contrebande et drogue) et du développement socioéconomique inclusif dans la région sahélo-saharienne ;

3. Evaluation des instruments et mécanismes régionaux existants pouvant être mis à profit en vue de contribuer à la stabilité et au développement de la région ;

4. Discussions et évaluation des plateformes internationales, régionales et sous-régionales susceptibles de mener des actions concrètes dans la région du Sahel.

A cet égard, Monsieur le Ministre Délégué a souligné les points suivants :

Situation dans la région du Sahel

◦ La préoccupation du Maroc suscitée par la précarité de la situation dans la région du Sahel ainsi que par l’interconnexion existante entre les différents réseaux de groupes terroristes et de trafiques en tout genre dans la bande Sahélo-saharienne, qui demeure une zone prioritaire pour la lutte contre ces fléaux.

◦ Le Maroc a été parmi le premier pays, sur la base des informations recueillies à travers ses services d’intelligences et de renseignement, à avoir alerté la communauté internationale et particulièrement l’UE sur les menaces terroristes émergentes et en constant développement dans le Sahel et des risques de prolifération au reste de la région.

Rôle de l’UE dans la région

◦ La visite au Maroc du Représentant Spécial de l’UE pour le Sahel témoigne de la reconnaissance par l’UE du rôle de premier plan que peut jouer le Maroc dans le cadre d’une coopération renforcée dans la région grâce à sa stabilité et à ses reformes multidimensionnelles.

◦ La satisfaction du Maroc de l’intérêt particulier accordé de plus en plus par l’UE à la région du Sahel et à sa dimension sécuritaire en saluant dans ce sens l’approche active et opérationnelle de l’UE dans la région la nomination d’un Représentant Spécial pour la région qui témoigne de la volonté et de l’engagement de l’UE à jouer un rôle plus prononcé dans la région notamment dans le cadre de sa politique étrangère et de sécurité. Un rôle joué jusqu’à présent, selon Monsieur le Ministre Délégué, principalement par les Etats membres de l’UE et non pas par la Commission européenne notamment concernant les questions sécuritaires.

◦ La nécessité pour l’UE de redéfinir et de recadrer sa stratégie UE-Afrique ainsi que son approche qui n’a pas eu les résultats positifs escomptés.

◦ L’importance de tirer profit des instruments existants de l’UE « cross border » en vue de contribuer à la stabilité et au développement de la région en soulignant la pertinence de la Politique européenne de voisinage dans le cadre de la dimension régionale.

Coopération Maroc-UE

◦ Le Maroc a été le premier pays à avoir initié avec l’UE une coopération renforcée dans le cadre du CORTER et instauré un dialogue politique renforcé et une concertation régulière avec le COPS.

◦ Rappel des discussions entre Monsieur le Ministre Délégué et Mme Catherine Asthon, Haute Représentante de l’UE pour les Affaires Etrangères et la politique de Sécurité, sur la nécessité de mettre en place, dans ce sens, une coopération renforcée et opérationnelle et de définir des actions à géométrie variable en vue de relever les défis de région.

◦ La disposition du Maroc à conclure l’accord cadre pour la participation du Maroc aux opérations de gestion de crises de l’UE et l’accord cadre portant sur les procédures de sécurité pour l’échange d’informations classifiées.

◦ Le COTER qui peut constituer une plateforme de coopération stratégique pour la lutte contre le terrorisme et la radicalisation.

◦ La priorité accordée par le Maroc pour faire avancer les reformes.

◦ Le Maroc souhaite associer et impliquer l’UE dans le cadre du CEN-SAD et communiquera dans ce sens les thématiques qui seront arrêtés pour le prochain sommet.

◦ Rappel de la coopération positive entre le Maroc et l’Espagne notamment du processus de Rabat

◦ L’importance du DPR et du Dialogue stratégique avec la tenue au mois de novembre prochain au Maroc de la prochaine réunion (à verifier)

Coopération internationale et régionale

◦ Le rôle important joué par le Maroc à travers des actions de coopération bilatérales et triangulaires et à travers également un activisme marqué au sein des instances multilatérales et en particulier au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

◦ La nécessité d’une coopération régionale accrue et d’une approche intégrée dans les domaines de la sécurité et du développement tenant compte des paramètres et des enjeux de cette situation d’instabilité et d’insécurité qui touche directement ou indirectement toute la région.

◦ La nécessité d’une stratégie regroupant l’ensemble des pays de la région notamment les pays membres de l’UMA ainsi que les pays africains du Sahel qui est la plus à même de permettre d’apporter une réponse efficace à cette menace

◦ Le CEN-SAD peut constituer une plateforme approprié en vue d’explorer et de déterminer les actions prioritaires visant à contribuer aux efforts de paix et de stabilité dans la région ainsi que de jouer un rôle prépondérant dans la région.

◦ Le contexte régional et géostratégique actuel qui interpelle aujourd’hui, un engagement plus actif de l’ensemble de la communauté internationale dans la région.

Défis et problématique de la région du Sahel

◦ Constat de l’échec de toutes les stratégies mener jusqu’à présent dans la région par l’Algérie qui en s’appuyant ou en mettant pression sur les 3 maillons faibles (Mauritanie, Niger, Mali) a entraîné une extension de la menace en terme géographique (atlantique et corne de l’Afrique) et multiplication des groupes terroristes et la diversification des menaces qui alimentent les caisses des groupes terroristes.

◦ Constat des conséquences de la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Algérie qui entrave la construction et l’intégration magrébine en rappelant la tri conditionnalité algérienne pour une réouverture des frontière avec le Maroc.

◦ Le différend sur le Sahara marocain qui continu à nourrir les menaces sécuritaires de la région en espérant que l’Algérie assume ses responsabilité dans ce différend et s’implique dans le cadre des négociations onusiennes sur cette question.

◦ L’extension des menaces contre la sécurité au reste des pays de la région notamment du Golfe de Guinée, Guinée Bisseau qu’il faut désormais inclure dans l’équation sahel en soulignant que l’initiative de la façade de l’Atlantique peut jouer un rôle important pour relever les défis sécuritaire dans la région.

◦ La fragilité grandissante de l’Algérie notamment dans la perceptive de l’après Bouteflika pour assurer une transition démocratique ainsi que le problème de la gestion des frontières de la Libye qui continu à être un sanctuaire pour terroristes.

Le Représentant Spécial de l’UE pour la région a pour sa part mis en exergue les points suivants tout en soulignant la pertinence des éléments d’information communiqué par Monsieur le Ministre Délégué concernant la région :

• Présentation de la mission qui lui a été confiée par la Haute Représentante pour les Affaires Etrangères et de la Politique de Sécurité pour la mise en œuvre de la stratégie de l’UE pour la sécurité et le développement de la région du Sahel.

• Briefing sur ces récentes visites dans la région Algérie, Mauritanie et Sénégal et prochaine visite en Tunisie et au Tchad.

Coopération UE-Maroc

• La conviction de l’UE que le Maroc pourrait jouer un rôle important dans la région notamment de part le respect dont il jouit auprès des pays tels que le Mali, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

• L’importance pour l’UE notamment des Etats membres d’œuvrer de concert avec le Maroc dans le cadre d’une coopération stratégique et opérationnelle pour relever les défis de la région.

• L’évaluation des possibilités de coopération avec le Maroc dans le domaine de la lutte contre la drogue.

• La disposition de l’UE à soutenir le Maroc dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de lutte contre le terrorisme et contre la radicalisation et souhaite dans ce sens examiner avec la partie marocaine, les possibilités de coopération bilatérale dans ce domaine notamment par l’échange d’information.

• L’importance pour l’UE de compléter et pas concurrencer les coopérations existantes entre le Maroc et les Etats membres de l’UE

• L’UE souhaite formaliser une coopération avec le Maroc concernant le Mali

• L’importance du rôle du Maroc pour diffuser un islam modéré dans la région.

Coopération régionale renforcée

• La reconnaissance du rôle que peut jouer les plateformes régionale telles-que le CEN-SAD dans la région tout en soulignant néanmoins les possibilités de divergences et d’opposition de la part de l’Algérie qui n’en est pas membre. Aussi a-t-il indiqué la nécessité de délié le CEN SAD des mains de la Libye au profit du Tchad ou du Niger.

• La nécessité de renforcer la coopération entre l’UMA et le CEN-SAD.

• Le constat de l’échec de la stratégie de l’Algérie dans la région en soulignant que lors de sa rencontre avec le Ministre algérien des AE, il a décelé un pays inquiet et prudent de l’évolution de son environnement immédiat mais qui demeure doté d’un discours national prônant l’importance de la souveraineté de chaque pays de la région.

• La disponibilité de l’Algérie à ouvrir des discussions avec la partie européenne en vue de renforcer et consolider la coopération dans tous les domaines notamment dans la région.

• La Mauritanie est un pays instable qui a très de coopération régionale et souhaite dans ce sens un engagement du Maroc pour soutenir ce pays.

En conclusion, il en ressort de cette visite de la volonté de l’UE de mener des actions communes concrètes dans la région avec l’appui d’acteurs incontournable comme le Maroc afin d’identifier conjointement les moyens visant à contribuer à la stabilité, la paix et le développement dans la région.

Comme Monsieur le Ministre Délégué l’a noté au cours de cette rencontre, on dénote aujourd’hui que l’UE change de langage et opte pour une coopération d’ordre opérationnelle avec les pays de la région plutôt que le dialogue politique classique qui ne permet pas un impact tangible dans la région.

Le Maroc demeure un acteur incontournable dans la région et l’UE est de plus en plus consciente de la nécessité d’inclure le Maroc dans sa stratégie si elle veut remporter une « succès story » au Sahel.

Très Haute Considération

Source : document confidentiel de la diplomatie marocaine

Tags : Maroc, Sahara Occidental, Union Africaine, UA, Sahel, G5, CEN-SAD, UE, Représentant Spécial de l’Union européenne pour la région du Sahel,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :