Makhzen : des délires en guise de pleurnichements

Une partie du scénario de la corniche de Casablanca
Une nouvelle fois le Maroc laisse exprimer son délire. Après avoir perdu sur le terrain diplomatique, après avoir perdu toute crédibilité dans la gestion du dossier du Sahara occidental aux Nations unies et après avoir perdu sur le terrain régional dans le Sahel, et dans le Monde arabe, il sort sa dernière cartouche, et tente de créer une guerre virtuelle en essayant d’attirer les regards des médias occidentaux sur sa dernière déclaration fantasmagorique. 
Ainsi, le Maroc veut offrir une image d’un pays en guerre en déployant à El Hank, de Casablanca, une batterie de missiles et de chars. Est-ce avec cette artillerie vétuste que les Forces armées royales comptent recevoir Christopher Ross? Ou bien le Maroc se prépare-t-il, comme prétendu, à une éventuelle menace terroriste en provenance de la Libye? En tout cas, cette démonstration de force et exhibition de muscles frisent le ridicule et se rapprochent plus de la science-fiction que de la réalité géopolitique! Pour que cette menace terroriste soit réelle, elle doit transiter par l’Algérie avant d’atteindre le Maroc, mais les fabulations calibrées du Royaume dépassent même l’imaginaire d’un errant. 
Ce pays, sous prétexte d’un risque majeur d’attentats, sort son arsenal de guerre pour faire face à une menace terroriste du bastion d’Al Qaîda au Maghreb islamique en Libye, s’il vous plaît! L’alerte a été donnée par son allié juré, les USA qui présument que «les djihadistes d’Al Qaîda au Maghreb islamique ont volé trois avions civils, lors des derniers combats ayant eu lieu à l’aéroport de Tripoli. Deux de ces avions sont en parfait état, et pourraient être utilisés par la nébuleuse qui a menacé de frapper des places vivantes au Maroc, en Tunisie et en Algérie». Ces avions doivent forcément passer par l’espace aérien de l’Algérie. Or, le Maroc aux réflexions limitées, ignore la perception, que le survol de ces avions qui tomberaient entre les mains d’Al Qaîda seraient aussitôt abattus, une fois interceptés. 
Pour rafraîchir la mémoire au Royaume, on est bien dans l’obligation de lui rappeler, afin de ralentir son délire, que le défunt Houari Boumediene avait refusé en 1972 l’utilisation de l’espace aérien de l’Algérie à El Gueddafi qui s’apprêtait à envoyer ses Mig pour bombarder le Palais royal et aider Oufkir à exterminer la royauté marocaine. C’était pourtant à une époque où l’Algérie et le Maroc étaient en plein désaccord. Alors, comment l’Algérie qui combat le terrorisme, depuis plusieurs années, permettra-t-elle à des «pilotes» terroristes de traverser son espace aérien? L’arrogance royale est souvent «formidable» dans son hallucination, le tout pour dissimuler son égarement politique et la perte de son image médiatique, à l’évidence pour séduire ses plus fidèles partenaires, la France et les Etats-Unis. 
Dans la peau d’un désespéré, le Maroc ne doit-il pas reconquérir le coeur de ces deux puissances pour réorienter l’insupportable échec de ses manoeuvres à l’égard de l’Algérie pour une question relative à l’indépendance du Sahara occidental? C’est le cas de le dire, surtout quand on sait que les USA donnent souvent de fausses alertes, juste pour troubler l’atmosphère à titre de vengeance ou pour exercer une pression. Les alertes US sur un risque d’attentat terroriste au Nord de l’Afrique sont infondées et véhiculent la mauvaise foi. Mais toute la question vise un double but, provoquer l’échec de Christopher Ross qui sera bientôt de retour, quant à la question de l’indépendance du Sahara occidental et faire pression sur l’Algérie pour la réouverture des frontières. 
D’aucuns n’ignorent en plus, que cette représentation spectaculaire de l’armée royale ne vaut rien sur le plan de la compétence militaire, tout en sachant que l’Algérie demeure la première puissance militaire au titre des pays du Maghreb et dans le Monde arabe. Le message du roi n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, mais il est merveilleusement médiocre, voire déficient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *