Maroc : Akhannouch menace et appelle à la « rééducation des Marocains »

Le milliardaire et ministre de l’agriculture marocain Aziz Akhannouch, menace et appelle à la « rééducation des Marocains qui manquent d’éducation ». Pour arriver à ses fins, il veut aller au-delà de la police, l’armée, la justice et même de l’Etat.

Ce magnat des médias vise ceux qui « diffament », c’est-à-dire, selon ses propres mots, ceux qui entre autres ne reconnaissent pas les trois constantes de l’autocratie alaouite, « dieu, patrie, roi ». « Ceux-là », a-t-il martelé, « n’ont pas leur place au Maroc ».

Mais qui sont donc ces Marocains qu’Akhannouch veut « rééduquer » ?
Les dissidents ? Les journalistes ? Les activistes des droits de l’homme ? Le Marocain moyen qui ose de plus en plus exprimer sa colère contre le roi et son autocratie prédatrice (dont Akhannouch est issu) ?

Ceux qui entonnent avec de plus en plus de ferveur d’autres « constantes » de la nation, à savoir « dieu, patrie, peuple » ? Ou peut-être bien les Marocains qui ont boycotté massivement Afriquia, sa société de distribution de carburants, filiale du groupe pollueur Akwa.

Et qui va éduquer ce peuple en colère qui proteste bruyamment dans la rue ou sur les réseaux sociaux et le paye cher ? Des gros bras payés par Akhannouch et le reste des suceurs de sang de la CGEM_MA , le patronat marocain? Des « baltagias » contrôlés par la DGSN_MAROC et la DST ?

Ou bien la « Jeunesse royaliste », cette troupe de choc paramilitaire du régime dont les membres ont reconnu à visage couvert et découvert qu’ils étaient « armés » et prêts à « liquider » les opposants au régime ?

Akhannouch a fait ces déclarations à Milan, en Italie, le 7 décembre, et depuis ni la classe politique ni les institutions représentatives de l’Etat n’ont osé répondre à cet homme d’affaires dont la famille s’est enrichie à l’ombre de la tyrannie sanguinaire de Hassan II.

Ali Lmrabet

Twitter, 13 déc 2019

Tags : Maroc, Aziz Akhannouch, Makhzen, répression, menaces,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *