Maroc : l’Espagne menace de reconnaître la RASD

Maroc : l’Espagne menace de reconnaître la RASD

Il semble que le nouveau gouvernement a décidé d’utiliser les mêmes méthodes que son homologue marocain : Le chantage.

Suite à la campagne menée par le Maroc contre les frontières maritimes des Iles Canaries et les villes de Ceuta et Melilla, le gouvernement de Sanchez a essayé la méthode forte. Le secrétaire d’Etat aux Droits sociaux du gouvernement Pedro Sanchez, Nacho Alvarez, a reçu vendredi à la ministre des affaires sociales de la RASD. Au terme de la réunion, le responsable espagnol a exprimé sa « solidarité avec le peuple sahraoui.

Pour Madrid, l’affaire ne s’est pas arrêté là. Le lendemain, la ministre espagnole des affaires étrangères rappelle, dans un tweet que « l’Espagne ne reconnaît pas la RASD » pour rappeler au Maroc que les autorités espagnoles possèdent une carte incontournable : la possibilité de reconnaître l’État sahraoui proclamé le 27 février 1976 et qui s’apprête à célébrer son 44ème anniversaire. Suite aux protestations marocaines, Alvarez a fini par supprimer son tweet sur la réception de la délégation sahraouie.

Selon un média espagnol, la colère du Maroc est dû à la participation du PSOE dans la composition de l’Intergroupe parlementaire pro-sahraoui à Strasbourg.

Voici l’histoire racontée par Europa Press

Gonzalez Laya explique à son homologue marocain que la position de l’Espagne concernant le Sahara n’a pas changé

La rencontre d’une secrétaire d’État de Podemos avec un représentant sahraoui provoque un appel de Burita

MADRID, 23 février (EUROPA PRESSE) – La ministre des Affaires étrangères, de l’UE et de la Coopération, Arancha González Laya, a expliqué à son homologue marocain Nasser Burita, que la position de l’Espagne concernant le Sahara n’a pas changé. González-Laya répond ainsi à la réception d’un ministre de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée (RASD, non reconnue par l’Espagne) par le secrétaire d’État aux Droits sociaux, Nacho Álvarez, de Podemos. « Appel de mon homologue marocain à propos d’une interview du secrétaire d’État aux Affaires sociales avec un représentant du Front Polisario. J’ai précisé que les articles publiés ne reflètent pas la position du gouvernement », a déclaré le ministre dans un message publié sur Twitter.

« La position de l’Espagne sur le Sahara occidental n’a pas changé, c’est la politique de l’État: l’Espagne ne reconnaît pas la RASD et nous soutenons les efforts du secrétaire général de l’ONU pour parvenir à une solution pacifique dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU « , a expliqué González Laya.

LE MESSAGE N’EST PLUS DANS LE COMPTE DU SECRÉTARIAT D’ÉTAT

Différents médias ont souligné que vendredi dernier un membre du gouvernement espagnol avait reçu une délégation du gouvernement sahraoui. Nacho Álvarez a rencontré au siège de son département Suilma Biruk, ministre des Affaires sociales et de la Promotion de la femme du gouvernement sahraoui. La réunion et plusieurs photos ont été publiées sur le compte Twitter officiel du secrétaire d’État.

« Nacho Álvarez a rencontré aujourd’hui Suilma Hay Enhamed Salem, ministre sahraouie des Affaires sociales et de la Promotion de la femme. Nous avons exprimé son engagement à continuer de coopérer pour aider les personnes handicapées et notre solidarité avec le peuple sahraoui, » a expliqué le secrétaire d’État aux Droits sociaux dans son compte officiel, @DSocialesGob. Le message et les photos n’apparaissent plus dans ce compte.

Les médias marocains ont appris la nouvelle de la réunion et avaient mis en garde contre la « colère » du gouvernement marocain face à ce geste. Le médium le plus virulent est 360.ma, considéré comme proche de la monarchie marocaine et dénonçant la « provocation ».

« Jamais un fonctionnaire du gouvernement espagnol, d’aucun groupe politique, n’a osé cette provocation indescriptible, également irresponsable, envers le Royaume du Maroc, comme il l’a fait, vendredi 21 février 2020, l’appelé Nacho Alvarez », dit-il. « Avec ce dangereux précédent, il est clair que le Maroc doit réagir avec la plus grande fermeté et mettre à sa place le ministre (secrétaire d’Etat) », ajoute-t-il.

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Espagne, Front Polisario, RASD,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :