Maroc – Panama : Un cadeau encombrant

Maroc – Panama : Un cadeau encombrant

La directrice du Département d’Amérique Latine au Ministère marocain des Affaires Etrangères , Farida Loudaya, a eu mercredi, un entretien téléphonique avec le Chargé d’’Affaires a.i. panaméen à Rabat, M. Pablo Garrido Arauz.

Sous instruction de sa centrale, le diplomate panaméen, il a été prié de contacter les autorités marocaines en vue de résoudre le problème de 3000 tonnes de fertilisants offerts par le Maroc au gouvernement panaméen il y a un peu plus de 6 mois.

La cargaison qui se trouve dans 156 conteneurs a été offerte avant l’’investiture, le 1er novembre 2019, de l’’actuel Président panaméen, M. Juan Carlos Varela et la mise en place du nouveau gouvernement du Panama.

Les démarches de cette offre ont été conclues entre l’ancien ambassadeur du Panama à Rabat, M. Demetrio Olaciregui et l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI), le fer de lance de la diplomatie économique du royaume chérifien. Il semble que la transaction ait été réalisée sans en informer le Ministère panaméen des Affaires Etrangères ni son successeur, l’’actuel Chargé d’affaires a.i. panaméen.

Les autorités panaméennes ont été contraintes d’agir en vitesse après avoir reçu une facture de 1 million de dollars pour payer les frais d’entreposage de la cargaison dans le port panaméen qui est géré par une société privée.

Exprimant l’incapacité de son gouvernement à payer le montant dû aux autorités portuaires panaméennes, M. Garrido a suggéré une solution amicale : revendre ces fertilisants à une compagnie privée, à un prix presque dérisoire, afin de payer la facture.

Aussi, le Ministère panaméen des Relations Extérieures souhaite vivement connaître l’’avis des autorités marocaines quant à la solution proposée, sachant qu’’il n’’entreprendrait pas une telle démarche si elle venait à être interprétée par le Maroc comme un geste abusif ou inamical, en tenant compte du fait que seule cette revente est de nature à débloquer l’’impasse administrative et financière face à laquelle ce pays se trouve actuellement confronté.

Tags : Maroc, Panama, Amérique Latine, Lobbying, fertilisants, diplomatie économique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :