Maroc : quelques rapports rédigés par l’ambassadeur Edward Gabriel sur l’Algérie

Maroc : quelques rapports  rédigés par l’ambassadeur Edward Gabriel sur l’Algérie

Edward M. Gabriel (né le 1er mars 1950) a été ambassadeur des États-Unis au Maroc [1] de 1997 à 2001. Edward Gabriel a prêté serment en novembre 1997 et est arrivé au Maroc en janvier 1998.

Gabriel est président-directeur général de The Gabriel Company, LLC, ainsi que président-directeur général de l’American Task Force on Lebanon.

ALGÉRIE : RAPPORT DE SITUATION MENSUEL

26 février 2014

Résumé

Les Tendances politiques

·       PM Sellal a confirmé que le Président Bouteflika se présenterait aux élections en avril.

·       Secrétaire Général du FLN Amar Saadani a fait une attaque franche sur le DRS et son commandant, Lieutenant-Général ‘Tewfik’ Médièn, déclenchant une guerre de mots acharnée dans les médias et encourageant la spéculation fiévreuse sur scissions au sommet de la structure du pouvoir.

·       Le Président Bouteflika a cherché à mettre fin à cette controverse de plus en plus préjudiciable dans un long et anormalement franc discours lu en son nom à la télévision nationale, dans lequel il a réaffirmé sa confiance dans le DRS comme une partie intégrante et fidèle des forces armées.

·       Il semble y avoir un froid dans les relations entre Tewfik et Bouteflika, datant de retour de Bouteflika de son hospitalisation prolongée en France juillet dernier, mais des sources concordantes indiquent que Tewfik ne s’oppose pas à la réélection de Bouteflika.

·       Le discours de Bouteflika a également fait référence à une ordonnance de 2006 sur le statut du personnel militaire qui fixe des limites d’âge maximum pour les officiers supérieurs, et il semble qu’elle sera maintenant appliquée, ce qui augure un changement de génération au sein de l’armée et du DRS desquels Tewfik et chef d’état majeur Gaïd Saleh pourrait finalement se retirer.

·       Des sources ont laissé entendre une nouvelle restructuration – et selon toute vraisemblance, un changement de nom – à la DRS, comme le service tente de se distancer de l’image désagréable qu’il a acquise dans les années 1990. Une source suggère que Washington pourrait avoir une carte à jouer dans ce domaine.

Relations étrangères

·       Bien que les relations entre les deux pays restent très glacials, l’attitude publique des hauts responsables algériens envers le Maroc a en gros été remarquablement restreinte par rapport à la guerre de mots vicieuse qui a éclaté l’automne dernier.

·       Toutefois, l’Algérie et le Maroc sont enfermés dans une lutte d’influence dans la cour de l’Algérie dans le Sahel, comme le Rabat cherche à combler le vide de leadership dans le groupe de pays CEN- SAD.

·       La rivalité algéro-marocaine en ce moment focalise essentiellement sur le Mali, où les deux pays sont candidats pour le poste de «courtier honnête» entre le gouvernement central et les groupes rebelles du Nord.

·       Après avoir suggéré que Rabat aide Washington dans l’établissement d’une zone de libre-échange américano-africain quand il a rencontré le Président Obama en novembre, le Roi Mohammed VI a entrepris une tournée africaine qui met en lumière les questions commerciales et économiques.

La Sécurité

·       Bien qu’Alger reste calme, les zones de production pétrolières et gazières ont vu une poignée d’incidents – dont deux dans les environs d’In Amenas- la plupart du temps liés à la contrebande.

·       La frontière de l’Algérie avec la Tunisie, en particulier son secteur nord, a vu une forte activité sur les deux côtés au cours des dernières semaines.

·       Il y a des rapports que l’armée algérienne a bombardé des positions du Mouvement des Fils du Sahara dans le sud de la wilaya d’Illizi.

·       Une « feuille de route » pour le succursale saharien de l’AQMI a refait surface sur les forums djihadistes ; il appelle à concentrer les attaques sur la France, l’Algérie et les intérêts occidentaux.

·       Le groupe de Belmokhtar est dit d’avoir 20 kamikazes formés et prêt à frapper contre la France et ses alliés dans la région.

·       Les plans pour une filiale Sonatrach totalement dédié à la sécurité semblent d’avoir été reportés, mais les employés de sociétés privées de sécurité exigent que leur situation soit traitée rapidement.

– – – – – – – – – – – – –

ALGÉRIE : RAPPORT DE SITUATION MENSUEL

22 avril 2014

Résumé

Les Tendances Politiques

* Après une campagne électorale très tendue, le Président Bouteflika a été réélu avec plus de 80% des voix sur un taux de participation de 51% – selon les chiffres officiels, qui sont violemment contestés par l’opposant principal de Bouteflika, Ali Benflis, ainsi que ceux qui ont appelé à un boycott d’une élection qu’ils considèrent comme truqué à l’avance.

* Benflis, qui prétend d’être le véritable vainqueur de l’élection présidentielle, appelle à un mouvement de masse pacifique pour le changement démocratique, et envisage de créer un nouveau parti politique à cette fin. Il ne semble pas y avoir, cependant, une vague de fond de l’opposition active à la suite de l’élection comparable au « mouvement vert » qui s’est développé après l’élection présidentielle iranienne en 2009.

* Avec Bouteflika visiblement très mal diminué par les effets de son accident vasculaire cérébral, des sources concordantes indiquent que son frère et conseiller Saïd assume de plus en plus le rôle de régent.

* Dans ces conditions, la question de la succession, apparemment réglé lorsque l’option d’un quatrième mandat pour Bouteflika a été approuvée avec force, pourrait être posée à nouveau très bientôt, et le plus grand danger pour le système semble de provenir de ses propres contradictions internes.

Les Relations Etrangères

* La visite de John Kerry en Algérie au début d’avril a été l’occasion pour l’une des rares apparitions publiques de Bouteflika durant la campagne électorale, mais le Secrétaire d’État des États-Unis n’a pas montré beaucoup d’enthousiasme pour la réélection imminente du Président, préférant dîner avec un critique virulent de Bouteflika plutôt qu’avec son homologue le Ministre des Affaires Etrangères.

* Kerry était à Alger pour le Dialogue Stratégique Etats-Unis-Algérie, auquel une place de choix a été accordée à la coopération en matière de sécurité, notamment dans la région du Sahara-Sahel* Le Secrétaire d’Etat a également souligné la coopération énergétique, tant en termes de débouchés pour les entreprises des États-Unis dans le secteur du pétrole et du gaz de l’Algérie et de coopération algérien pour compenser pour les réductions possibles de livraisons de gaz russe vers l’Europe à la suite de la crise en Ukraine.

* Bien que les Européens puissent également frapper à sa porte pour plus de gaz, selon certaines sources, Alger est réticent à s’engager pour fournir des volumes supplémentaires pour compenser les baisses possibles des livraisons russes. Ses raisons pourraient avoir autant à voir avec des considérations commerciales et géopolitiques qu’avec un manque de capacité adéquate.

La Sécurité

* Bien que la situation de la sécurité nationale dans la première moitié de Avril ait été remarquablement calme par rapport aux périodes pré-électorales précédentes, AQMI a démontré qu’il est toujours capable d’arracher des attaques spectaculaires occasionnelles en faisant une embuscade contre un convoi de l’armée en Kabylie peu après les élections, tuant jusqu’à 16 soldats.

* Bien que les sources de sécurité régionales citées par l’AFP affirment que Mokhtar Belmokhtar prévoit des opérations dans la région à partir d’une base arrière dans le sud de la Libye, il y a eu très peu de rapports d’incidents tout le long des frontières de l’Algérie avec la Libye ou le Mali.

* Selon certaines sources, les autorités ont commencé à renforcer des mesures de sécurité relatives au transport de substances diverses utilisées par l’industrie du pétrole et du gaz dans le sud Algérie qui pourraient être d’intérêt pour les groupes terroristes.

– – – – – –
ALGÉRIE : RAPPORT DE SITUATION MENSUEL #137

18 juillet 2014

Résumé

Les Tendances Politiques

·       La vie politique, et même et la prise de décision de base dans le secteur public, semblent être en grande partie sur le verrouillage en attendant l’achèvement du processus de révision de la Constitution en automne.

·       Avec le président Bouteflika affaibli par l’âge et la mauvaise santé, le pouvoir exécutif est apparemment géré par ses courtisans, dont les intrigues ont abouti au licenciement d’une partie des aides les plus anciens de Bouteflika. Les Sources divergent en ce qui concerne qui a la haute main  à la présidence – s’il est le chef du cabinet du Président Ahmed Ouyahia ou son frère et conseiller Saïd.

·       Le secteur du pétrole et du gaz est signalé à être sous l’autorité d’un triumvirat composé de M. Ouyahia, Ministre adjoint de la Défense et CoS Gaïd Saleh, et Ministre de l’Énergie Yousfi.

·       Le cycle annuel de promotions militaires pourrait vu l’onction des futurs chefs de la gendarmerie et, éventuellement, la DRS.
Les Relations Etrangères

·       Les événements au Mali, en Tunisie et, en particulier, la Libye ce mois-ci confirment que l’objectif principal de la politique régionale de l’Algérie doit rester pour l’avenir prévisible, la « arc de crise » à l’est et au sud.

·       Le rôle de premier plan pris par l’Algérie et l’Egypte à une réunion récente des voisins de la Libye, et la visite du Président égyptien Al-Sisi à Alger, semblent pointer vers l’émergence d’un axe algéro-égyptienne.

·       Dans le même temps, il y a eu une nouvelle poussée dans la guerre des mots entre Alger et Rabat, après la décision de l’Union Africaine de nommer un envoyé spécial pour le Sahara Occidental.

·       La dernière prise de bec entre l’Algérie et le Maroc est une nouvelle manifestation de la longue guerre d’usure entre les deux pays pour l’influence en Afrique.

La Sécurité

·       Les niveaux d’activité djihadiste enregistrés ont été exceptionnellement faibles au cours du mois passé. Même si cela peut être dû en partie à un black-out médiatique sur les nouvelles liées à la sécurité au long des frontières orientales et méridionales, il semble également de refléter un véritable recul de l’activité dans ce qui a été longtemps considéré comme le cœur de l’AQMI en Kabylie et les approches orientales à Alger.

·       La baisse de l’activité en Kabylie pourrait être liée à une scission qui s’est ouvert entre la direction nationale de l’AQMI et la Région Centrale de l’organisation sur l’attitude à adopter « le califat » proclamé au début du Ramadan par l’Etat Islamique en Irak et Syrie.

·       Il y a des petits signes que la controverse agitée par le nouveau «Califat» peut également provoquer des divisions au sein de l’organisation Al-Mourabitoun de Mokhtar Belmokhtar.

·       Le petit groupe Fils du Sud pour le Mouvement Justice Islamique a annoncé un cessez-le-feu, qui semble présager sa dissolution et une amnistie pour ses membres.

·       Les nouveaux bouleversements pourraient être à venir dans le cadre des enquêtes de corruption à Sonatrach, cette fois affectant les sociétés de sécurité privées qui servent l’industrie du pétrole et du gaz.

– – – – – –

ALGERIA MONTHLY SITUATION REPORT #138
August 31, 2014
Executive Summary
ALGÉRIE : RAPPORT DE SITUATION MENSUEL

31 août 2014

Résumé

Tendances Politiques

• Après avoir purgé plusieurs aides présidentielles en juillet, la présidence a sommairement rejeté Abdelaziz Belkhadem en tant que Ministre d’Etat et Conseiller Spécial auprès du président, et donné des ordres pour son expulsion du FLN, le parti qu’il a dirigé une fois.

• En tant que «islamo-conservateur» et critique virulent de la conduite de l’Egypte durant de la crise à Gaza, Belkhadem a peut-être tombé sous le coup de la nouvelle alliance entre Alger et le Caire.

• L’axe algéro-égyptien survient en grande partie en réponse à l’effondrement continu de la Libye, ce qui semble également être l’une des raisons du nouveau poids accorde à la DRS dans la structure du pouvoir.

• Habilitée par un décret présidentiel rétablissant son service des enquêtes criminelles, la DRS a également repris son rôle de surveillance à la Sonatrach. Abdelhamid Zerguine, remplacé en tant que PDG de la Sonatrach après deux ans et demi de travail, semble avoir été une victime collatérale.

Relations Etrangères

• Bien que les responsables, à commencer par le Président Bouteflika continuent de s’accrocher publiquement à la ligne que l’Algérie ne s’ingère pas dans les affaires internes d’autres pays, sa longue doctrine de la non-intervention aurait été discrètement révisée pour permettre des opérations de sécurité transfrontalière s dans la défense des frontières de l’Algérie.

• Il est prétendu que le personnel militaire et de renseignement algérien est profondément impliqué dans la Tunisie et la Libye, et il y a eu des allégations selon lesquelles l’État-major a rédigé des plans d’urgence pour les grands raids aériens contre les groupes djihadistes en Libye.

• Bien que la plupart des signes pointent dans la direction de l’Egypte et des Emirats Arabes Unis, il existe des allégations selon lesquelles l’armée de l’air algérienne a peut-être été responsable pour deux raids aériens sur des cibles à Tripoli en août.

• Alors que la conversation entre Alger et Washington sur la situation en Libye est en cours, les responsables américains ne semblent pas favoriser une intervention militaire externe à ce stade.

Sécurité

• L’activité d’AQMI en Algérie a diminué au cours des deux dernières années à des niveaux historiquement bas en raison de multiples facteurs, notamment la réduction du recrutement, l’attrition par les forces de sécurité, et, plus récemment, une scission au sein de ses rangs concernant l’attitude à adopter face à « l’État Islamique » en Irak et Syrie.

• Il y a eu un certain nombre d’incidents au long des frontières orientales et méridionales du pays, et un affrontement à proximité de champs de gaz dans la wilaya de Ghardaïa, dans lequel un groupe armé a tenté d’intercepter un convoi de la Sonatrach.

• Un groupe d’experts en sécurité de la France, du Japon, des États-Unis, et de l’Italie a visité le sud-est de l’Algérie, à la recherche d’assurances que les frontières et les installations de pétrole et de gaz sont assurées de manière adéquate.

• Il semblerait que la police nationale cherche à acquérir des drones pour la sécurisation des installations pétrolières et gazières.

Tags : Algérie, Maroc Edward Gabriel, lobbying,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :