Maroc : Stratégique médiatique visant l’Espagne

Maroc : Stratégique médiatique visant l’Espagne

I-Constat (raisons de l’échec):

*Le Maroc souffre d’un grand déficit d’image dans les médias espagnols aussi bien nationaux que régionaux. Avec une forte concentration des opinions à connotation péjorative dans les médias madrilènes.

*Le Maroc est constamment absent des médias, sauf en ce quand il s’agit de sujets anxiogènes pour la population espagnole.

*Contrairement à la France, l’Espagne dispose d’une société civile très active et très politisée, ainsi que d’une opinion publique assez puissante prise en compte par l’élite politique.

*Il n’existe pas une seule Espagne, mais plusieurs « Espagne ». Dans son approche espagnole, le Maroc ne pense qu’à Madrid. La seule fois qu’il est passé par la Catalogne cela s’est par une certaine réussite (relations très fructueuses tant avec Parti Socialiste Catalan-opposition- qu’avec Convergencia Unida-au pouvoir-.

*Plusieurs personnalités marocaines disposent de relais assez importants en Espagne. Cela reste du ressort du personnel et n’est que rarement institutionnalisé.

II-Scénarios :

*Les régions espagnoles revêtent une importance toute particulière dans l’échafaudage institutionnel de l’Etat. Dans chaque région existe une vie politique et médiatique très active d’où l’intérêt de contourner dans un premier temps Madrid et de passer par les capitales régionales.

*Les autonomies « historiques » qui sont la Catalogne, la Galice et le Pays basque ont une vie politique et médiatique assez particulière. Elles sont plus sensibles aux thématiques comme la régionalisation, la coexistence des langues officielles, le droit des minorités, les libertés syndicales et l’autonomie de la société civile.

* D’autres autonomies comme la Communauté Valencienne, Aragon et Castilla-La-manche sont également très importantes et peuvent être faciles à appréhender. L’influence des élites madrilènes, même si elle y est encore forte, peut être circonscrite au niveau des médias.

*L’Espagne à des attaches historiques et sentimentales très fortes avec l’Amérique Latine. Plusieurs journaux et sites web d’Amérique Latine sont suivis de près par les Espagnoles.

III-Stratégie : 

*Contourner les télévisions centrales de Madrid en plaçant des sujets pro Maroc dans les télévisons régionales très regardées en Espagne (Exemple avec la télévision Basque). Ces télévisions ne disposent pas de beaucoup de moyen pour couvrir l’actualité internationale. Créer une agence « Low Coast » afin de proposer et de vendre des sujets « Maroc ». Cela peut être valable pour certains pays d’Amérique Latine (Colombie, Chili, Equateur, Argentine).

*Desserrer l’étau du quatuor (El Pais, El Mundo, ABC et Public) passe nécessairement par une action vers la presse régionale qui ne couvre le Maroc qu’à travers l’agence EFE –Exception la Catalogne).

*Dans cette stratégie, la presse écrite d’Amérique Latine forte d’une tradition très ancienne peut être utile. Elle serait intéressante dans la mesure où si on y incruste des articles « Maroc », les moteurs de recherche en espagnol vont les reprendre.

*On pourrait également contourner l’école des maghrebologues-Bernabé Garcia- (terme usité en Espagne pour désigner les spécialistes du Maghreb) à travers des relations avec des instituts de recherche en Espagne et en Amérique Latine (IGADI, IEMED, CEDOP, Alternativas, Colegio de La Frontera Norte, etc.).

IV-Actions urgentes :

*La constitution d’une Ligue des journalistes américo-hispano-arabe (Libertad de Exprecion Internacional) qui aura pour présidente d’honneur Rosalía Arteaga. Cette journaliste anti-Chavez a été présidente 4 jours de l’Equateur et dispose d’un vaste réseau de relations dans toute l’Amérique Latine. Libertad de Exprecion Internacional sera présidé par le Colombien Alberto Abello (monarchiste convaincu) et qui aura comme vice président et secrétaire général des Marocains. Cette association permettra d’avoir des relations suivies avec les journalistes d’Amérique Latine. Elle tentera de l’inscrire auprès de l’ONU et publiera un rapport annuel sur la liberté d’expression dans les pays arabes, en Amérique latine et en Espagne. La date idéale serait vers la fin août ou début septembre.

*Organisation de débat-rencontre sur le Maroc à travers Correodiplomatico.com aussi bien à Madrid et à Barcelone, mais aussi à Bogota, Buenos-Aires et Mexico.

CV :
-Alberto Abello est Editeur général d’El Nuevo Siglo, journal d’analyse politique de la Colombie. Il collabore avec d’autres médias et il a une émission dans une radio de Bogotá. Il a également écrit quelques livres sur l’histoire de la Colombie, l’Amérique Latine, les relations avec l’Espagne.

Une vidéo de lui pendant le World Economic Forum
http://sciencestage.com/v/38221/alberto-abello-davos-debates-in-latin-america-2010-(spanish).html

Rosalía Arteaga écrit régulièrement pour des journaux comme El Mercurio, El Tiempo, El Austral de Cuenca, El Universo, El Expreso de Guayaquil, La Hora de Quito, Ecuadornews (New York)… elle est aussi directrice de deux revues Edu@news et Verd. C’est la seule femme de l’Amérique Latine qui a été membre du Conseil Editorial de l’Encyclopédie Britannique.

Tags : Maroc, Espagne, médias, presse espagnole,

%d blogueurs aiment cette page :