Une femme frustrée, telle est la réalité de la belle Lalla Salma. En tant que telle, pour elle il n’y a rien de pire que la peur de vivre sa propre réalité.

Condamnée à vivre enfermée chez elle, interdite d’exercer son travail d’ingénieure d’informatique, elle vit à moitié, se limite à respirer. En réalité, dans sa situation, elle meurt à l’intérieure d’elle-même.

Fatiguée, impuissante, déçue. Elle ne se rappelle d’aucun moment heureux passé à côté de son ex-époux, Mohammed VI, le roi du Maroc. Pendant toutes ces années, le rêve de première dame s’est avéré un cauchemar. Les coups reçus sont tellement nombreux qu’elle n’a plus eu envie de parler. A plusieurs reprises, Mohammed VI et ses sœurs lui ont coupé les ailes qu’elle ne sait plus voler. On lui renié l’amour tellement de fois qu’elle ne sait plus si elle peut encore aimer.

D’ambassadrice d’honneur de l’OMS et présidente de la Fondations Lalla Salma pour la maladie du cancer, elle est passé au néant. Elle se demande parfois si elle a encore le droit de respirer, mais l’air est tellement contaminé par l’amère expérience qu’elle a vécu, qu’elle a décidé de s’enfermer dans son monde à elle, le monde de la désillusion. Elle est devenue inerte, en mode rocher, sans aucun sentiment. Sa palette d’émotions est, maintenant, monochrome. Elle ne sent, désormais, que la haine et la rancune. Vers ceux qui l’ont engendrée et l’ont condamnée à vivre cette vie qu’elle ne veut pas vivre.

Elle se demande parfois si elle mérite d’avoir épousé un homme incapable de lui combler sexuellement en raison de sa maladie et son orientation homosexuelle. Elle qui vient d’éteindre les 40 bougies de sa vie. Elle qui vient d’ouvrir les portes du printemps de son âge, qui vient d’arriver à l’âge adulte et sent l’immense besoin d’éprouver le plaisir charnel.

Cependant, dans le fond de son âme, elle sent la chaleur d’une flamme, une petite voix qui lui dit que tout n’est pas fini, qu’un jour elle pourra encore aimer un homme vrai, qu’elle pourra connaître le bonheur à nouveau.

La petite voix lui dit : « ne jette pas l’éponge, il ne faut pas succomber, un jour tu trouveras ce que tu cherches ». Tu dois tenir jusqu’à ce que ton fils ait l’âge de régner. A ce moment-là, il te rendra ta liberté et tu pourras enfin vivre comme tu l’entends ».

Le roi du Maroc est gênée par la relation de sa mère avec le garde du corps de Hassan II. Selon de nombreuses sources, le véritabale père de Mohammed VI est Mohamed Médiouri. En raison de cela, il ne veut pas voir la mère de son fils dans les bras d’un autre homme. Non sans raison, il a voulu dissuader son beau-père de se rendre au Maroc. Au point de simuler une tentative d’assassinat.

Tags : Maroc, Mohammed VI, Lalla Salma,

Catégories : Maroc

%d blogueurs aiment cette page :