Marokleaks, Swissleaks, le cauchemar marocain continue

Au moment où le Maroc a été contraint de se soumettre à la volonté de la communauté internationale dans le conflit du Sahara Occidental, le roi Mohammed VI a voulu a voulu projeter une fausse image de ses relations avec la France, jusque là son principal soutien dans le contentieux qui l’oppose aux sahraouis qui se battent depuis 40 ans pour leur droit à l’autodétermination.
Mohammed VI a dû se retrancher dans son palais de Betz pendant plus de 10 jours pour obtenir une rencontre avec le président François Hollande et ainsi sceller la fin d’une année de brouille entre les deux pays. Mais c’était sans compter sur les scandales qui semblent avoir rendez-vous avec le Maroc dans cette période de tension avec la France, les Etats-Unis et les Nations Unies.
En effet, après les scandales révélés par le mystérieux hacker Chris Coleman dans ce qui a été appelé MarocLeaks, voilà le SwissLeaks qui tombe au moment où Mohammed VI veut lancer le message de « tout va bien avec Paris ». 
Les informations révélées par l’enquête publiée par Le Monde sur le compte bancaire secret du roi mohammed VI en Suisse ont fait basculer les résultats escomptés de la rencontre du roi du Maroc avec François Hollande. La normalisation désirée par Rabat s’est vu perturbée par la publication d’une enquête par le quotidien français Le Monde, sur les comptes privés de la famille royale marocaine.
De telles révélations après les documents secrets de la diplomatie marocains publiées par Coleman peuvent être un avertissement pour freiner l’arrogance de Rabat qui veut imposer à la France sa vision de la solution du conflit du Sahara Occidental. Une arrogance reflétée par la décision de Rabat de suspendre la coopération judiciaire et anti-terroriste avec la France.
L’enquête arrive comme une deuxième punition pour le Maroc pour son insolence avec ses maîtres de l’Hexagone. Pour cacher cette réalité, les autorités marocaines pointent du doigt l’Algérie et le Prince Hicham.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *