Mauritanie : Documentaire sur la guerre du Sahara Occidental

Spread the love

Documentaire sur la Mauritanie réalisé par une chaîne de télévision suisse en 1977 en pleine guerre contre le Front Polisario au Sahara Occidental.

Contexte :

Le Maroc et la Mauritanie viennent d’envahir le territoire du Sahara Occidental, colonie espagnole jusque-là. Encouragés par la France qui ne veut pas d’un Etat insoumis comme l’Algérie au Maghreb, Rabat et Nouakchott se partagent le gâteau sahraoui pour profiter des immenses ressources du sous-sol et des côtes atlantiques sahraouis.

Mais c’était sans compter avec la volonté de la population locale qui s’est soulevé contre les envahisseurs sous la direction de leur mouvement de libération nationale, le Front Polisario.

Selon le documentaire, « les accrochages laissent des centaines de morts sur le sable. Parfois les hommes du Front Polisario amènent des ôtages, comme à Zouérate. Par deux fois, traversant 1800 km de piste sans se faire repérer, ils oonmt frappé la capitale mauritanienne ».

« Une chose est sûre, ajoute-t-il, cette jeune nation indépendante depuis 1960 n’était pas préparée à affronter un conflit. La Mauritanie avait des problèmes plus urgents à régler. Se doter, par exemple, des infrastrastructures nécessaires à la marche du pays qu’il s’agisse de la construction d’une nouvelle mosquée cadeau de l’’Arabie Saoudite ou d’immeubles commerciaux. Nouakchott ressemble à un vaste chantier. Il y a 20 ans, c’était encore le désert. La capitale surgi du néant en quelques années».

En 1979, la Mauritanie décide de se retirer du Sahara Occidental et signe un accord de paix avec le Front Polisario. Le Maroc investit la région du Rio de Oro occupée jusqu’alors, par les forces mauritaniennes.

Dans ce documentaire intervient :

– L’ancien président mauritanien, Mokhtar Ould Daddah

– Le Directeur Général de la société MIFERMA, SNIM aujourd’hui, Ismaïl Ould Amar

– D’autres officiers de l’armée mauritanienne.

On y voit aussi des prisonniers de guerre sahraouis capturés, selon leurs déclarations à 150 km au nord de Nouakchott.