Mohammed VI fait dans son froc

C’est devenu une habitude. A chaque fois que l’échéance d’avril approche, c’est la panique à bord du bateau du Makhzen. Les vagues de la réunion du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental font peur à Rabat. Le Roi du Maroc et ses acolytes s’énervent et commencent à s’agiter pour assoupir les dégâts de la résolution du Conseil de Sécurité.
Cette année, ce qui fait trembler les locataires du palais royal c’est le mandat de la MINURSO. Le Maroc n’a pas écouté les recommandations de la communauté internationale concernant le respect des droits de l’homme et il risque de payer son insolence. Le Secrétaire Général, dans son rapport d’avril 2014 l’avait clairement signalé. Il est impératif de créer un mécanisme pour le monitoring de la question des droits de l’homme au Sahara Occidental.
Pour les autorités marocaines, le risque majeur du rendez-vous d’avril est l’éventuel décision de l’ONU de charger la MINURSO de surveiller les droits de l’homme.
Ban Ki-moon a déjà commencé à rédiger son rapport destiné au Conseil de Sécurité. Les marocains commencent à délirer. Ils multiplient les déclarations sur la reconnaissance des associations sahraouies des droits de l’homme dans les territoires occupés. C’est un indice de l’état d’esprit qui règne au palais de Mohammed VI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *