Mohsen Abdelmoumen : Agression contre mon épouse

Malgré notre vigilance depuis la tentative d’assassinat qui m’avait ciblé en janvier et les menaces de mort à notre encontre, le soir de ce lundi 24 novembre, après son travail de bénévolat, ma femme a été prise en filature par un individu et victime d’une agression commise par deux exécutants. L’agression était minutieusement préparée, car repérer quelqu’un de seul pour ensuite l’attaquer est un vieux stratagème bien connu. C’était prévisible et nous nous attendions à ce genre de comportement, et je ne cessais d’alerter et d’initier ma femme à des méthodes d’autoprotection. Notre dernier article traitant du soutien de notre ami Noam Chomsky et d’autres personnalités à la cause du Sahara occidental nous a valu des menaces, mais cela n’enlèvera rien à ma croyance que le Sahara occidental sera libre, ainsi que la Palestine. Mon épouse belge, petite-fille de résistant fusillé par les nazis, un brave qui a combattu pour cette Belgique où aujourd’hui pullulent les pédophiles et les mafieux en tous genres, et dont les dirigeants se prévalent d’une façade démocratique, n’est pas habituée à vivre des situations dangereuses. Nous avions déjà déposé une plainte pour tentative de meurtre en janvier dernier, nous en avons déposé une autre pour vol avec violence et notre avocat a été informé de cette nouvelle affaire. Si les agents pensaient trouver des documents importants en attaquant mon épouse, ils se sont trompés, car elle n’avait sur elle ni fichiers, ni clé USB. Mes fichiers et ma documentation sont dans ma tête, nulle part ailleurs ! Je n’exclus personne de la liste de ceux qui nous ciblent, moi et ma femme, que ce soit le sionisme ou son allié le Makhzen et autres traîtres. Vos soi-disant secrets d’Etats de pacotille sont révélés par tous les hommes d’honneur à travers le monde et s’étalent en long et en large sur toutes les pages des réseaux sociaux. Mais sachez qu’à chaque fois que vous attaquerez nos personnes, je le révélerai à la presse, et ce texte sera diffusé à tous nos amis et à notre réseau international. Ne croyez pas que cette affaire va en rester là et dites-vous bien que cela va barder pour vous ! Les agents que vous avez envoyés hier pour agresser ma femme sont partis bredouilles, mais si vous le voulez, je peux vous communiquer les adresses mail ou les numéros de portable de mes sources auprès de vos ambassades respectives, pauvres nazes. Si vous comptez nous étouffer moi ou mes contacts, sachez que ces derniers sont pour la plupart des personnalités de haut niveau, très connues, avec lesquelles je suis en contact et, pour certaines d’entre elles, que j’ai interviewées. On ne peut pas museler des gens de cet acabit, car ils ne sont pas dans la clandestinité. Nous ne vivons pas comme des chauves-souris tapies dans les ténèbres comme vous. Nous, nous n’avons rien à cacher ni rien à prouver à qui que ce soit. Contrairement à vous, la vie nous enseigne l’intégrité et l’humilité et non pas le mépris des autres et l’arrogance. D’autres avant nous ont payé leur position de leur vie, et d’autres viendront après nous pour vous dénoncer. Vous luttez contre le temps et votre combat contre les idées est perdu d’avance.
Vous avez prouvé une fois de plus votre faiblesse en utilisant la barbouzerie, mais l’opération que vous avez menée a fait chou blanc et les sous-fifres que vous avez missionnés pour attaquer mon épouse n’ont pas atteint leur objectif. Si vous croyez que vous allez me contraindre au silence en visant mon épouse qui est occidentale et qui n’a rien à voir avec mes engagements, vous rêvez ! Vous ne m’avez pas ébranlé d’un iota, par contre, vous vous êtes ridiculisés une énième fois. Je continuerai à vous dénoncer, à vous pourchasser, à révéler votre identité de voleurs, de corrompus et d’assassins. Qui que vous soyez, vous ne m’empêcherez jamais d’écrire contre l’impérialisme US, le sionisme et ses valets sayanims, contre le Makhzen marocain et ses sbires, les pétro-monarques féodaux et leurs terroristes HD téléguidés, je continuerai à dénoncer le néocolonialisme français et ses pantins, etc. et ce ne sont ni les coups de feu, ni les agressions contre ma femme qui me feront taire. Une balle ou une agression peuvent-elles stopper une idée ? La réponse est non ! Nous partirons tous d’une manière ou d’une autre et vos actions criminelles ne servent à rien, sinon à me prouver que je suis sur la bonne route. Ce n’est pas le terrorisme intellectuel et la mort qui importent, c’est ce que nous laisserons derrière nous une fois partis. Je parle en terme d’héritage spirituel et de luttes, et non pas de l’éphémère axé sur le fric et le pouvoir. Et quel pouvoir quand on voit la situation mondiale désastreuse à tous points de vue ! Votre monde n’est que guerres et dévastations que je continuerai à pourfendre jusqu’à mon dernier soupir. Rien ne m’arrêtera ! La vie d’un homme est courte mais ses idées et ses écrits lui survivront. Et vous, dans votre déchéance, qu’avez-vous d’autre à transmettre que les magouilles, les tentatives désespérées et les coups bas ? Arrêtez vos basses manœuvres qui ne me feront jamais fléchir. Qui que vous soyez, je suis prêt à mourir pour mes idées dans votre monde de crapules, même au pays des chocolatiers, et votre action contre ma personne en janvier dernier ou celle d’hier contre ma femme n’ont aucun impact sur ma détermination. Sachez que vous avez affaire à quelqu’un qui a survécu à la guerre civile en Algérie et qui connaît très bien de quelles horreurs est capable l’individu quand il perd son humanité. Que ce soit bien clair, quelles que soient vos tentatives et vos menaces, elles ne briseront jamais mon engagement ! Au contraire, vous me confortez dans mon combat. Tout militant sait que les positions fermes se payent cash. Ma plume vous pique là où ça fait mal et c’est tant mieux ! Vos actions de malfrats ne m’impressionnent pas et bien que je sois sur votre liste noire, je vous crache tous à la gueule ! En tant que patriote algérien défendant les intérêts de ma patrie pour laquelle des millions de martyrs ont donné leur vie, parmi lesquels mon grand-père massacré par les paras français, en tant que journaliste militant anti-impérialiste et antisioniste, je continuerai la lutte malgré vos agissements. Puisque je suis votre cible, comme vous me l’avez prouvé lors du tir qui m’a manqué de quelques centimètres, attaquez-moi frontalement si vous êtes des hommes, et je m’adresse à ceux qui tirent les ficelles, pas aux exécutants insignifiants. Quoi qu’il en soit, ma femme belge n’a pas à subir les persécutions de mes ennemis multiples. Et dire que vous vous y êtes mis à trois pour attaquer une femme seule qui ne vous a rien fait, avec vos indics du Makhzen, vos glands du sionisme, votre armée du capital, dans cette farce grotesque ! Vos procédés sont mesquins, minables et vils et reflètent votre âme sombre. Moi, je suis là ! Un peu de courage ! Venez, je vous attends.
Je ne suis pas né de la dernière pluie et je sais que chaque chose a son prix à payer. C’est une question de destin, donc qui que vous soyez, je vous mets au défi de vous en prendre à ma personne plutôt qu’à ma femme. Vos pratiques scélérates me prouvent que mes articles font mouche, au moment où la presse est instrumentalisée alors que l’information qui dérange est muselée et que les voix libres sont pourchassées. Le poids de mes mots ne souffre d’aucune ambigüité. Que les chantres de la « démocratie » – qui n’a jamais existé nulle part – sachent qu’en Occident, les virus qui parasitent la société veulent me réduire au silence. Bas les masques ! Vous avez récidivé dans votre atteinte à ma liberté d’expression. Cette énième tentative de me museler pourrait être une leçon pour les journalistes qui n’ont pas connu des attentats ou des persécutions. Qu’ils se taisent et qu’ils arrêtent de caresser leurs régents dans le sens du poil. Ils sont complices de ceux qui ont attaqué ma femme, et font partie intégrante de l’armée du capital en se prostituant pour un chef, un roitelet ou un merdeux qui les commande. La prostitution du journalisme leur permet de jouir des salons dorés et de la mangeoire, par contre frapper l’hydre à la tête coûte très cher et demande un courage qu’ils n’ont pas. Je suis fier d’être un homme intègre et incorruptible qui n’a jamais chanté les louanges de qui que ce soit. Mes mains servent à gifler la bêtise et la trahison et non pas à applaudir. A ceux qui prétendent pratiquer cet honorable métier qu’ils ont dénaturé : continuez à lécher les bottes de vos maîtres du jour et laissez votre plume tranquille, de crainte qu’elle ne finisse par se suicider en se noyant dans le pot d’encre. Comme je suis un homme qui ne croit pas au hasard et qui sait additionner les faits allant d’une perquisition à une agression contre ma femme en passant par une tentative d’assassinat, je tiens l’Etat belge pour responsable de ce qui peut atteindre mon épouse ou moi-même. S’il arrive quoi que ce soit, les autorités belges en porteront l’entière et totale responsabilité. Quoique je ne croie pas à la Justice et à ses Cours, comme je l’ai vu dans la gestion brumeuse de mon dossier, je ne me tairai pas et j’irai à la Cour européenne des droits de l’Homme. Ce communiqué sera envoyé, en plus des rédactions qui me publient, à toutes les organisations et organes de presse, y compris auprès de nos amis dans les gouvernements alliés. Ce texte va faire le tour de la planète afin que tout le monde sache qu’en Belgique, quand vous écrivez des articles reflétant vos opinions, vous le payez avec des perquisitions, des tentatives d’assassinat et des agressions contre votre famille.
Je mourrai pour ma patrie et pour honorer mes ancêtres guerriers qui ont combattu des gens plus forts que vous tous. L’histoire des Abdelmoumen ne date pas d’hier, et si vous voulez la guerre, je suis prêt. Je vous maudis et sachez que vous avez renforcé les raisons de me battre. Que le diable vous emporte ! Je réitère mon soutien indéfectible au peuple sahraoui et au peuple palestinien, et à tous les peuples opprimés avec lesquels je suis solidaire et qui peuvent compter sur ma plume. A bas les Sayanims et leurs maîtres sionistes, à bas la pédophilie, à bas le Makhzen et ses séides, vous allez regretter ce geste contre ma femme, tous tant que vous êtes. Je continuerai à écrire contre vous. La lutte ne fait que commencer. A la guerre comme à la guerre et à la grâce de dieu. Gloire aux martyrs de l’Algérie qui nous ont montré la voie et à bas les traîtres où qu’ils soient !
Mohsen Abdelmoumen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *