Morocco Leaks : Relations avec le Département d’Etat américain au lendemain du retrait de la confiance de l’Ambassadeur Ross.

Embassy of the Kingdom of Morocco
Washington, D.C.
F.K
Washington, le 31 Mai 2012
A : Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération
– Rabat-
DESTINATAIRE PRINCIPAL : CAB/1- DG8/1
DESTINATAIRE CC : CAB/2 – SG/4- DG7/6
TRANSMISSION : Confidentielle
OBJET : Relations avec le Département d’Etat américain au lendemain du retrait de la confiance de l’Ambassadeur Ross.
En prévision de la rencontre entre Monsieur le Ministre et la Secrétaire d’Etat, Mme Clinton prévue la semaine prochaine à Istanbul et eu égard au contexte dans lequel cette rencontre intervient en relation notamment avec la question Ross, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que selon les contacts entrepris par des relais de cette Ambassade, le Département d’Etat a mal pris la décision du Royaume de retirer sa confiance de l’Envoyé personnel du Secrétaire Général de l’ONU au Sahara, M. Christopher Ross.
Selon ces relais, le Département d’Etat considère inappropriée la décision prise par le Maroc notamment dans son approche et son timing. Tout en comprenant la frustration du Maroc et les préoccupations qui ont servie de base à cette décision, le Département d’Etat considère l’Ambassadeur Ross comme étant « un des leurs ».
La décision du Maroc a pris de cours le Département d’Etat à un moment où il s’y attendait le moins, surtout après les efforts déployés pour faire adopter la dernière résolution du Conseil de Sécurité qui a pris en considération la quasi totalité des préoccupations marocaines.
Quant au timing, nos relais nous ont également fait part que cette décision intervient à six mois seulement des élections présidentielles et du départ de la Secrétaire d’Etat qui demeure une grande amie du Maroc.
La rencontre prévue entre Monsieur le Ministre et Mme la Secrétaire d’Etat tombe à point nommé pour relancer le dialogue et recadrer les relations avec le Département d’Etat américain et tourner la page Ross avec le minimum d’impact possible sur nos relations bilatérales.
Cette rencontre aura pour objectif de restaurer et confirmer la dynamique qui prévaut dans nos relations bilatérales (dialogue stratégique, Conférence économique …) et tirer profit au maximum des quelques mois restant à Mme Clinton à la tête de la diplomatie américaine.
A cet égard, je vous propose les éléments de langage, ci-après, à exploiter lors dudit entretien :
 Exprimer les regrets du Maroc si sa démarche ait été mal interprétée par les Etats Unis. La démarche du Maroc s’adressait à M. Ross en sa qualité de responsable onusien et nullement en sa qualité de diplomate d’un pays, considéré depuis toujours, comme étant un pays ami et allié du Maroc.
 Demander à Mme Clinton de réitérer officiellement la position des Etats Unis quant au sérieux, crédibilité et réalisme du plan d’autonomie marocain, rappelant ainsi les engagements initiaux de son pays dans le processus de résolution de ce conflit dans le cadre de la recherche d’un règlement politique mutuellement acceptable, sous la souveraineté du Maroc.
 Inviter la Secrétaire d’Etat à donner une consistance concrète à son engagement personnel de mettre en place un dialogue stratégique entre nos deux pays et ce, en confirmation des termes de ses entretiens avec Monsieur le Ministre à ce sujet.
 Affirmer que la mise en place d’un mécanisme permanent de dialogue stratégique couronnera le mandat de Mme Clinton à la tête du Département d’Etat par l’envoie d’un signal fort dans le sens de la promotion et la consolidation des relations privilégiés entre les deux pays.
 Faire part de l’adhésion du Maroc à des initiatives américaines chères au Département d’Etat et à la Maison Blanche, à savoir le Open Gouvernement Partnership Initiative « OGPI ». Une initiative lancée par les Etats Unis lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies tenue à la fin de l’année dernière. L’OGPI, qui comprend aujourd’hui 40 pays y compris la Jordanie et la Tunisie, fait partie prenante des engagements du G8 avec les partenaires de Deauville dont le Maroc. Cette initiative multilatéral a pour objectifs l’engagement des gouvernements pour la promotion de la transparence, l’émancipation des citoyens, le lute contre la corruption et mettre les nouvelles technologies au service de la bonne gouvernance. Cette initiative est supervisée par un Steering committee composé de gouvernements et de la société civile.
 Réaffirmer l’engagement de notre pays à soutenir l’initiative North Africa Partnership for Economic Opportunity « NAPEO » visant une meilleure intégration économique dans la région MENA.
 Envisager l’adhésion du Maroc à l’Initiative Extraction Industry Transparnecy Initiative « EITI” dont les Etats Unis vient d’y adhérer. Il s’agit d’une initiative internationale sur les ressources et la transparence des revenus sous les auspices de la Banque mondiale.
L’adhésion de notre pays à des initiatives pareilles qui sont appuyées par la Secrétaire d’Etat ne pourrait qu’être apprécié et salué par la partie américaine. Elle contribuera également à relancer le dialogue avec le Département d’Etat et mettra à la disposition de Mme Clinton des éléments d’appui supplémentaires à même d’argumenter des prises de position favorables à notre pays.
L’Ambassadeur
Rachad Bouhlal
SOURCE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *