Ouverture lundi à Pau du sommet du G5 Sahel

Le président de la Commission européenne Charles Michel, le président de la Commission de l’UA (Union africaine) Moussa Faki Mahamat ainsi que le secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteres seront également présents pour participer aux discussions.

Lassaad Ben Ahmed | 12.01.2020

AA / France / Fawzia Azzouz

Le président français Emmanuel Macron réunira lundi à Pau (sud-ouest), les dirigeants des pays du G5 Sahel pour évoquer la coopération sécuritaire dans la région, à un moment où la présence française dans le Sahel africain est très contestée.

Le sommet regroupera le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, le Président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou, le Président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Ghazouani et le Président de la République du Tchad, Idriss Déby Itno.

Le président de la Commission européenne Charles Michel, le président de la Commission de l’UA (Union africaine) Moussa Faki Mahamat ainsi que le secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteres seront également présents pour participer aux discussions.

Initialement convoqué en décembre par le président français, le sommet avait dû être reporté après une attaque qui avait coûté la vie à 71 soldats nigériens à Inates, près des frontières maliennes.

Cette initiative intervenait dans un contexte particulièrement tendu où la présence de l’armée française dans le Sahel est de plus en plus critiquée par les populations locales.

Emmanuel Macron avait été offensé par les déclarations de certains dirigeants locaux après la mort de 13 militaires français dans un crash aérien et avait exigé désormais plus de « clarté » pour pouvoir maintenir sereinement les soldats français de l’opération Barkhane dans la zone sahélienne.

Lire aussi:  Enfoque y claves de una propuesta

La ministre des Armées, Florence Parly, citée par le journal La Provence, estime, d’ailleurs, que ce sommet convoqué par Paris sera l’occasion « d’obtenir des responsables politiques une position nette sur ce qu’ils souhaitent ou pas ».

De son côté, l’Elysée, cité par la même source, pointe du doigt un sentiment antifrançais et souhaite « relégitimiser » l’action française en Afrique.

La journée de lundi doit se dérouler en trois parties.

Le chef de l’Etat rendra un hommage national aux soldats tués dans le crash aérien au Mali, dont 7 étaient originaires de Pau, avant d’ouvrir une réunion avec ses homologues tchadien, mauritanien, nigérien, burkinabè et malien.

Dans la soirée, se tiendra un dîner auquel participeront les dirigeants de l’ONU, de l’UA et de la Commission européenne.

Mardi, le président français restera à Pau pour le volet franco-français de sa visite où il assistera, mardi, à la signature d’un contrat de transition écologique avant de regagner la capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *